Depuis l’automne grec, regards sur cet été, un dilemme (?)

Je vis un terrible dilemme, et celles et ceux qui me connaissent bien vont très bien comprendre à quel point je me sens pas mal torturée par mon dilemme.

Il y a des chattes que je ne vois jamais, sauf quand leurs petits sont assez grands pour les amener aux alentours de la maison (eau et bouffe toujours à disposition). Elles y finissent l’éducation des chatons, les sèvrent et se barrent. En général, ce sont des chattes excessivement sauvages, que je peux à peine regarder sans les faire détaler. Par contre, c’est chaque fois quelques chat(on)s de plus à soigner et nourrir.

Il y a quelques semaines, je réalise que sous le caroubier du bas, il y a 3 chatons (2 noirs et un roux), avec leur mère, une petite chatte isabelle. Je descends vérifier que tout va bien, un des petits noirs et le rouquin s’enfuient ventre à terre avec leur mère loin très loin du monstre bipède qui fait tellement de bruit, mais reste un petit, un tout tout tout petit. Terrifié, allant à gauche, à droite, risquant de tomber de la falaise, et je réalise qu’il n’a plus d’yeux. Totalement aveugle, comme Myrto. Comme je n’ai pas eu le temps de voir vraiment les 2 autres chatons et la mère, je recommence le coup de l’assiette de boîte goût Augmentin. Et là aussi, il m’a semblé, pour le peu que j’ai pu apercevoir d’avant vs après, que cela avait été très efficace, même sur le petit aveugle qui n’a plus d’infection aux yeux, hélas trop tard.

La petite mère a fini par faire remonter ses 3 petits vers le poulailler. La voilà. Le petit totalement aveugle est à droite. Sa petite frimousse est étrangement déformée par cette absence d’yeux. L’autre noir, qui tète, a les yeux très abîmés, et je pense qu’il ne voit que partiellement le monde, un peu comme le percevait Aluna. Et le rouquin est borgne.

P1210429

Comme d’hab’, la mère me regarde avec beaucoup de méfiance et crache et souffle et se gonfle comme un poisson lune dès que je m’approche. J’essaie de le faire le moins possible, car le petit aveugle dans ces moments s’affole complètement et se met à divaguer dangereusement en direction de la falaise ou du cactus géant à épines de 7-8cm… Mais comme pour Blériotte, il est suffisamment handicapé et moi je suis suffisamment rapide et pas aveugle pour l’attraper quand même. C’est toujours un peu risqué pour lui, mais je peux.

P1210475

La petite mère, pas commode et hyper méfiante

P1210466

Ce pauvre petit bout de chaton (la photo est mauvaise, il faisait quasi nuit)

P1210467

Le rouquin borgne

P1210471

Pendant un temps, j’ai pensé que la chatonne de derrière (j’imagine une femelle, vu le pelage) était aveugle aussi. En tout cas, elle semblait voir très mal quand ils vivaient sous le caroubier. Mais quand je vois comme elle s’enfuit maintenant qu’ils vivent près de la maison, je pense qu’elle voit suffisamment pour se repérer plutôt bien. Par contre, le petit aveugle est vraiment une pauvre chose. Il loupe régulièrement les tétées, mais comme 2X par jour, je leur apporte une assiette de pâtée que je mets le plus près possible de lui sans le faire s’enfuir, je sais qu’il mange. Pas certaine par contre qu’il ait pu comprendre qu’il y avait deux écuelles d’eau (pas d’odeur).

P1210464

Par contre, il y a de la vie, et pas triste : hier, après le repas, je les ai vus les 3 jouer comme des chatons « normaux », même l’aveugle qui n’était pas en reste, sautant sur les herbettes, faisant des galipettes, et même essayant de grimper au gros olivier qui leur donne de l’ombre.

Mais. Je vois déjà comme c’est compliqué avec Myrto, enfin, comme cela a été compliqué avec elle. Maintenant, c’est vrai, elle se débrouille incroyablement bien. Elle a un peu restreint ses activités exploratoires, quand elle disparaît, elle est en général quelque part sur le champ du bas, elle sait où manger, où boire, et le plus souvent elle dort la nuit avec Romuald, Blériotte, Monostou et Bizounours sur mon lit, en parfaite connivence. Alors pourquoi ne pas faire la même chose avec ce Petit Chose ??

J’ai des pensées assassines, qui s’appellent euthanasie, non, je n’en peux plus, c’est trop, Myrto, Abousimbel, P’tit Loustic, la barque est pleine, la responsabilité trop lourde, en plus comment les laisser à mon cats-sitter… Bon, juste après, je me dis que P’tit Loustic est totalement autonome, c’est déjà ça. Mais quand même… Assumer un autre chat totalement aveugle ? En même temps, je pense à sa manière de jouer hier, il était si gai, si sauteur, si vigousse. C’est son enfance, on n’en a qu’une d’enfance, et c’est justement ce dont je suis fière : assurer à ces chatons une enfance de chatons en sécurité, libres, nourris, soignés le cas échéant, abrités quand il pleut ou qu’il fait froid, etc. Je ne vais pas lui enlever ça. Il n’est pas encore sevré, sa mère s’occupe encore de lui… Mais une fois sevré, hein ? Et attention, ce n’est pas Myrto qui à son âge se laissait prendre et interagissait affectueusement avec moi. Ou alors croiser les doigts, le laisser se démerder de son côté du poulailler, ne plus intervenir sinon en les/le nourrissant à part ? L’amener plus grand, une fois sevré, pour une petite piquoûze finale, alors qu’il aura suffisamment pris confiance en lui et en son environnement pour se démerder pour survivre ? Mais Myrto fait mieux que survivre, et elle ne fait pas du tout pitié. Alors pourquoi pas lui ? Mais en ai-je l’énergie, moi, si lui l’a ?

Voilà mon dilemme.

 

Au suivant ! (mais vu l’heure, peut-être plus tard dans la soirée ou demain, car 100 chats, c’est nettement plus qu’un mi-temps !)

 

10 thoughts on “Depuis l’automne grec, regards sur cet été, un dilemme (?)

  1. oh ! comme la décision est dure à prendre…je ne vous donnerai pas de conseils là dessus.. je vous embrasse très fort.. et pense bien souvent à vous… anne-marie

    • chère anne-marie, comme épibelle le dit, et comme je le suggère dans mes réponses, je pense que je ne vais prendre aucune décision fatale, et je vais laisser ce chaton tranquillement grandir dans le petit univers qu’il est en train d’explorer du côté du poulailler… je vous embrasse très fort également !

  2. Ouh la ! Je préfère ne pas être à ta place ! Et ça tombe bien : je n’y suis pas… Fais comme tu le sens ma Reine. Quoi qu’il en soit ce sera la bonne décision, si tu l’assumes complètement. C’est à dire sans regret ni culpabilité.

    • rho, mais je suis pétrie de regrets et de culpabilités !! c’est un affreux moteur qui marche sans aucun problème. mais comme dit épibelle, je ne me vois pas attendre qu’il soit sevré pour le faire euthanasier, qu’il sorte de l’enfance pour le faire mourir, même si la raison raisonnante voudrait que ce fût la seule action raisonnable ! mais je dois avouer qu’avec tous mes handicapés, ça alourdit la barque très très sévèrement.

    • c’est vrai. en fait, au départ, rien ne prédisait que je serais une follache précaire et foutraque aux 100 chats, mais parfois c’est un chemin creux, et qui ne présente plus de croisement : faut aller jusqu’au bout.

    • yessss. ben je le nourris, il commence à venir à mes psss psss psss, et c’est plus un dilemme, juste une barque un peu plus pleine et plus difficile à mener…

    • pas trop mal. comme tous les chats aveugles, une capacité à se débrouiller incroyable. et puis des moments où elle est complètement perdue et où je dois aller la récupérer. mais le fait de la voir jouer avec les 2 autres, et profiter du soleil… le dilemme n’en est pas un, bien sûr !

Laisser un commentaire