Notules et canicule…

Quelques images commentées, certains déjà posées hier.P1150009-001

Les moyens de lutte :

le ventilateur à pied, mon symbiote estival, béni soit-il, maudites soient les coupures d’électricité !

P1140964

Des tissus partout, devant ou derrière les fenêtres et les portes. On me dit dans l’oreillette qu’il faut les mouiller : c’est sec au bout de quelques minutes… Mais bon, je le fais de temps en temps, avec un mélange d’eau avec un peu d’HE d’eucalyptus globulus et de litsea citrata (ça sent la verveine citronnelle, c’est exquis, même si je soupçonne que ça bouffe un peu les poumons) (mais, franchement, 48° ça bouffe encore plus les poumons) (là, j’exagère, il fait que 36°)

P1150010 P1150012 P1150013 P1150015

Souvenir quasi ému de la dernière pluie, le 18 juin, autant dire il y a mille ans…

P1140482 P1140484

Le soir, arrosage obligatoire, même ce qui, en théorie, quand il fait chaud « normalement », n’a pas besoin d’être arrosé (ce matin, spectacle hallucinant dans mon jardin d’une végétation, même les géraniums, qui avait l’air d’avoir été passée au chalumeau)

P1140502

P1140861

La lumière très tôt est proprement inquiétante. Je ne sais pas si vous vous rappelez le lever du soleil dans « Lawrence d’Arabie », ce monstre dévorant qui émerge et qui brûle tout ce qu’il touche au fur et à mesure de son essor. C’est l’impression que j’ai tous les matins (je me lève désormais à 5h, pour être sûre d’avoir un tout petit peu de non-soleil, et donc…:)

P1150057

Un peu plus tard, le soleil ne tape pas encore à bras raccourcis sur la maison, les chats ont encore l’énergie de se regarder d’un sale oeil… Nekosan à gauche, Bizounours (le mal nommé) à droite. Au milieu, sur ma minuscule réserve d’eau pour la cuisine, Aluna, qui, bien qu’aveugle, se démerde très bien pour monter sur le toit et prendre l’air frais de la nuit sur ce petit réservoir.

P1150059

Le moment où le soleil commence à cogner comme un sourd sur la maison, le moment où je ferme la porte… La lumière est très étrange sous cette canicule. Le ciel n’est pas bleu, mais argenté, opalescent, comme si la chaleur et Râ avaient dévoré tout le bleu, ne laissant que des ondes qui semblent mortelles, tout au moins dangereuses, agressives, mordantes.

P1140933

Un coucher de soleil

P1140685 P1140689 P1140690

Ha, les câpriers cette année : alors EUX ils aiment ça, la chaleur, le soleil. Fifis, mon proprio, en a cueilli sur le plant dessous, cette année, en venant tous les jours prélever soigneusement (et pas à l’arrache comme beaucoup de gens) les boutons juste à la bonne taille, plus de 10kg !

P1140636 P1140639 P1140641

Les « agourakia », les caprons (donc les fruits)… Même goût, et moi c’est ce que je cueille, j’adore les petits grains.

P1140642

P1140648 P1140653

Vous voyez ces trucs secs devant ce câprier sous roche ? Ce sont des fibres, très dures, en quelque sorte le « squelette » de ce qui reste de la fois où Keith était venu courageusement couper mon cactus monstrueux. Le cactus a repoussé bien sûr (terrifiant, géant, avec des harpons de 7-8cm qui s’infectent à la moindre piqûre), et je garde ces « squelettes » troués très régulièrement (à l’emplacement des bouquets d’épines) en espérant une fois en faire quelque chose de chouette (c’est très beau)

P1140657 P1140656

La mauvaise « bonne idée » des escargots se fixant pour passer la mauvaise saison (pour eux) : sur mes agaves, en plein sud. J’imagine qu’ils sont désormais cuits à l’étuvée.

P1140645 P1140646 P1140647

Il y a des chatons (à vue d’oeil une douzaine) autour de la maison : une famille recomposée de 3 + 2 tout petits abandonnés par leur mère que la mère des 3 a adoptés (côté est de la maison) : ils adoraient jouer et dormir dans le moteur et les amortisseurs de ma bagnole, je suis donc obligée de la parquer au bout de la route, et je dois tout transporter, mes commissions, les poubelles, les sacs de 20kg et les boîtes de bouffe pour chats et chien à la brouette, évidemment sous le soleil terrifiant, la roue de la brouette yoyotant entre les cailloux… J’en avais chopé un pour le soigner (en gros, ils sont ou ont été tous malades, sauf ça perle, Lipopette!), et les petites dents aigues comme des épines de cactus m’ont transpercé les pouces…

P1140626

La petite famille recomposée, côté est/nord-est : la mère absolue avec les 2 petits (beaucoup plus jeunes que les autres) abandonnés adoptés

P1140581

Avec ses 4 petits à elle (avant que je trouve les 2 petits abandonnés)

P1140571

Ils étaient tous malades. Donc plan de bataille : les attraper… J’ai essayé d’attraper la petite blanche et rousse, qui m’a transpercé les pouces, impossible de la soigner. Elle est morte peu après. Son petit corps était rose de sang : dévorée vive par les puces. Comme les 2 petits gris. Mais ceux-là, j’ai pu les attraper quand ils faisaient encore leur « imprégnation » (imprégnation ou empreinte sur wiki : c’est LE moment où le chaton comprend qu’on a de bonnes intentions. Après, c’est galère !), et j’ai pu les dépucer sans problème (j’ai essayé l’argile, la terre de diatomée et les huiles essentielles genre géranium et lavande : autant pisser dans un arrosoir. Je suis retournée au basique Frontline en spray, c’était une question de vie ou de vampirisation à mort, pas le temps de tergiverser). Impossible pour les 3 autres, mais comme ils ne sont plus malades (coryza probable), ils résistent mieux à ces atroces vampires que sont les puces sur les chatons affaiblis.

P1140514

Comme ils avaient tous les yeux collés par le pus et étaient visiblement très malades, j’ai rusé magnifiquement : une écuelle de pâtée arrosée d’Augmentin en sirop deux fois par jour. Probablement dégueulasse, mais ils avaient faim, les petits comme les grands, et la mère aussi : en quelques jours, les yeux étaient propres et ils jouaient comme des fous (entre autres dans et sous ma bagnole).

Concernant mes pouces transpercés, je suis quand même allée à la pharmacie, demander conseil à ma pharmacienne amour adorée alchimiste frustrée, elle m’a vendu tout ça pour 2€ avec un clin d’oeil !

P1140661

D’ailleurs, question pognon, ma facture d’eau : 140€de consommation, 130€ de taxes, et taxes sur les taxes, TVA, etc. C’est la même histoire pour tout, téléphone, électricité, etc. : moité conso moitié taxes. Logique : dans un pays colonisé et entièrement à vendre côté biens publics mobiliers et immobiliers, il n’y a plus que la fiscalité pour faire (mal) tourner la boutique. Un auto entrepreneur grec qui gagne 100€ donne 82€ à l’état, et se garde 18€.

P1140662

Pays cigale, vous avez dit ? Minuscule drame local bien symbolique de notre situation générale…

P1140998

Autre suspendu, cette espèce de bouteille en forme de grappe de raisin, que je gardais dans un coin couverte de poussière et de cacas de mouche, ça m’a fait tilt tout d’un coup !

P1140949

Gattilier (vitex agnus castus) et plumbago… Mais parfois aussi jasmin et lantana…

P1140947

Les volubilis apprécient également l’été, mais ce matin, il m’a bien fallu constater qu’ils étaient aussi passés sous le chalumeau

P1140968

P1140624

Après le coup de chalumeau

P1150060

La merveilleuse et délicate hélice que forme le volubilis sur le point de s’ouvrir

P1140966

Côté faune, un faucon pélerin, en vol stable, hélas pris de très loin… Mais bon, pour dire qu’il y a des faucons pélerins

P1140973

P1140988 P1140987 P1140978

Certainement un hymenoptère chassant l’araignée, bien fait… (cf plus haut)

P1140518

Une ravissante qui a trouvé son écrin parfait

P1140712

Autres chatons : ceux côté sud. Là, c’est gros souci : la petite tricolore est totalement aveugle, la petite blanche et rousse avait les yeux aussi très abîmés, la mère écaille de tortue est hyper sauvage et défend peu ses petits (contrairement à la rouquine vue plus haut, qui règne par la terreur : les chats font des détours pas possibles pour venir à la maison, elle fonce sur tout le monde – sauf moi ;-) ) et ils sont installés au plus mauvais endroit possible. Là aussi, écuelle de pâtée baignée d’Augmentin sirop, la rouquine a recouvré ses deux yeux. Mais c’était trop tard pour la tricolore. Et je dois dire qu’un chaton totalement aveugle, qui doit boire et manger, avec une mère peu défensive, et installée au-dessus d’une petite falaise dans un buisson en plein cagnard toute la journée… C’est galère !

P1140938P1140834

Autre famille, côté est : une chatte rose et ses 4 petits, très maigrichons, probablement dévorés par les puces (c’est dingue les puces, cette année) mais qui semblent sinon en bon état. La chatte fait un drôle de mic-mac : elle les fait marcher d’ici à la maison de la voisine, puis retour, à l’occasion elle repart seule, ou revient seule, donc parfois c’est grosse écuelle de pâtée, des fois pas. Mais de toute façon, partout autour de la maison, dans les zones à chatons fixes ou passagers, je mets de l’eau fraîche, plusieurs fois par jour, et une grosse écuelle de croquettes, comme en-cas.

 

P1140561

Et Tagada et Lipopette, mais là, je leur ai déjà consacré un post rien que pour elles…

 

P1140883

A part Bouzouki

P1140874

qui est maigre comme un clou, mais qui mange volontiers de petites barquettes que j’achète rien que pour lui (oups, je me rends compte en l’écrivant que je n’en ai plus… et là, pas question de prendre la voiture et de descendre en ville, c’est le coup de chaleur assuré), un autre chat me fait souci : Jean-Gérard… Il a tout du chat dont les reins commencent à lâcher… Apathie, immobilisme, des positions inquiétantes, peu voire pas d’appétit… C’est un chat de Posidonia, donc il commence à avoir l’âge où…

P1140549

P1140504 P1140596 P1140599

Mais bon, il a aussi des moment de grand abandon…

P1140903

Loulou

P1140910

Voilà ! Je termine sur Zule dansant le Hulli-Gulli !

P1150051

C’était Notules et Canicule, un post bien estival !

D’ailleurs, à propos d’été, je vous le souhaite heureux, libre, ensoleillé et rigolo, et je remercie toutes celles et tous ceux qui m’aident à vivre cette aventure de chats, de chienne, d’île et de Grèce aussi gentiment, généreusement et fidèlement. Qu’Helios vous bénisse !

 

 

 

 

 

 

One thought on “Notules et canicule…

Laisser un commentaire