Pendant que le monde a des spasmes…

Indifférents aux cahots-chaos du monde, les chats à Chroussa continuent au mieux à jouir de leur refuge, au pire à lutter pour leur survie : des patraques, des heureux, des malades, des qui grandissent, des qui s’adaptent, et moi au milieu de tout ça, à la fois consternée par l’actualité quelle qu’elle soit, il faut bien dire, et attentive à ce tout petit monde cherchant à tirer le meilleur parti d’une vie qui est toujours courte, et qui semble conjuguer à toutes les personnes ce vieux « Carpe diem » !

Continue reading

Depuis l’automne grec, regards sur cet été, Gaïa, nourrice sèche

Une histoire d’amitié. Comme je n’ai jamais vu auparavant. Compliquée. D’un côté, une chatte rousse qui donne naissance à 4 chattes, presque identiques, tigrées avec du roux dedans, sauf que l’une d’elles est très malade et absolument minuscule. Cette famille-là habite côté petite falaise à apéro. D’autre part, cette fois tout près de la maison, là où couvait Pool-Pot, une autre famille : une chatte noire et blanche avec un chaton lui aussi noir et blanc et du même âge que les petites de la falaise. Et une chatte tigrée, qui n’a pas été enceinte ou qui a perdu ses petits, je n’en sais rien et qui rôde dans le coin. Donc 3 chattes adultes, une rousse, une noire et blanche et une tigrée. Et 5 petits, un mâle et 4 femelles. Last but not least : toutes (allez, 7 femelles pour UN mâle, je mets ça au féminin) intouchables, inapprochables, sauvages même si dans les environs de la maison (ah lala, je pense galère des stérilisations…*). L’héroïne de cette saga, c’est la chatte tigrée.

Continue reading

Depuis l’automne grec, regards sur cet été, chachaleur

Il y a eu des étés beaucoup plus éprouvants, plus chauds, plus longs. Comme je craignais que ce ne fût pas le cas, j’avais pris les devants en commandant une folie budgétaire mais délicieuse : une petite fontaine solaire. Les chats aiment boire cette eau courante, et le bruit de ce glouglou a quelques chose de joyeux. De plus, l’eau reste longtemps claire (parce qu’elle est en quelque sorte « filtrée » par les fentes qui permettent à l’eau de circuler vers l’hélice) et toujours fraîche.

Continue reading