Le matin

Je suis du matin, mais je préfère regarder vers l’ouest. Les premiers rayons du soleil qui balaient la fraîcheur de la nuit apportent un profond bien-être, mais chaque fois que j’habite à l’est, j’ai la sensation d’avoir la tête à l’envers – parce qu’à moins d’avoir un horizon à 360° autour de moi, lorsque le soleil passe derrière (le soleil a toujours quelque chose derrière lequel passer quand on regarde vers l’est), une sorte de tristesse me prend.

Une chose bizarre, amusante : la maison a exactement la même orientation est-ouest que le chalet familial en Valais – et ici aussi une montagne en face (disons, une « montagne ») droit devant, avec le village de Chrousa, là-bas l’ubac en face et la vraie Montagne – ici à gauche tout au fond de la « vallée », la mer, là-bas à gauche tout au fond de la Vallée, le Matterhorn et sa cour de compagnons blancs ! C’est mon tropisme…

11-P1450127

Je me sens un peu désertée : Athéna et les petits ne dorment plus dedans sur leur planche vers le poêle à bois, mais investissent, dehors, le côté salle-bains.

07-P1450106

 

06-P1450105

05-P1450094

25-P1450114

10-P1450126

Lorsque le soleil se lève sur la maison, la tribu Quatrepattes est réveillée depuis longtemps, et le champ du haut est parsemé de chats jouant, chassant, faisant leurs besoins, leur toilette, un petit somme après une nuit bien occupée, flânant.

Dans les beiges et les roses… Camouflage du jeune pépère mini guerrier

13-P1450144

Grandes grandes joujoutes, ce matin !

16-P1450162

18-P1450165

17-P1450163

15-P1450159

20-P1450176

19-P1450168

Mais aussi la tendresse bordel, entre Gentil Garçon et Gingembre

14-P1450151

Ce champ est merveilleux, une fois fauché. Les éteules exhalent sous la rosée un parfum tellement musqué, c’est enivrant. En pleine nuit d’été, j’adore m’y balader à poil (mais avec des sandales, l’éteule est l’ennemie de la plante du pied !), sous les étoiles, dans la brise nocturne, et suivie et précédée par mon petit troupal enthousiaste d’aller faire une balade avec Big Mama… De jour, je suis sage, et je me contente d’y lancer la baballe et de regarder mes chats s’éclater !

26-P1450145

Alithia (prête à bondir)

27-P1450157

Lustucrute (prête à bondir)

12-P1450134

Bouzouki Fou (qui m’inquiète)

21-P1450184

Dans sa version égrillarde

30-P1450192

Léa, probablement les dernières images (son cancer de l’oreille prend des proportions monstrueuses, et je crains que les sinus soient touchés)

22-P1450185

Bon, après la joujoute du matin, il s’agit de passer aux choses sérieuses. Voilà les croquettes que j’utilise, en les mélangeant – dans l’espoir de compenser le mal par le bien, le mauvais par le bon, le trash par le sain…

23-P1450199

Et les boîtes idem !

24-P1450200

Athéna et ses petits…

08-P1450108

 

5 thoughts on “Le matin

  1. Ton écriture captive, tient en haleine, tes photos sont des chefs-d’oeuvre, des soleils…
    Ton âme est un poème permanent…
    Le tout conjugué nous attache à toi instantanément, mais, loin d’être éphémère, on s’aperçoit que c’est durable, voire essentiel…
    Admiration, respect… On t’aime, ma Sylvie !

  2. De plus en plus belles, me semble-t-il, vos photos !!! Un régal esthétique ! Je garde vos messages et je les revois de temps à autre : c’est vrai, comme vous le disent vos amis : vous devriez constituer un album, vous avez surement tout ce qu’il faut, photos et textes…Je sais : ensuite il faut trouver l’éditeur…
    Merci ! Prenez soin de vous !

  3. merci pour ces réactions élogieuses, claudine, brigitte et catherine ! j’aime ce mot, les « éteules », c’est très exactement ce qui reste des tiges dans le sol une fois le champ fauché. cette année, marinos a tellement attendu pour le faucher, ce champ, que tout est bien couché et cela ne fait pas trop mal aux pattes. quant aux photos et à ce que j’en dis, j’essaie de rendre ce que j’ai vu, ressenti. bien sûr, tout cela est très « menteur », je recadre souvent les photos, je les tripatouille, et je ne dis pas tout. mais j’essaie en tout cas d’être fidèle à ce que je ressens et ce que je vis. je suis contente que vous appréciiez tout cela !!!

  4. Recadrer, « tripatouiller » n’est pas « mentir » ! C’est améliorer ! On a la chance avec la technique de pouvoir le faire, il ne faut pas s’en priver ! J’appelle « photoshop » et tous les trucages « mentir » car ça transforme la réalité….
    C’est vrai que les « éteules » est un joli mot….
    Oui tout ça est plein de sensibilité et cela nous ravit ! MERCI !

Laisser un commentaire