Divers d’été

Et en vrac, en plus.

Mais seulement après ceci :

Merci à celles et ceux qui m’aident par leurs dons. C’est bien sûr vital pour « Les Chats de Syros ». Non seulement je sais gré de votre générosité pour laquelle je vous suis infiniment redevable, mais j’admire votre constance, votre fidélité, et aussi bien pour les petits dons réguliers de parrainage sur lesquels je peux toujours tabler que pour des dons importants depuis des années qui permettent par exemple d’être certaine de pouvoir payer mon loyer, dons envoyés parfois avec une discrétion et une modestie touchantes. En échange et pour l’instant, tout ce que je peux promettre c’est d’assurer à mes dizaines de chats, mes deux chiens et mes trois oies une vie pas trop moche…

Merci aussi à tous les gens qui commentent et partagent sur FB.  Mais à elles et eux, j’aimerais dire un mot : un blog se nourrit des gens qui y passent, et qui, parce qu’ils apprécient un texte, des photos, y laissent un petit mot, un petit « like », et qui partagent le site non pas depuis la page FB, mais depuis le blog lui-même. Simplement pour faire vivre ce blog. Les dons dépendent de la visibilité du blog, et en y interagissant avec moi, ce peut être une manière d’élargir le lectorat. Peut-être. Attention, je ne crache pas dans la soupe, j’adore les réactions sur FB, mais c’est très motivant d’avoir des commentaires sous une publication, auxquels je m’efforce de toujours réagir. Pas toujours dans la journée, mais je finis toujours par répondre.

Bérurier telle la grâce abandonnée au sommeil…

P1280999

 

Chatons.

Ici, une petite famille de dehors, et il vous faut compter les oreilles pour trouver combien de chatons…

(mais il s’agira dans ce post d’une autre famille…)

P1280879-001

La soeur tigrée de Bobby ze Blob et Sebastianos* a accouché de quatre petits dans ma chambre. Je me rappelle avoir été chokingchoking lorsqu’un ami m’avait dit qu’il ne voulait pas faire stériliser sa chatte, parce que les chatons, c’est vraiment trop chouette de les voir grandir autour de soi. Bien sûr, je lui avais sorti tous les arguments qu’il faut opposer à ce genre d’opinions, c’est comme ça, c’est la loi non écrite des amiEs des chats (idem pour les chiens, bien sûr), et ça ne se discute pas.

*(la fratrie comprend encore Busette l’écaille de tortue borgne, que je n’ai pas vue ces derniers jours, et Colette la très jolie, fine et légère isabelle, qui a définitivement pris le maquis et ne passe ici qu’en rasant les murs et en soufflant contre tout ce qui bouge, mais qui se laisse volontiers et longuement papouiller)

Mais j’ai eu trop de chats morts autour de moi, des dizaines et des dizaines, mon coeur est une nécropole. Alors je dois avouer que cette petite, je l’ai laissée aller au terme de sa grossesse parce que j’avais envie de vivre avec ce joyeux chaos qu’entraînent forcément une mère chatte bien méfiante et protectrice et ses chatons qui au début ressemblent à de petites saucisses gluantes (dont j’ai dû couper les cordons et jeter les sacs amniotiques, parce que cette primipare semblait vraiment dépassée par les événements) avant de devenir des adultes flemmards pour lesquels je me ferai un souci perpétuel …

La jolie maman et ses quatre petits, dont carrément trois roux (elle a choisi ses mecs ??)

P1280437

Elle en a fait quatre, deux tout roux, un roux et blanc et un tigré. Les petits, en parfaite santé, avaient encore les yeux fermés qu’elle s’est couchée sur un des roux et le tigré, et les a étouffés. Je me suis foutu des claques de l’avoir installée dans un carton peut-être trop petit, j’ai enterré les chatons (oh le petit tigré était vraiment très très joli)  et j’ai installé la famille dans un plus grand carton, non sans les avoir passés au moment du déménagement à la terre de diatomée, contre les puces. C’est extrêmement efficace (également contre les fourmis), et ça me fait moins mal au bide que de les asperger à l’insecticide (Frontlin*) à peine nés, pour un début de vie à peiné entamé déjà pollué.

Les deux petits survivants, et qui commencent à chercher la sortie

P1280778

Et voilà. Les jours ont passé, ils ont grandi dans leur grand carton, la vie est simple, on dort, on tète, on rampe, on piaille, et on recommence – pipis et cacas très bien nettoyés par cette petite mère – les yeux se sont ouverts, petite alerte pour le roux et blanc, les yeux pleins de pus, le nez tout enchifrené, quelques jours avec une goutte d’Augmentin matin et soir, et ça va mieux – c’est le GROS problème ici : un virus de rhinite chronique circule depuis des années, résistant à tous les antibiotiques et malheureusement très contagieux à cause de la promiscuité générale,  ceux y échappant ayant le meilleur système immunitaire (maintenant, on est toutes et tous devenus de petits savants en matière d’épidémies, de virus avec ou sans couronne, de contagion, non ?).

Dans ma chambre, le chaos des couvertures et de petits coins où dormir, et le carton grand modèle, avec sa « fenêtre » enfin ouverte !!

P1280983

Les petits ont commencé à rouscailler parce que les parois du carton étaient trop hautes pour sortir, j’ai donc ouvert la « fenêtre », ils ont progressivement découvert la chambre et les léchouilles de Roudi et d’Alitheia (non sans avoir essayé d’impressionner ces monstres gigantesques à coup de positions spectrales ouhouhouh fais gaffe je suis terriblement dangereux, trop mignons tout gonflés, avec leur petite queue hérissée dressée comme un petit crayon, incroyablement courageux si on compare les tailles). Comme ma chambre est un passage entre la pièce à vivre et la zone des conserves, sacs, croquettes et écuelles (bref les deux autres pièces de la maison), ils ont également fait connaissance avec les autres chats (certains comme Krasu ou Monostou sont de vraies mères, ils passent des heures à nettoyer ces deux chatons qui adorent ça – et de ce point de vue, mes petits mâles sont globalement beaucoup beaucoup plus sympas avec les chatons que les femelles).

Alitheia et le petit cul du rouquin

P1280868-001

Time for joujoute ! Jusqu’à épuisement.

P1280933

Et maintenant, c’est la période où je les adore mais où leur folle activité dès potron minet me jette du lit à des heures pas possibles, genre 6h du matin (mais au moins c’est à la fraîche. Le seul problème c’est que je suis HS dès 16/17h et qu’il me faut presque ramper au lit le soir tellement je suis claquée !). Je les vois jouer comme des dingues, alternant roulades frénétiques, courses sur les murs, bonds de cabris, saute-mouton et cris, et un moment après, ils sont immobiles dans la position qui les a vus se coucher exténués et s’endormir instantanément.

En général, la petite mère réveille le duo endormi avec ses légers cris très caractéristiques, en point d’interrogation, des maman-chats, c’est l’heure de la tétée (mais ils mangent déjà normalement aussi, et même font leur cacas dans les caisses – c’est tellement facile de leur apprendre), et pour finir toute la petite famille se rendort, les chatons accrochés à leur téton, jusqu’au prochain moment de cette phase tellement chouette du  « Je découvre mon environnement, et je m’amuse beaucoup à tout tester ».

Maman-chat et ses petits

P1280897-001

P1280975

P1280978

P1280984

Au moins, eux deux ont une vraie enfance, insouciante, protégée, ils sont gais, en bonne santé, aimants et aimables, et c’est déjà ça de pris sur l’ennemi. Et leur joie de vivre fait du bien à mon âme pas vraiment au sommet de sa forme…

Endormis dans quelques secondes… 3… 2… 1… SOMMEIL !

P1290020

Et voilà le travail !

P1290007

P1290014

P1290068

P1290069

4 thoughts on “Divers d’été

  1. J’oublie toujours de cliquer sur *J’aime… pour une fois que j’essaye, impossible ! Enfin, j’ai essayé… j’espère y être arrivée… Sinon, les petits sont très mignons;.. je suis très triste que cette pauvre primipare ait étouffé ses 2 petits à cause de la petitesse d’un carton. Mais ça fera 2 petites gueules de moins à nourrir puisqu’il faut être pragmatique quand on n’a pas un rond.. ou presque…
    Mais ceux-là au moins auront + de chances que ta nécropole intra crânienne…
    Courage… je t’admire…

  2. Raaah ! Les chatons !!! Je craaaaque ! Comme je te comprends… Et combien j’admire ta résilience et la qualité de ton écriture.

    Baisers fraternels.

    J&J

  3. … Bien que je sois nettement plus chien(s) que chat(s), j’avoue que tes deux petits rouquins me font craquer ! mais je n’ai plus de chat depuis qu’on s’est aperçu que ce vecteur incorrigible de puces en transmettait sans arrêt à Jübel, mon bully préféré, et que celui-ci, atopique (comme tous les bull-terriers que j’ai eus jusqu’ici..) faisait des réactions dévastatrices à… la salive dedites puces !
    Alors, il a fallu faire des choix…
    Bises à toi et à ta smala grandiose !
    a.m.

Laisser un commentaire