I wish them my happy birthday !

Le beau temps est à éclipses. Oh, toutes petites éclipses, par exemple aujourd’hui on change de régime des vents, et comme toujours dans cette situation, pas de vent. Et quelques nuages. Mais sinon, OUI, vous pouvez nous envier !

Bon, financièrement la situation est proprement catastrophique, et j’espère qu’un ange descendu du paradis des animaux domestiques (celui dont parle le pape François) aura pitié et compassion pour mes bêtes, les bêtes en général, et toutes celles et tous ceux qui tentent de leur faire une vie pas trop moche… Bref, les dons sont bienvenus.

Une amie de l’île fait quelque chose de très chouette, très gentil : elle passe de temps en temps chez ma marchande préférée de nourriture pour les bêtes, et me paie un beau gros sac de croquettes. Vous pouvez imaginer à quel point j’apprécie ! Et aussi les chats, car ce sont des croquettes qu’ils mangent avec plaisir.

Zoé est toujours portée disparue. Je n’ai aucun espoir ni attente de la revoir un jour, même si, de fait, je n’ai jamais retrouvé son corps. Bizounours idem. Et la pauvre chatte très sauvage, qui avait trouvé son nid dans un sac de croquettes, est finalement morte : je l’ai vue un jour descendre titubante vers le champ du bas. Le temps que je décide d’abréger ses souffrances (je mets toujours beaucoup de temps à décider l’euthanasie, probablement trop), elle avait disparu… Mais ces jours, je sens cette odeur tellement terrible de cadavre vers le gros caroubier du haut du champ du bas (sisi), vers un fourré de lentisques absolument impénétrable. Je suppose que c’est elle qui retourne à la terre, aussi sauvage et méfiante dans la mort qu’elle l’a été dans la vie. Plein d’amiEs du blog et du refuge sont en train de vivre des histoires bien tristes, ce sont les chiens ces temps qui paient leur obole à Charon. C’est toujours déchirant. Merde à la mort.

Mais pourquoi ce titre ? Hier, je suis allée à la plage en fin de journée, à cette nouvelle plage vers Santoriniou, pas trop loin de la maison, plein sud donc vite à l’ombre, et où j’ai fait ces photos montées en vidéo (http://leschatsdesyros.com/2015/05/05/hymne-aux-cyclades-au-soleil-la-mer-cetait-hier/). Et comme presque chaque fois que j’y vais, j’ai rencontré sur mon chemin de retour et son chemin d’aller une amie des animaux, qui promenait ses quatre chiens. Elle utilise une sorte de baudrier très finaud, sur lequel elle fixe deux laisses de deux chiens (je suppose pour ne pas se faire arracher les bras…), les deux autres chiens se promenant en liberté. Aucun problème avec Alithia, qui pointe comme d’habitude le nez dans les fourrés, et donc relativement indifférente à ces compagnons possibles. Côté humaines, avec Ruth, on se croise avec plaisir et on se fait la causette. Il me semble qu’elle est aussi solitaire que moi. Et lorsque je rejoins la voiture, un petit bouquet est accroché à une portière…

30-P1540135

Je sais qu’elle regarde le blog, même si elle ne comprend pas les textes, et donc elle se reconnaîtra dans les photos qui suivent : ΓΕΙΑ ΣΟΥ ΡΟΥΤ !!!!

26-P1540118

25-P1540129

Ah oui, le titre ! Hier, c’était son anniversaire, elle ne faisait de spécial pour elle-même (c’est le sort habituel des solitaires, le tout étant d’avoir le cuir assez épais pour ne pas en souffrir), mais elle avait bien brossé ses chiens (elle a aussi plein de chats) pour fêter la chose, en me disant toute souriante « I wished them my happy birthday !« .

 

A la maison, j’ai des soucis chatons. La Féroce a installé ses quatre petits dans la pièce que Fifis s’est gardée pour mettre son bordel : impossible de les approcher, donc impossible de soigner leurs yeux…

Ci-dessous, le 4ème (le petit rose) est déjà parti sous le radiateur pourrave (Fifis garde tout) :

2-P1540138

Les petites femelles que j’espérais trop jeunes pour faire des petits (faute de pouvoir les attraper) les ont faits ici et là. Une petite écaille de tortue en a posé deux dans le champ du bas…

08-P1530968

En plein dans les avoines stériles et surtout en plein cagnard : j’ai fait une sorte d’abri avec deux chaises et un linge…

3-P1540140

Une noire et blanche, elle, a accouché de ses 3 petits dans la panière devant la porte…

06-P1530980

Là, elle me voit et réalise avec horreur que je passe tout près d’elle au moins 100 fois par jour…

07-P1530977

Résultat : elle les a transportés dans ma jungle de géraniums plein sud et sur la terrasse : impossible d’arroser, donc…

1-P1540139

Et je n’ose pas imaginer ceux que je n’ai pas encore trouvés.

C’est la grande saison des araignées et des papillons, et ça fait deux années de suite que je déplore que Marinos fasse brouter ce champ du bas, l’an passé par les chèvres, cette année par trois vaches (bientôt cinq) et le cheval, parce que c’est justement dans ce champ qu’on pouvait trouver les chenilles de macaons sur les fenouils sauvages, et les argiopes lobées, tellement belles.

Il y a seulement quelques jours…

14-P1530719

Aujourd’hui…

1-P1540141

Mais bon, je sais que c’est mieux comme ça.

En attendant, quelques photos d’aragnes…

Ci-dessous, dans la maison, celle qui fait ces toiles en grillage horizontal, avec un système de fils verticaux absolument hallucinant pour maintenir cette partie grillage hors contact avec les supports (branches, tiges, feuilles). Elle est difficile à photographier, car en général en plein milieu de sa construction (ah les problèmes de focale avec les petits appareils numériques), donc là je suis contente !

17-P1530633

Un nid, qui faisait comme une boule… dans le champ du bas, avant le passage des bestiaux (qui bouffent, on l’a vu, quasi tout !)

16-P1530610

Une aragne que j’ai bien emmerdée pour la faire sortir de son tunnel…

15-P1530615

Et l’habituelle épeire anguleuse…

11-P1530997

12-P1540002

Elles sont parties, il me semble, mais la visite des hirondelles au-dessus du champ du bas fut un émerveillement très gai. Par contre, à photographier, dur dur, elles vont vite (ah, les ventrées qu’elles se faisaient des mouches attirées par les bouses…) – donc, j’en ai surpris sur un fil électrique, hélas, pas près…

13-P1530941

J’ai passé une saison de rêve avec mes capucines, j’en ai même fait un album sur Ipernity. Mais ci-dessous, pour dire, quand je proclame l’énormité de mes plantes, voilà la grosseur des tiges, histoire de donner une idée des monstres…

19-P1530693

Fifis tous les ouiquendes m’apporte des artichauts (et pas qu’un peu), et de mon côté, j’ai commencé à récolter des câpres (avant que les gens viennent me les récolter sous le nez, comme d’hab’). C’est récolte flemmarde hein, à quelques mètres de chez moi, et vite fait sur le gaz…

04-P1540048

Les voilà dans l’eau + vinaigre maison + gros sel. Renouveler le liquide une fois par semaine, et attendre… Cela prend pas mal de temps pour que l’amertume disparaisse, mais ma « recette » garde aux câpres (et feuilles et câprons) leur goût sans, en une salade, exploser la dose de sel autorisée pour le mois !

05-P1540049

Et puis j’ai récupéré mon alcool de thym (qui, frais, est tellement brûlant ici qu’il en est quasi incomestible), dont je ferai un désinfectant-qui-sent-bon pour la maison…

03-P1540070

05-P1540072

Et j’ai préparé de l’huile d’hélichryse, qui est en train de chauffer au soleil mais à l’abri des UV sur le toit. Je m’en mets une bonne cuillérée dans tout, c’est une huile assez amère, mais elle a un goût musqué, bestial, vraiment délicieux…

06-P1540075

08-P1540077

Et puis comme il restait un peu d’huile, je me suis fait un petit mélange verveine citronnelle + géranium rosat + menthe poivrée, je verrai ce que ça donne, peut-être que ça sentira bon ? Le pot est aussi dans du papier sur le toit.

07-P1540078

Quant à Nekosan, c’est toujours une bataille contre ses poumons et cette pathologie. Mais il vit sa vie plutôt bien (même s’il ne grandit pas beaucoup, P’tit Loustic est quasi deux fois plus grand que lui maintenant !)…

09-P1530972

Que des mecs :

02-P1540065

Je viens de les frontliner, vu que je commençais à me faire bouffer, et que j’en avais marre de leur / de m’arracher des tiques : donc à ce dernier recensement, j’en ai 61 que je peux approcher suffisamment pour mettre les 0,5ml entre les omoplates. Malgré les morts et les disparitions de cette année, je dois donc en nourrir plus d’une centaine…

Argh.

Et pour finir, un bout d’herbier sur le chemin qui mène de Santoriniou à la petite plage :

17-P1540095

02-P1540022

01-P1540023

18-P1530660

29-P1540132

28-P1540131

19-P1540098

20-P1540099

21-P1540101

18-P1540097

I wish you a happy day after birthday, Ruth !! And happy days till the next « happy birthday » !

27-P1540130

The end !! Τέλος !! Fin !!

22-P1540103

 

 

 

 

 

8 thoughts on “I wish them my happy birthday !

  1. Belle rencontre de solitaires ! et le chaton noir/blanc/costume de Pierrot, je me réjouis de le voir grandir. J’ai vu aussi dans ton herbier cette plante qui fait de faux cornichons qui éclatent comme des pétards quand ils sont mûrs et qu’on les effleure…

    • oui, c’est des ecballium ! même famille que la bryone, et aussi toxique ! mais on s’en fout, c’est chouette de les faire péter quand même: quant au petit pierrot, si artémis veut bien lui prêter vie sous les géraniums…. et tu as vu, une petite tricolore à la zoé ! mais bon, 4+3+2…

  2. Un épisode aussi palpitant que les autres… On a, à la fin du texte et des photos, un sentiment étrange qui dit que c’est toi qui a raison…
    Ici, on s’emmerde avec du superflu… notre vie est aseptisée, mais si plate…
    Malgré les inconvénients, les difficultés financières, la mort et la maladie ou la disparition des chats, c’est toi qui a raison…
    Tu es proche de la nature, de la vie, des saisons et du temps, tu détiens de l’or… tu es une reine et nous, nous ne sommes que des moutons…
    Je suis plutôt short financièrement, mais dès que je me remets, je pense à toi… Promis…
    Un gros câlin collectif….

    • brigitte, non, vous n’avez rien du mouton, et je n’ai rien d’une reine. sans la générosité de celles et ceux qui m’envoient de l’argent, qui m’apportent leur aide sous toutes ses formes, ma dinguerie serait juste impossible. je suis surtout zinzin. mais c’est vrai que cette générosité me permet de vivre une vie avec les bêtes, une vie simple, que je n’échangerais pour rien au monde, même si je vois bien des manières de l’améliorer (en fait d’améliorer la situation des chats). je sais que tu es une fan, et je te remercie du fond du coeur de tes encouragements, et des toujours gentils mots et commentaires que tu poses.

  3. Régulièrement, sur mon parcours de trottineur, je croise un barbu ventru (à moins que ce ne soit un ventru barbu ?) à vélo. Ce matin, il était à pied et tenait au bout de ses deux bras quatre chienchiens façon Yorkshire. Je lui ai lancé : « Alors, on promène la petite famille ?! » « Ben tiens ! » qu’il m’a répondu.
    (La prochaine fois je lui demanderai si sa femme s’appelle Ruth… des fois que… mais ça m’étonnerait)

    ;-)

    • ah, ben je lui conseille le baudrier à laisses, c’est super pratique, et avec 4 petits chiens, il ne se fera pas trop bousculer. ruth qui est toute fine et légère, avec ses 2 gros chiens qui tirent à hue et à dia, se fait bien tirailler, mais c’est ça ou se faire massacrer les épaules.

Laisser un commentaire