Job.E et les autres

L’hiver est arrivé. Oh, pour l’instant, c’est encore tout à fait supportable dans ma maison foutraque : en ce moment, la porte d’entrée côté sud est grande ouverte. Julie, un peu en bout de course, est couchée au soleil sur la planche qui nous sert de paillasson, Alitheia dort sur le « divan » dehors, et les chats sont répartis un peu partout, dedans et dehors, en sommeil après le repas du matin. Entre les repas, les soins, les petits repas spéciaux pour happy few, les nettoyages de pipis et cacas par terre ou dans la douche, changer le sable des caisses, préparer le feu du soir, faire la vaisselle, et surtout l’attention toute particulière à Myrto et Job.E, ça m’a pris 3 bonnes heures ! En cette période, rebelote le soir ! Mais globalement, je suis plutôt contente du résultat, et de toute façon je ne changerais de vie pour rien au monde. Avec un peu de fric en plus, ça serait plus facile, c’est tout.

D’abord, les autres (chats).

On m’avait demandé une photo de Gudrun, et j’essaie, j’essaie, la voilà un peu plus nette qu’à la photo précédente ! Elle est devenue une petite mémère bien indépendante, pas facile à vivre, mais extrêmement débrouille et aventureuse.

P1170101 P1170102

Julie, couchée sur SA planche au soleil, où elle s’installe systématiquement s’il fait beau. Et vous voyez, la porte est grande ouverte ;-). Bon, du coup dedans il fait aussi froid/chaud que dehors.

P1170278

Cet été, quelqu’un m’a dit qu’il euthanasierait ce chat, Fifi mon beau Fifi, en si mauvais état, avec cette otite profonde inguérissable et cette teigne terrible. Ben non, car pour moi la mort c’est vraiment l’ultra dernier truc, quand le chat lui-même a abandonné visiblement la bataille – et je me fous de la « qualité » de vie. Donc il mangeait et se mettait au soleil, c’est la vie qui s’accrochait, alors c’est bon, quand la vie s’accroche, je me bats avec le chat pour la garder. Je l’ai nourri un peu comme j’ai pas mal nourri Bizule et Teddy quand ils étaient si maigres à faire peur, à la demande, des « bonnes » boîtes (enfin, pour mon budget, en fait du Whiskas, parce que je ne peux pas me permettre ces boîtes vétérinaires de diètes spéciales), et données en dehors des autres chats, dans la salle de bains. J’ai aussi fait un petit mélange de quelques gouttes d’une huile essentielle (HE ahiboro) mélangée avec du macérât maison d’huile de millepertuis, que je lui mets/mettais sur les plaques les plus moches de sa teigne. Et puis j’ai continué (et je continuerai aussi longtemps qu’il le faudra) l’Augmentin 2Xjour contre son otite. Alors Fifi était dans cet état lamentable cet été…

P1160479

Et le voilà cet automne…

P1170300

D’ailleurs, Teddy dans toute sa splendeur, qui dort toujours là, au pied de la verveine citronnelle

P1170294

Ma petite Myrsini si mignonne (qui dort juste en ce moment entre le clavier et l’écran). On voit en contrebas mon caroubier femelle, qui pousse très bien – je ne sais pas si je verrai des fruits, mais au moins, il est là, bien installé, et il deviendra magnifique, j’en suis sûre !

P1170299

De temps en temps, visite d’Azalée. Pas question de l’approcher, mais je suppose qu’elle daignera faire plus que passer en coup de vent au plus fort des froidures.

P1170114

Autre méfiante, Syra, qui me hait toujours autant, mais qui prend ses marques dans la maison et au dehors. J’ai un problème avec les chatières : difficile d’apprendre le fonctionnement de la chose à une chatte qui veut à peine être regardée, et encore, à au moins 2 mètres. Pas facile non plus d’en apprendre le fonctionnement à Myrto, totalement aveugle, qui a peur de se retrouver de l’autre côté. Donc pour l’instant la nuit, s’il ne pleut pas, je laisse une des chatières ouverte, et je suis congelée le matin… et une vraie catastrophe point de vue isolation thermique. J’y vois mon intérêt : certains chats jeunes hésitent à utiliser ces chatières et si elles sont fermées, là ils n’hésitent pas pendant la nuit à faire pipi-caca dedans (d’où mes nettoyages matinaux). Comme il y a déjà Aluna et Polybelle à se soulager systématiquement dedans, je m’épargne un peu les nerfs et le nez au prix de la chaleur.

P1170280

Hier, je me suis fait un repas délicieux : quinoa, feuilles de mauve récoltées devant la maison + haricots à la poêle épicés au curry, le tout arrosé au jus de citron cueilli au verger de Fifi, un oeuf mollet de Pool-Pot… Le PIED !!!

P1170357

Souvenir de l’abandon à la chaleur estivale, interprété par P’tit Loustic…

P1140954

Un chat du dehors, un petit pépère bien aimable bien que sauvage. Il a un oeil abimé, mais sinon semble bien se porter.

P1170303

Bizounours… Mon chagrin quotidien, mais j’essaie de rester sereine, pour ne pas lui polluer la vie. Je trouve qu’il mange moins, et il secoue la tête de plus en plus.

P1150818 P1170267

Ce que me ramène parfois Alitheia de chez le voisin (probablement de chez Marinos) : des têtes de roussettes (elles sont grandes comme ma main)… De quoi affoler les requinphobes ;-). Mais les pêcheurs tuent tout ce qui bouge, requins (même des vrais, hein, des blancs), phoques, tortues, dauphins, de par cette loi insoutenable et humaine que l’homme est l’hyperprédateur et ne peut tolérer d’autres prédateurs sur son terrain de chasse – que de toute façon, concernant la pêche, il parcourt avec des filets gigantesques, qui prennent tout ce qui bouge, condamnant ainsi à l’asphyxie les animaux maritimes devant respirer de l’oxygène ou devant bouger pour respirer. En plus, en période de crise, tout est bon à prendre, tout se vend, tout se bouffe. Car les gens… ont faim en Grèce !  Donc les histoires de protection de l’environnement, de préservation des espèces, tout ça semble vraiment dérisoire quand il s’agit de survivre. Et donc on se retrouve à scier la branche sur laquelle on est assis, parce qu’on n’a pas le choix. Je ne parle pas de la situation grecque sur ce blog, mais je n’en pense pas moins.

P1160542 P1160537

Maintenant, JobE !

Le 13 novembre, je sors le matin pour nourrir les chats côté poulailler, et j’aperçois de petites taches inattendues… Un bon point si vous les trouvez !

P1170075

Et là, je râle !

P1170074

Deux tout petits chatons (en fait il y en avait un 3ème), probablement nés fin octobre. Des chatons de l’été : toujours toujours une catastrophe ! Ils sont sevrés juste quand commence l’hiver, qui les fauche faute de chaleur, de bouffe… Et quand les chatons sont malades, c’est la mort à 100%. Ce novembre a été absolument inouï, miraculeux, il faisait chaud même la nuit, donc je ne me suis pas fait trop de souci, ils avaient des chances… Surtout que la mère n’était jamais loin et mangeait bien : j’ai supposé qu’elle les allaitait encore.

P1170317

Mais les jours passaient, et je les voyais végéter, malingres et toujours au soleil en petit tas se réchauffant les uns les autres… J’ai eu du mal à les approcher, ils étaient très sauvages, et surtout je ne voulais pas que la mère les emmène au loin, donc loin des abris, de l’eau, des repas. Quand j’ai réalisé qu’ils étaient très malades, j’ai essayé de les soigner sans effaroucher leur mère. Anti-puces, anti-vers, antibiotiques, pipettes de Smecta, petites assiettes de nourriture rien que pour eux… Mais ils avaient une diarrhée terrible, et une diarrhée sur des chatons très affaiblis…

P1170313 P1170314

Ces petits poussinets dormaient souvent tout enfoncés dans un petit pot de fleur en plastique, rempli d’herbes… Quelque part, l’image même du désespoir.

P1170319

La petite tricolore puis le roux et blanc sont morts coup sur coup. Après les avoir enterrés, je suis restée dehors à regarder comment cela se passait entre le dernier chaton et la jolie-maman. Et c’était insupportable ! Ce petit rouquin si chétif, si seul, s’approchait de sa mère qui, lorsqu’elle daignait le laisser faire, se contentait d’un petit coup de langue sur la tête, puis allait s’installer juste un peu plus loin. Le chaton réessayait, et la mère se déplaçait à nouveau. Alors j’en ai eu MARRE (en fait, soit c’est une très mauvaise mère, soit elle est déjà et de nouveau enceinte, soit elle n’a plus de lait depuis longtemps) et j’ai pris le chaton avec moi. Oups, pas lourd le chaton, quelques centaines de grammes, je lui sentais les côtes, les hanches. Au début j’ai fait mère kangourou, je l’ai installé dans une écharpe en mohair contre mon ventre, au chaud, et je lui caressais la tête (je fais ça encore quelques fois par jour, histoire de lui dire physiquement que je l’aime et le désire)… Puis je l’ai installé dans un carton bien confortable, avec bouillotte, là aussi écharpe en mohair (Anne-Marie, je te bénis chaque fois que je touche à tes cadeaux !), et je l’ai nourri à la pipette, du Smecta, avec du complément alimentaire vitaminé dilué dedans, toutes les heures. Comme j’ai réalisé que les chatons n’avaient survécu (!) que par les repas et les croquettes, je n’ai pas cherché à acheter du lait maternisé, mais à le mettre à la pâtée, elle aussi améliorée au complément alimentaire. De plus, je lui donne de l’Augmentin (mais je vais donner la dernière dose ce soir, je pense que c’est bon question infection).

Alors voilà en images Job.E (au début, je croyais que c’était un petit mâle !) dans sa lente remontée vers la vie…

Le premier jour, il y a 4 jours en fait, dans son carton, avec la bouillotte et le châle en mohair

P1170323

Le carton que je recouvre bien, d’abord pour que les autres chats ne la dérangent pas, ou pire encore ne l’écrasent pas, pour garder la chaleur, mais aussi pour l’obliger à dormir : un peu d’ennui au chaud dans le noir, je pense que c’est bon pour la convalescence !

P1170324

Son pemier repas. Elle mange de très bon appétit, mais ne boit pas… J’ai vu que, dans le couloir, elle mange surtout les croquettes, donc j’insiste beaucoup sur la pâtée

P1170325

Sa première « sortie », le jour de son arrivée dedans

P1170334

P1170342

C’est une petite miauleuse, j’imagine qu’elle a beaucoup beaucoup appelé sa mère. Mais son miaulement est un tout petit « miii », à peine audible

P1170339 P1170358

Elle a trouvé accueil et chaleur auprès de Loulou, qui est un amour de chat…

P1170367 P1170355 P1170351 P1170347 P1170344

Mais il y a aussi Fétigre… Sur la photo, je l’ai à peine ramené de chez le vétérinaire, et il est KO : le matin (hier, donc), je l’avais emmené d’urgence se faire couper les joyeuses, je venais de passer une nuit in-fer-nale avec ce Sex Machine Get Up, qui essayait, comme tous les jours avant, de se faire tout ce qui bougeait, vieux mâles compris, et aussi Myrto, affolée, et j’ai décidé de braver la pluie diluvienne avec ce petit mec à la sexualité débridée quand je l’ai vu jeter un regard torve à Job.E : ah non alors !

P1170387 P1170393

La patte ! Mais la PATTE du mec !

 

Mais je crois que l’image même de ce retour vers la vie, c’est cette photo : Job.E qui s’est enfilée entre Fétigre, Fégrise et Loulou… Chaleur des congénères, après un petit caca sur mon lit, un petit nettoyage (très bon signe), elle va faire un gros dodo – elle a même commencé à ronronner, et ça, si c’est pas LE signe d’un peu de sérénité retrouvée !!!

P1170383

Et tout cela, ça se passe ici, dans l’oasis des Chats de Syros !

P1170290

 

 

 

15 thoughts on “Job.E et les autres

  1. Merci !
    petit colis envoyé hier – ais pas pour les chats, petites douceurs pour toi toute seule ; )

    Il est censé arriver le 7-12 en Grèce, mais à Syros… Je ne sais pas ! ! !…

    • chic, noël avan noël ! merci mille fois, je me réjouis d’avance.
      et toi aussi tu me dis merci ? je devine que l’histoire de job.E, c’est quelque chose qui fait du bien, vu que ça m’en fait à moi !!! pour l’instant, elle est dans son carton, et j’espère qu’elle roupille toutes ses émotions de la journée.

  2. et oui, ça fait du bien !… : )
    j’ai proposé à ma copine Coco de parrainer Job.E ou Loulou ou un(e) autre, maintenant que nous avons appris que son Jolicoeur était mort… J’attends de connaître son choix : )

    moi, je suis vraiment désolée pour mon beau Bizounours…… il ne souffre pas encore, si j’ai bien compris, mais……

    • pauvre coco et son jolicoeur ! mon joli coeur à moi est aussi mort cet été. enfin, disparu. pourtant il semblait en bonne santé et très joli coeur. et un jour, j’ai réalisé qu’il n’était plus là.
      oui, loulou est aussi à parrainer, et c’est un très merveilleux chat. pas jeune, c’est le frère de jean-gérard qui vient de mourir, ils sont arrivés dans ma vie quand je vivais encore à posidonia, donc en tout cas 10 ans. de tous ces chats de posidonia, ne restent que lui, fifi et julie.
      oui, ton bizounours, c’est affreux. la tumeur est horrible à tâter, et énorme. mais pour l’instant, il ne semble pas souffrir. il dort avec moi tous ces jours, alors qu’il le faisait très rarement… donc oui, mais….

  3. Bravo pour ton combat pour la « petite dernière »… qui a l’air bien mignonne… J’ai plus paypal, Je vais voir ce que je peux faire.

    • vi, elle est minuscule et très mignonne avec ses yeux en amande. je suis en même temps très optimiste et en même temps très très méfiante : j’ai trop souvent vu des chatons de cet âge mourir en quelques heures. et elle, elle vient de très loin. mais bon, comme le bonhomme qui tombe du 100ème étage : pour l’instant tout va bien…

    • j’ai bien reçu ton mail, suivi ton lien et t’ai remercié dans la foulée par mail ! tu as pas reçu ? décidément, nous sommes maudits !
      parfois ma couronne tient un peu du garrot (par exemple ce matin) mais la plupart du temps, légère à porter !
      plein de baisers cher zule !

  4. Job.E (tu continues à l’appeler comme ça ?) : jolies photos, belle histoire, elle va s’en sortir j’en suis certaine. Merci pour ton long récit…et vive ce beau novembre qui te permet de faire face à l’hiver
    avec plus de sérénité.

    • vi, Job.E parce que parce que. là elle dort enfoncée dans la fourrure de julie, c’est plutôt chouchou, et émouvant, vu l’état de la belle ancêtre.
      monostou a mangé ses croquettes, et bizounours un peu de pâtée : ouf !

  5. Toujours captivant de te lire, de regarder les photos et de suivre les aventures de tous tes poilus. Incroyable le changement de Fifi. Quant au petit dernier, seul survivant de sa fratrie, il est bien tombé! bravo à toi. Misty

Laisser un commentaire