Janvier aux Chats de Syros

The movie !

Enfin, H TAINIA

Le film, quoi.

ΤΟ ΤΡΑΓΟΥΔΙ ΤΟΥ ΧΕΙΜΩΝΑ

Φέρτε παλτά, φέρτε κουβέρτες και σκουφιά
Ήρθαν τα χιόνια και τα κρύα στις αυλές μας
Φέρτε να βράσουμε ροφήματα ζεστά
Να ζεσταθούνε επιτέλους οι καρδιές μας

Ήρθε ο χειμώνας ο σοφός για να οργανώσει
Βραδιές με κάστανα γύρω από τη φωτιά
Τρεις μήνες μένει κι επιμένει να ενώσει
Τους φίλους όλους σε σπιτάκια γιορτινά

Ντύσου καλά προτού να βγεις από το σπίτι σου
Έχει χιονίσει κι όλα γύρω είναι λευκά
Είναι χειμώνας – δες την παγωμένη μύτη σου
Να ζεσταθούμε έλα οι δυο μας αγκαλιά.

Ήρθε ο χειμώνας ο σοφός για να οργανώσει
Βραδιές με κάστανα γύρω από τη φωτιά
Τρεις μήνες μένει κι επιμένει να ενώσει
Τους φίλους όλους σε παιχνίδια γιορτινά

Traduction en gogolle, améliorée à la main (sisi, je vous jure que je l’ai améliorée) :

LA CHANSON DE L’HIVER

Apportez manteaux, apportez couvertures et chapeaux
Neige et froid sont arrivés dans nos cours
Portez à ébullition des boissons chaudes
Que nos coeurs se réchauffent enfin

Le sage hiver est arrivé, pour nous arranger
Des soirées à châtaignes autour du feu
Trois mois il reste et s’entête à rassembler
Tous les amis dans des amusements joyeux

Habille-toi bien avant de sortir de chez toi
Il a neigé et tout autour est blanc
C’est l’hiver regarde ton nez froid
Viens dans mes bras pour nous réchauffer

Le sage hiver est arrivé, pour nous arranger
Des soirées à châtaignes autour du feu
Trois mois il reste et s’entête à rassembler
Tous les amis dans des amusements joyeux

 

 

Mais je trouve que chanté comme ça, ça prend une toute autre allure !

35 thoughts on “Janvier aux Chats de Syros

  1. Joli montage video, très vivant ! le plastique-chaussettes c’est bien mais comment fais-tu pour dénouer les 300 noeuds de tes lacets, une fois mouillés ?

      • Je ne savais pas pour le lacet synthétique… la farine de moutarde sur les arpions… eh bien non, j’imagine le nettoyage quotidien, je préfère le sac plastique,

        • mais il met pas direct sur les pieds : Deux couches de chaussettes, une couche de cataplasme, encore une couche de chaussettes et enfin les bottes

  2. Ah, la Grèce, ses îles, ses paysages enchanteurs, son éternel soleil, son artisanat du bois.
    Allez-y, vous n’en reviendrez pas ! ! !.C’est là que j’irai lorsque j’en aurai marre du climat du nord …
    .
    Il me revient en mémoire que j’ai fais pendant très longtemps de la moto, par tous les temps et toute l’année .Mon secret pour les pieds consistait en une couche de cataplasme entre des paires de chaussettes. J’ignore si ça se vend encore, c’était de la farine de moutarde. Deux couches de chaussettes, une couche de cataplasme, encore une couche de chaussettes et enfin les bottes .Je n’ai jamais eu froid aux pieds avec ça et pourtant j’ai couché dans la neige en janvier à l’est de Coblence .Mais bon, j’avais vingt ans, ça compte aussi ça …

    Et même pas un tonnelet de quelque breuvage réconfortant débarqué de la voiture, bravo !

      • Ah, la Grèce, ses îles, ses paysages enchanteurs, son éternel soleil, son artisanat du bois.
        yark yark yark

        voui. ;-) planqué le tonnelet ET la chaufferette
        mais la tête couverte avec un bonnet fait-main tout doux par anne-marie-gunera.

        le cataplasme de moutarde dans les chausses !!! je me rappelle m’en être fait un direcque sur la peau, pour un bobo quelconque, et m’être carrément CRAME la peau, oui !!! c’est un truc que ma grand-mère utilisait pour faire « mûrir » les boutons !! alors j’imagine les arpions, chauffés à blanc. note, faire sa propre farine de moutarde c’est facile, suffit de planter de la moutarde. ça fait partie de l’hyper efficace pharmacopée traditionnelle.

  3. Ouarf ! j’ai d’abord cru que tu allais attaquer une bûche avec une perceuse et un foret ! Et puis j’ai compris que c’était une scie électrique. Mais c’est moins bien qu’une tronço non ? ou bien tu as les deux ?
    Tu peux pas trouver un petit diable repliable pour les opérations ravitaillement ? il y en a des pas chers du tout. Ou alors tu t’en bricoles un vite fait avec deux roues de patinette et quelques planchettes ?

    Le coup du sac plastique entre deux épaisseurs de chaussettes c’est pas mal en effet. Mais tu dois bien transpiré quand même.
    Je m’inspire du même principe dans mes running, deux paires de chaussettes, ça évite tout risque d’ampoules. Sur marathon c’est une assurance, même chose pour les marches d’approche en montagne.

    • bien sûr que j’ai un diable, mais totalement inutile, pas du tout pratique dans mon terrain, même de la voiture à la pièce où je mets les réserves pour les chats : tu as bien regardé mon parcours du combattant avec mes sacs de 20kgs ? et oui, j’ai une tronçonneuse, achetée avec gavroche dans le lot. mais vu ce que je coupe (du moyen, du petit) c’est prendre beaucoup de risques pour quelque chose qui se fait « facilement » avec la scie électrique. c’est mon proprio qui utilise la tronçonneuse pour tailler dans son verger et aussi ses oliviers. il me coupe des tronçons que je coupe à la hache ensuite.

      oui, je transpire des pieds, et ils puent, mais au diable les puanteurs de pied, ça ne dérange que moi, et encore, juste au moment où j’enlève les chaussettes et les mets dans la panière !! pour le running, et la rando, oui, absolument. et j’ai jamais compris les gens qui grimpent sans chaussettes dans les chaussons, moi c’était ampoules immédiatement ! et pas de coutures dans les chaussettes. tous les sports sur terre, le pied, c’est essentiel, confort, chaleur, et aucun pli. ;-)

      • c’est moi qui suis chef sur mon blog ! non mais. mais je corrige volontiers si on me demande gentiment, et je supprime si on y tient. mais celle-là, je la laisse, hinhinhin, hein zule ?

        • Ouais vas-y ! martyrise-moi ! ridiculise-moi ! m’en fous ! ;-)
          C’est mon péché mignon les participe-passés et les infinitifs ; j’ai vu à temps une erreur sur « trouver »… mais là, trop tard !!!
          C’est quand même un mystère cette histoire d’automatismes grammaticaux, des fois ça fonctionne et des fois pas.

          Sinon, pour le diable, oui, j’ai vu « l’état des routes » pas très roulant… mais je ne parlais pas spécialement pour cette fois mais d’autres où les conditions sont normales.

          En tout cas, ta scie électrique nous a bien fait rire ! Martine a dit : « ah ben tiens, j’ai la même pour couper le gigot !
          :-)))
          … n’empêche… tu soulagerais tes lombaires si tu sciais plus haut. Je dis ça je dis rien…

          • et tu coinces comment le morceau de bois ? c’est de la branche, des bouts de tronc, du tout-venant, c’est pas du morceau de bois bien prévu pour ça. là, je coupe un truc relativement « standard », un vieux poteau, mais en général, je dois maintenir la branche avec un pied et des fois me poser dessus avec les deux pieds. oh, tu sais, j’ai même un chevalet que m’a fait une amie de passage, génial, mais plutôt fait pour les gros morceaux.
            pour le diable, j’ai deux passages de portes très très étroites, un escalier merdique avec de gros truyaux d’écoulement qui passent sur une des marches, un bout de route très très en pente, on voit pas sur le film, mais c’est très en pente, plein de petits cailloux dessus, ensuite un bout herbeux, oui, là ça serait utile, mais il fait 3 mètres mon bout herbeux…
            je vais te dire : jamais tu n’as vu une maison aussi peu pratique, aussi foutraque : améliorer, ça serait beaucoup de boulot, vraiment beaucoup. moi, seule, j’ai ni la force, ni la niaque, ni le fric. donc j’essaie de faire au mieux avec ce que j’ai. sacs plastique dans les chaussettes compris. ;-)

            (pour les infinitifs/participes passés : je relis tout le temps, et je corrige très très souvent. au clavier, c’est pas du tout automatique, l’orthographe…de même, alors que je ne suis absolument pas dyslexique à la manuscriture, à la tapuscriture, c’est absolument tout le temps que je remets les lettres dans le bon ordre. au traitement de texte, j’ai la soluce hyper flemme : j’utilise la correction automatique, et pour les mots que j’écris systématiquement cul par dessus tête, je mets toutes les versions possibles de mes erreurs, avec le mot convenablement écrit comme correction automatique !)

            • et ma scie électrique, c’est un truc très lourd, fait pour ça (avec différentes sortes de lames à cliper dessus), pas trop trop dangereux, et non pas qui me tue les lombaires mais achève de tuer mon épaule droite qui est naze et douloureuse. mais j’ai pas le choix.,

              • Ce n’est pas ta scie, même lourde, qui te fatigue les lombaires, ma belle, c’est juste ta position quand tu scies comme on le voit sur la vidéo. C’est pour ça qu’utiliser un chevalet serait plus raisonnable, je pense.
                Mais ça fait partie de ton vocabulaire ce mot-là ? « raisonnable » ? je ne suis pas sûr … aussi je n’insiste pas.

                ;-)

            • Ah ben si quand même, une part de notre compétence orthographique est certainement automatisée, manuscrite ou tapuscrite. Ne serait-ce que comme conséquence de l’identification des mots (à la lecture), dont le processus de reconnaissance finit par s’automatiser (tôt ou tard). Lorsqu’on écrit, puisqu’on n’est heureusement pas tout le temps en train de chercher ou vérifier la graphie des mots , c’est bien grâce à une certaine automaticité orthographique non ? Mais c’est beaucoup moins évident pour l’orthographe grammaticale ( les accords, les terminaisons des verbes conjugués…) que pour l’orthographe d’usage.
              Enfin bon, je parle pour moi hein, je me perçois plutôt comme ayant une orthographe assez bonne, même si je fais aussi des « fautes » et que je N’AIME PAS ça !!!

  4. m.. je n’en reviens pas.. mais c’est un travail de titans… La Grèce: je voyais ciel bleu, soleil, et bien non, c’est l’hiver, et quel hiver… je vous tire mon chapeau… pour votre courage..
    je vous embrasse… anne-marie

    • et vous avez vu comme je suis mignonne avec votre petit bonnet ? ;-)
      chère anne-marie, la grèce c’est aussi l’hiver, même dans les cyclades. oh, c’est de la gnognotte à côté de l’hiver dans les régions du nord, épire, macédoine et thrace, mais justement, comme on est dans les cyclades, une météo aussi désagréable amène toujours de petites catastrophes ou des périodes où l’inconfort est constant – et donc inteeeeeeeminable. et puis ma maison n’est pas faite pour l’hiver faut bien dire ! je vous embrasse également très fort.

  5. Ah ! les pays méditerranéens quand c’est l’hiver !!!!! Apocalyptiques !!! J’ai vécu 9 ans sur les Hauts Plateaux algériens : quand il neigeait la vie s’arrêtait ! Plus d’électricité, plus de fuel pour se chauffer, + coupures d’eau ,plus d’école, etc….. Ici (Marseille) on n’en est pas là mais ça peut être impressionnant ! Dés qu’il tombe 3 flocons il n’y a plus de ramassage scolaire déjà ! moi je ne mets pas les pieds dehors : j’ai HORREUR de la neige ! Alors ce petit film (BRAVO POUR LA CINÉASTE !) me « parle » !!!!! Je compatis, et je me demandais quelle température vous aviez à l’intérieur ? Heureusement le soleil revient assez vite , et tout est vert et les fleurs sont contentes, et c’est merveilleux !
    Plein de bonnes pensées !
    Catherine

    • la cinéaste moi-même vous remercie pour ces compliments. les jours de vent du nord, toujours glacial, venu droit d’ukraine et au-delà, j’ai en général 10°-11° dedans au réveil, dans la pièce « chauffée ». en fin de journée après avoir fait du feu,, je suis contente si j’atteins 15°. mais par exemple aujourd’hui, on a eu un peu de soleil, et c’est tout de suite « efficace », il est déjà bien remonté au zénith, il est chaud et efficace (je pense au soleil d’hiver dans mes alpes : en plein dedans, il fait bon, mais le moindre petit morceau de nuage, et vous voyez le thermomètre faire un plongeon spectaculaire). bon, les fleurs sont pas vraiment contentes contentes, beaucoup de plantes ont « cramé » dans le vent glacial de ces derniers jours, mais les chats sont ravis, c’est sûr. oui, j’ai lu des récits d’hiver dans les plateaux nord-africains, GLAGLA !!! et j’ai habité marseille, je me rappelle les jours de mistral en hiver, quelle galère pour aller au lycée, une fois il y avait tellement de vent que ma grand-mère m’avait accompagnée pour me faire tuteur !!!

      comme je suis une helvète assez typique, la neige est une seconde nature, et je dois dire que la fin de la vidéo, le bruit des pas dans la neige, c’est exprès, car ce bruit-là me manque, scrouitch scrouitch… et aussi l’odeur avant que la neige tombe, et le silence ouaté, juste le minuscule choc des flocons lorsqu’ils tombent, ça aussi ça me manque parfois. ici, la neige fait beaucoup de bruit, c’est de la neige très mouillée, souvent mi pluie-mi neige, mais j’ai adoré filmer/enregistrer le bruit de mes pas … maintenant je regrette de ne pas l’avoir fait plus… scrouitch scrouitch scrouitch

      plein de bonnes pensées également catherine !!

  6. Bien reçu, on te fait parvenir tous les vieux écrits de Jack London sur le sujet , » l’appel de la foret, ,  » Beliou la fumée » , etc , etc  ».
    Cela dit, je me joins aux précédents pour dire qu’on est beaucoup plus efficace en travaillant à hauteur d’homme, et c’est valable aussi pour les femmes si j’en crois le nombre de vertèbres identique .Donc, un chevalet de bûcheron ce n’est ni plus ni moins que deux  » X  » verticaux, réunis par deux traverses horizontales .
    De sorte que la bûche à tronçonner se cale d’elle-même dans le creux du X du dessus et il n’est besoin que d’une main pour l’y maintenir .
    Mais bon, on sait ce que tu vas en faire de ces bons conseils .Pfff .écoeurant tiens !

    • mais est-ce que vous lisez les réponses que je me donne la peine d’écrire ? oui j’ai un chevalet. non, j’ai pas mal aux lombaires mais à l’épaule droite. je ne scie pas des bûches mais du tout venant suffisamment tout venant pour que je doive poser un voire deux pied(s) dessus pour tenir le bois quand j’y pose la scie. en plus sur un chevalet à hauteur des coudes avec le poids de cette scie électrique, je me niquerais définitivement l’épaule droite en risquant de voir mes branchettes et mes bouts de branches gicler de partout. car, renato, tu dis : la bûche à tronçonner se cale d’elle-même dans le creux du X du dessus et il n’est besoin que d’une main pour l’y maintenir .: ben non, cette scie électrique est TRES lourde et c’est impossible de ne la tenir qu’avec une main/unbras. et comme je suis pas shiva, si j’ai les deux mains pour la scie, j’en ai pas une troisième pour tenir mon bout de bois. j’aimerais, mais j’ai pas. prochaine vie.

      oh là, les mecs, une bonne femme vit comme un homme des bois et ça vous excite votre côté pousse toi laisse moi faire tu y comprends rien hein ?

      • Ah ben tu peux être certaine que si on avait été là, Renato, moi et quelques autres, on ne t’aurait certainement pas laissée patauger dans la neige, toi les bras chargés, nous les bras croisés, non mais !
        C’est sûr que tu dois ménager cette épaule fragile… alors, comme dit l’autre : « C’est toi qui voit ! ».
        Par contre, ta dernière phrase est trop longue. Tu aurais pu écrire : « Oh là les mecs, une bonne femme vit comme un homme des bois et ça vous excite.  »
        Point barre.
        ;-)))

      • Ah oui le truc des fringues dans le lit c’est parfait et merci de ton conseil ! A refaire ces prochains jours, on va avoir 0° dans les Cyclades avec du ressenti -7, non mais c’est quoi cet hiver ?

        OK Sylvie, ton épaule va mal et je comprends que tu la ménages mais je peux te prédire qu’avec ta position tronçonnage tu vas bientôt te payer en plus une belle lombalgie – je sais de quoi je cause avec 30 années de tronçonnage pour mon bois d’hiver

        • cet hiver est un vrai panaris. yena marre !!!

          pour le bois, pas de solution, le chevalet, JE PEUX PAS, JE PEUX PAS TENIR D’UNE MAIN CETTE SCIE ET TENIR LE BOUT DE BOIS DE L’AUTRE, LA SCIE EST TROP LOURDE, JE DOIS LA TENIR AVEC LES DEUX MAINS ET COMME J’EN AI PAS DE TROISIèME à DISPOSITION, JE SUIS PAS SHIVA, à LA PLACE DE CETTE MAIN MANQUANTE J’UTILISE UN OU DEUX PIEDS, DONC FORCéMENT JE DOIS FAIRE COMME çA. FAUT PAS CROIRE, JE VIS ICI DEPUIS QUELQUES ANNéES, QUELQUES HIVERS ET J’AI TOUT ESSAYé. L’AN DERNIER J’AI PAYé UN MEC POUR ME COUPER LE BOIS, MAIS C’éTAIT JUSTE TROP CHER.

  7. automatisme ? « C’est toi qui voit  » niark niark
    je laiiiiiiiiiiiiiiiisse

    tu es un bien galant homme mon zule ! et je cracherais pas sur un peu d’aide, et pour couper le bois et pour rentrer des sacs de croquettes, 15 ou 20kgs, des fois j’en rentre 5-6 sacs, c’est très galère.

    l’épaule est pas fragile, elle est très très malade, douloureuse. probablement que je suis restée trop souvent suspendue à mon bras droit en grimpant !

    j’oubliais un truc super pour se garder au chaud : le soir, quand on se déshabille, mettre les sous vêtements dans le lit ! c’est radical pour éviter l’horrible sensation d’enfiler des sous-vêtements, surtout les collants, humides et froids le matin !!! c’est THE truc bien connu des gens qui font de la montagne. et tu confirmeras sûrement.

  8. je vais m’y prendre assez tôt pour l’hiver prochain… bonnet snood gants de laine, et je vais allez voir chez décathlon, ce qu’ils ont comme chaussettes chaudes… Foi d’auvergnate, qui a connu des -20°, en 1989, le vin avait gelé dans les caves, mais bon le feu crépitait à l’intérieur, et il y faisait bon… froid dehors, pas chaud dedans, on ne s’en sort pas… (des fautes, « mon prof est là) je vous embrasse anne-marie

    • ma chère anne-marie, rien sans me demander avant : j’ai toutes vos créations délicieuses, et elles seront encore là l’an prochain ! mais les chaussettes, là, je dis pas !! ;-) ;-) j’en fais grande consommation !!!

      ah, vous êtes auvergante ? oh oui, alors, qu’il y fait froid en hiver, mais vos maisons sont vraiment prêtes aux -20° sur ces plateaux. je me rappelle avoir traversé à MOTO l’aubrac en pleine tempête de neige, et avoir crevé dans la région de mende, mon compagnon a dû me laisser dans la tempête chercher du secours, j’attendais la bête OU la congélation !!! ;-)

      (j’ai la grippe, je ne suis pas descendue en ville depuis au moins une semaine donc pas de nouvelles à vous donner concernant la poste. mais vous savez que je n’y manquerai pas le cas échéant)

      je vous embrasse très fort

    • J’ai eu une mauvaise séquence une année avec mon épaule gauche. Suite à une fracture importante du poignet (3 broches, 2 mois plâtré) la douleur étant remontée jusqu’à l’épaule j’étais limite en situation d’algodystrophie. Le kiné m’avait dit : « Votre épaule il faut l’oublier ! »
      Facile à dire… quand tu n’as qu’une envie en entendant ce conseil : hausser les épaules.
      ;-)
      Pour te soulager du poids de la scie as-tu essayé de te faire comme une écharpe qui prendrait une partie du poids de la bécane, tout en te laissant les deux mains libres ? tu vois ce que je veux dire ?

      ********************
      « c’est toi qui voiS » oui oui… je l’aime bien celle-là aussi. Pas automatique mais presque !

      ********************
      Oui , je confirme, les fringues dans le duvet c’est sympa le matin quand tu as passé la nuit dans un couloir de l’Aiguille du Midi !!! même pas chauffé !!! un scandale !!!!

Laisser un commentaire