Sébastien et Riri-Monmariri.

Sébastien et Riri ont un peu le même pelage, Riri un poil plus de noir. Pas vraiment le même caractère. Mais je les mets ensemble dans ce petit texte pour les anecdotes que j’aimerais raconter à leur propos.

Riri, depuis décembre 2012 avait une sinusite chronique. Le bruit qu’il faisait en s’obstinant à respirer par le nez (comme tous les chats) valait bien le ronflement humain en refuge de haute montagne : tampons dans les oreilles obligatoires, d’autant plus qu’il ne me lâchait pas d’une semelle, de jour comme de nuit. Son regard triste ne me quittait pas : « Fais quelque chose, mamanchat, s’il te plaît ! ».

 

Position typique pour respirer du chat nez bouché.

Position typique pour respirer du chat nez bouché.

Manolis, l’ « autre » vétérinaire était celui qui s’en était occupé, donc thérapie selon son opinion – et Ghiorgos ne pipait mot. Donc pas de cortisone (cela pouvait « aggraver » la situation…Je ne vois pas comment cela aurait pu être pire :

Malheureux poussin !!

Malheureux poussin !!

Riri pissait le pus et le sang du nez non-stop, la moque sanguinolente se solidifiait en faisant de tels  bouchons sur les narines que je devais les lui décoller à l’eau tiède 2 ou 3 fois par jour)  et antibiotiques à hautes doses, 2 types pour couvrir tous les types de bactéries, un par piqûre, l’autre après rodéo, dilué dans une pipette. On était stressés tous les deux. Cela a duré 4 mois.

En mars, j’ai fait opérer Riri par Ghiorgos de son chou-fleur dans l’oreille, et comme celui-ci me demandait l’autre jour des nouvelles de cette oreille et de la cicatrisation après ablation (impec’),

Avant.

Avant.

Après.

Après.

je me suis enhardie à parler de cette sinusite (qui semblait la chasse gardée de Manolis), de l’effet absolument nul de l’antibiothérapie, et du fait que Manolis ne voulait pas entendre parler de cortisone. Et j’en ai demandé une seringue, quand même, pour essayer, parce que je ne voyais pas d’issue, et que ça me semblait possible que ça puisse diminuer l’inflammation, donc l’inconfort. Ghiorgos a accepté, tout en me disant que cela n’allait guère faire mieuxcque cacher l’infection. Mais bon, si déjà le chat pouvait se sentir un peu mieux, peu importe.

Ghiorgos, à cette occasion, m’a dit comment on peut essayer de traiter cette sinusite, sans aucune garantie de réussite.  Je ne connais rien à la médecine (et plus encore en grec ou en anglais), mais j’ai bien compris que les sinusites chroniques, du chat particulièrement, sont très difficiles à traiter par antibiotiques pour des raisons anatomiques (conduits extrêmement fins en particulier).

Si je ne me trompe, la cavité en haut du crâne est le sinus. Quant au reste...

Si je ne me trompe, la cavité en haut du crâne est le sinus. Quant au reste…

Par contre, il est possible de passer par la chirurgie, mais c’est une opération très très délicate : on pratique une trépanation sur le front du chat, et depuis l’ouverture pratiquée dans l’os, on va aspirer et nettoyer la cavité des sinus. Ensuite on referme, et on espère que cela valait le coup et le coût. Pas de culpabilité à avoir, le véto me disant dans la foulée qu’il ne se sentait pas de faire cette intervention.

Donc je rentre à la maison, injecte la cortisone à Riri-monmariri, et, sans exagérer, 3 heures après, il n’avait plus rien. Comme c’était l’heure de la piquoûze, je téléphone à Ghiorgos, lui explique cette disparition totale des symptômes et lui demande quoi faire avec les antibiotiques. On arrête !!! Ouf ouf ouf. Voyez la logique ? Disparition des symptômes ne signifie pas éradication de la maladie, mais bon, on peut toujours reprendre les antibiotiques s’il le faut. Comme il s’agit de cortisone retard, le chat est couvert un mois, et Ghiorgos m’a dit qu’il traite une chatte ainsi depuis huit ans avec une injection/mois, et qu’elle est en pleine forme, vérifiée par examen du sang !

Et je vous le donne en mille : Riri, depuis, passe sa vie dehors, c’est à peine si je le vois de temps en temps venir manger… Il jouit de la vie, du grand air et du soleil.

Sébastien, maintenant. Il est encore jeune, on n’est même pas encore en plein été où le soleil brûle tout, mais ses oreilles non pigmentées sont déjà bien attaquées par les UV. La meilleure manière que j’ai trouvée pour protéger la peau fragile des chats blancs, ou au moins à oreilles blanches, est de les couvrir avec un emplâtre d’argile : cela fait écran total, et si le chat lèche l’argile en se nettoyant, il ne s’empoisonne pas, même s’il risque une petite constipation.  Je fais l’emplâtre, en tartine les oreilles de Sébastien (très chicosse), mais l’argile sèche vite et part en poussière dans la journée. Donc changer le mélange.

Argile + eau : mais cela sèche très vite, et donc part vite également.

Argile + eau : mais cela sèche très vite, et donc part vite également.

Et là germe en moi une

P1350438

Je prends un peu d’huile bio (bien sûr !) de chanvre au lieu d’eau, et mixe bien mon mélange : formidable, onctueux à souhait, même un peu collant, mais cela sera parfait pour les oreilles fragiles… Retartinage du chat, et il m’en reste un peu collé aux parois du verre, et au fond. Le temps passe, je constate,  le surlendemain de cette géniale solution anti-UV, que Sébastien a les oreilles toujours totalement couverte par mon mélange, encore bien souple, bien frais. Je regarde dans le verre, idem. J’essaie de le laver, sans aucun résultat, sinon celui d’étaler un peu plus sur les parois mon savant mélange. Je m’affole un peu, c’est quoi ce truc ??? J’ai même posté sur un forum de joyeux chimistes. Pardi, cette matière formidable, j’avais vraiment envie de comprendre comment j’en étais arrivée à la trouver, et surtout d’en connaître les différentes utilisations, s’il y en avait. J’ai également embêté ma mailist de bricoleurs, archéologues, amateurs de matières bizarres, toujours avec ma question : qu’ai-je fabriqué ? À quoi ça sert ? Sur le Net, la recherche /huile+argile/ ne donnait accès qu’à des forums santé, dans lesquels on recommandait, durant la cure d’argile, de NE PAS prendre d’huile en même temps. Sans autre explication. À considérer mon emplâtre indestructible, certes, certes…

Et puis c’est mon archéologue expérimentale bricoleuse de belle-sœur qui m’a donné la solution (j’ai cru entendre un rire…) : j’avais inventé le MASTIC À VITRIER (blanc dEspagne + huile de lin). Alors oui, ça pouvait bien coller aux oreilles du chat et aux parois du verre, et n’être pas recommandé par voie interne…

À force, cela a fini par se décoller de la peau des oreilles bien (trop) roses dessous, en petites squames que j’espère que Sébastien n’aura pas mangées, et depuis, je suis revenue à ma version précédente, eau+argile… Quant au verre, je l’ai jeté.

P1350185

12 thoughts on “Sébastien et Riri-Monmariri.

  1. Eh bien je suis ravie que Ririton mariri aille bien mieux ;o))…
    Sinon c’est dingue, ces chats blancs qui ne sont pas faits pour être exposés au soleil… J’espère que Sébastien n’aura pas trop avalé de mastic ! Je cherche ce qui pourrait faire écran aux rayons UVA et B… mais c’est tout sauf évident … à part ces crèmes que les chats s’empresseraient d’enlever à coups de « toilettes de chats »… En effet, l’argile me semble idéale… Si j’ai une idée de génie, je te tiens au courant … mais tu connais mieux le pb que moi ;o)

    • arf, la crème solaire, c’est vraiment plein de saloperies. j’ai pensé au henné, mais il semble qu’en fait cela n’arrête pas les UV. non, je crois qu’à part l’argile, il n’y a rien d’autre. et dommage qu’huile +argile, ça soit ce que c’est, parce que côté résistance, c’était parfait ! mais bon, trop peur qu’il en avale…

  2. Bonjour,

    je souhaiterais avoir des informations par rapport à la rhino-sinusite chronique.
    Mon petit chat avait 12 ans. Il avait des éternuements réguliers 1 à 2 fois par heure et parfois un léger écoulement de sang translucide. Cela depuis une année. Est-ce que cette maladie peut tuer un chat ? Cela sans trace d’aggravation ?
    Nous l’avons emmené plusieurs fois chez le véto, il a eu le droit à tout : des médicaments, une extraction de dent, teigne (attrapée chez le véto), allergie aux puces. Cela en seulement 5 mois. Il a été bourré de médicaments et impossible de savoir ce qu’il avait.

    Il y a deux jours il fait une petite sortie dehors, je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Il était allongé sur le flanc droit, gueule ouverte et langue qui ressortait. Yeux grands ouverts et pupilles normales. Aucune trace de sang, pas d’écoulement au nez.
    Etais-ce cardiaque ? Il était à 1 mètre d’une fenêtre d’où il aimait observer la rue (pas bien haute).
    Etais-ce une tumeur ? (avec les symptômes que je vous ai décris).
    Une hémorragie interne ? Quels sont les symptômes après le décès ?
    Ou une rhino-sinusite ?

    Il avait parfois la bouche ouverte mais pas régulièrement. Je pensais que c’était une gêne à cause de l’extraction de la dent. Si quelqu’un pouvait m’aider. Je suis désemparée et tellement triste. Ca ne le fera pas revenir mais j’ai besoin de savoir. C’est tellement choquant.

  3. J’ajoute qu’il pouvait ronfler en plein sommeil mais si j’entendais sa respiration quand il était éveillé, ce n’était qu’un petit filet.

    Merci par avance de votre aide.

    • hélas, malheureusement, et je le regrette beaucoup, je suis pas véto. tout ce que je sais, je crois le savoir, et ma manière de soigner mes chats est terriblement empirique. je viens d’en perdre deux coup sur coup (ce qui est un risque statistique, avec 100 chats – mais cette idée ne console pas), et j’ai tourné autour d’un diagnostic sans résultat.

      une question que je me pose : est-ce que c’était votre 1er chat ?

      le lieu où vous avez trouvé son corps : et une bagnole ? il faut pas grand-chose pour tuer un chat avec une grosse bagnole, et c’est pas forcément sanglant : la nuque brisée suffit. pour être sûre, il faudrait pratiquer une autopsie. on peut demander ça à un véto.

      mais c’est pas compliqué : si j’avais été vous il y a un an, j’aurais changé de véto. un véto infoutu de donner un diagnostic, je prends pas. son boulot, c’est, avant de donner des médics, faire un diagnostic.

      à part ça, la rhinite chronique, sinusite, etc. : si ça cache pas une tumeur quelque part dans la tête, non, c’est pas mortel, même si très emmerdant. comme pour nous humains quoi. vous dites qu’il avait 12 ans, ce petit chat. c’est l’âge où ils commencent à avoir des problèmes de reins – même si ce que vous décrivez n’y correspond pas du tout.

      et quand je dors absolument encadrée par mes chats et la chienne, j’entends tellement de petits bruits, ronflements, départs de ronronnements, etc., que je dors souvent avec des tampons dans les oreilles alors que je vis très loin de la civilisation !!

      bref, je peux pas vous aider. le chagrin qu’on a de la mort de nos chats chéris (et vivre 12 ans avec une créature vivante, c’est une vraie vie de couple) c’est un tunnel par lequel on doit passer, on n’y coupe pas. je suis encore en deuil de ma chatte chérie anaïs petittute, morte à 18 ans il y a presque 20 ans, c’est dire ! je ne vous conseille pas d’en reprendre un autre tout de suite : attendez qu’il vous tombe dans les bras, attendez la rencontre, faute de pouvoir vous aider a posteriori, je suis tout à fait et sincèrement désolée et empathique avec vous, et vous pourrez toujours m’écrire ici, je répondrai toujours.

      • Bonjour,

        un grand merci pour votre réponse. Ca dénote bien à quel point vous aimez les chats.

        Il est très difficile de trouver un bon vétérinaire. Lors de l’extraction de dent, nous avions prévenu le véto que nous partions en week-end le lendemain matin très tôt et que nous souhaitions récupérer le minou dès le soir. A 19 h 05, le véto avait quitté la clinique. J’ai dû trouver son numéro dans les pages jaunes, il habite à côté. A 19 h 20, nous avons récupéré le chat avec 1 heure de plus de « frais de garde ». Un salopard non commerçant et à mon avis, qui n’aime pas les animaux.

        Non, il était mon second chat (et au large mon préféré, « le mien ») et nous en avons un troisième qui lui va bien, malgré une insuffisance rénale (il a 11 ans).

        J’ai fait un massage cardiaque au chat. Il n’a pas perdu de sang à sa suite.
        J’ai trouvé son corps dans la cour intérieure de la maison. Il y a en effet une route mais pour parvenir à cette cour, il faut déjà faire un petit saut au niveau de la grille. Je ne pense donc pas qu’il s’agisse d’une voiture.

        Suite à sa teigne (que j’avais diagnostiquée moi-même grâce au net), j’ai décidé de changer de vétô. Il s’est fait ausculter par qqn de bien dans Paris (j’ai fait 2 heures d’allé pour le voir…), il lui a donné les traitement appropriés. Le chat était guéri et le second ne l’a pas attrapée.
        Il a en effet arrêté d’éternuer 8-9 jours puis tout a recommencé, comme avant.

        Vous savez, nous ne sommes pas véto. Alors quand un véto dit qqch, on le suit. Certes, nous nous informons grâce au net mais hélas, je ne trouve rien par rapport à ces éternuements répétés. Vous êtes d’ailleurs le seul site à dire qu’il peut s’agir d’une tumeur à la tête. Mon petit loup ne pleurait pas, ses yeux étaient beaux donc les diagnostiques de la rhinite, sinusite ont l’air de tomber à plat (non ?)
        Mais une tumeur à la tête doit faire mal. Il aurait changé de comportement, non ? Puis il se toilettait toujours aussi bien, il était toujours aussi gourmand. Je lis sur le net qu’en cas de tumeur au cerveau, ça se déglingue au fur et à mesure donc le maître le voit forcément…le chat manque de réflexes. Lui, il était toujours vif, normal donc parfait.

        Je n’ai pas l’intention de reprendre un chat. J’avais un « chat-chien », toujours à côté de moi, toujours là quand je l’appelais (ou même me contentait d’ouvrir une porte) et exclusif : il n’aimait que moi dans la maison alors que c’est ma mère qui lui donnait la pâtée du matin (donc sans doute ce qu’il préférait). C’était un chat très gentil, incapable de tuer un oiseau, même s’il savait les attraper. Il me les ramenait vivants donc je pouvais les relâcher intacts. Puis chose folle : il était végétarien ! La viande, il n’aimait pas trop. Il était fou des courgettes et des crevettes. Il avait aussi des tas d’expressions et capable de différentes sortes de miaulements (sachant que c’était toujours pour une raison, sinon, il était calme. Puis un miaulement doux, pas rauque). L’autre chat de la maison n’a pas autant de possibilités et de conscience. En cours de philo, le prof nous avait dit que les chats n’avaient pas de conscience parce qu’ils ne rêvent pas. Le mien, quand il rêvait, ça se voyait à ses pattes qui pétrissaient et il faisait aussi des cauchemars. Il se réveillait d’un coup en 1 seul miaulement fort au son très très inquiet et venait de suite chercher du réconfort auprès de moi. Comme s’il venait de rêver d’un abandon de ma part. Quand je le prenais dans mes bras, il cramponnait ses deux pattes avant et venait les mettre autour de mon coup parce qu’il voulait des bisous. Il se blottissait de tout son corps contre le mien comme pour dire « ça y est, on ne fait q’un, je suis heureux ! » Il ronronnait et son corps était complètement détendu. Je lui aurais tordu le coup, il se serait laissé faire »si tu le fais, c’est pour mon bien ». Je m’amusais même à le jeter en l’air et à le rattraper (pas souvent, hein), il n’avait pas peur. Une autre preuve étrange qui amusait la famille : la simulation de coups. J’avançais rapidement, violemment ma main vers sa tête en stoppant d’un coup juste qqs millimètres avant de le toucher. Même fait plusieurs fois, le chat restait tranquille sans même manifester la moindre peur, sans cligner des yeux. Ma mère faisait pareil (alors qu’il n’a jamais reçu de fessée ou quoique ce soit d’elle), il se mettait directement à plat en clignant des yeux !
        Il n’était pas dressé mais hyper obéissant. Il n’avait pas le droit au lit quand les couettes venaient d’être changées, il n’insistait pas et allait dans son panier.
        Puis il m’est arrivée plein de fois de me réveiller et d’avoir le chat assis un peu plus haut que moi sur le bureau à côté de mon lit, calmement. Il pouvait passer 10 longues minutes à me regarder dormir. Puis c’était un regard d’observateur dans ces moments là. Reposé. Un regard d’admiration.
        Ultra expressif, je voyais à sa tête quand il se posait des questions, quand il était vexé, heureux, triste. Quand un mur ouvert nous séparait, il adorait jouer à « je suis assis, je bouge ma tête, là tu me vois, tu me vois plus, tu me vois, là tu me vois plus… ».
        C’était un chat terriblement émotif. Je ne suis partie qu’un seul week-end en 12 ans. J’ai laissé les deux chats avec les graines à volonté. L’un était normal à notre retour, lui, il était devenu une bonbonne ! Il a dû prendre 4 à 5 kilos en deux jours. Devenu boulimique.

        Sinon, quand je lui déposais sa gamelle du soir, il était en concurrence avec l’autre chat qui mangeait en même temps mais lui, il s’en foutait. Je déposais la gamelle, lui il continuait à me regarder et ne se précipitait pas dessus. Il regardait ses graines puis me regardait encore, il demandait qqs papouilles avant de se mettre à dîner. L’autre chat, lui s’en fout…il mange, se dépêche…comme beaucoup de chats normaux…

        Malheureusement, les 5 derniers jours avant sa mort, il n’a pas du tout été gâté. Je l’ai entendu hurler, pleurer en miaulant à ma porte (comme les loups ! Pas un miaulement d’ailleurs il roulait un son dans sa gorge – son qu’il a toujours fait pour implorer l’ouverture des portes quand j’étais derrière et que je ne venais de suite). Il souhaitait entrer dans ma chambre mais je n’en voulais pas à cause de son traitement anti-puces et toutes les puces géantes qui étaient sur lui.
        Il était très triste en m’accompagnant jusqu’à la pièce. Je lui disais « non, allez, c’est pour bientôt ». Il comprenait à l’intonation de ma voix. Avant même que j’aie fermée la porte de ma chambre, il descendait les escaliers très vexé et allait dormir seul dans une pièce au sous-sol dédiée aux chats. Au bout de 3 jours, c’était devenu un rituel : « j’accompagne ma maîtresse à sa chambre et puis je n’insiste pas, je descends en courant et frustré avant que cette porte se ferme pour toute la nuit ».

        J’ai tellement peur de lui avoir brisé le cœur par son côté très émotif. Je n’ai même pas pu lui dire adieu, ni même le rassurer. Il est mort et je n’arrive même pas à savoir de quoi. Il n’y a pas d’indice réel. Je m’en veux.
        C’était le meilleur chat du monde, beau à l’extrême aussi (bleu silver, poil long qui sentait bon le linge propre :-) , pupilles toujours dilatées quand il me regardait et pupilles normales quand il regardait d’autres personnes) et poils ultras doux (si je compare à d’autres chats de race, ses poils étaient arrondis au bout donc plus doux qu’une surface lisse)
        Aucun ne pourra l’égaler alors pourquoi en prendre un autre ? Alors oui, un chat de la même race pourrait être différent mais dans la même veine mais je suis bien incapable de lui faire ça…il n’aimait pas ses congénères puis ça ne fera que de me rappeler à lui/comparer. Lui, il aimait observer les fourmis, les papillons mais juste regarder : jamais tuer, jamais les frapper avec sa patte. Un vrai chat poète. La plus grande des douceurs. D’ailleurs très souple dans ses déplacements.

        J’ai oublié de vous préciser un détail. Sa langue était bleue lors de sa mort. C’est apparemment la seule chose « bizarre », sachant que quand je l’ai trouvé il était encore chaud.
        Je suis totalement désemparée, ça a été trop rapide.

        Désolée de m’étaler mais je ne comprends tellement pas ce qui s’est passé. Puis son petit cœur…il ronflait juste un peu et n’était essoufflé (mais très légèrement) qu’après avoir couru dans toute la maison parce qu’il faisait le fou, tenait à nous montrer qu’il était heureux. Plus on riait, plus il insistait et continuait ses sprints en faisant des allers-retour. C’est simple, la maison était aménagée totalement pour lui. Là, il ne me ramènera plus jamais toutes les peluches de la maison (même des géantes ! Je ne l’ai jamais vu les rapporter en 12 ans donc je n’arrive pas à m’imaginer comment il s’y prenait vu la taille et le poids des objets !) devant ma porte pour signifier « ouvre-moi » (là c’était émotif).
        Sinon, il ramenait aussi la balle pour jouer mais bon, ça, il y a plein de chats qui le font.
        Il était si mignon et avait tant une palette de couleurs côté caractère. Si loin du simple « je joue, je mange, je dors, caresses » répétitif. Lui miaulait peu mais disait énormément de choses.

        Ah ! Et puis qu’importe l’endroit où il se couchait dans la pièce, il prenait une position et exposition exprès pour que ses yeux se ferment toujours en me regardant avant de dormir. Il ouvrait et fermait lentement les yeux plusieurs fois, tête couchée. Ca devait le rassurer. C’était comme un besoin.

        • « Sa langue était bleue lors de sa mort. C’est apparemment la seule chose « bizarre », sachant que quand je l’ai trouvé il était encore chaud. » – ça, ça veut dire asphyxie, mauvaise oxygénation. asthme ? j’ai une chatte, olympe, qui m’en fait une ou deux énormes par an. si je suis pas là, elle meurt. à chaque fois, je lui fais double dose de cortisone, et ça passe. ça peut être aussi une attaque cardiaque, tout « bêtement ». j’ai eu un chat qui a fait une 1ère attaque, il s’en est plus ou moins remis, mais il en a fait un 2de quelques semaines après, qui l’a emporté : aussi cyanose.
          mais bon, c’était LE chat, le chat d’une vie, le chat absolu et définitif, le prototype du chat. c’est ça surtout qui déchire.

  4. Mon Arthur, mon tout blanc est mort à 13 ans d’un cancer de la peau (oreilles). Le vétérinaire de l’époque m’avait dit de le badigeonner de crème solaire. Donc de poison. Et comment lui en remettre toutes les deux heures !!! Et le suivre à la trace, sauter dans les arbres, m’enfoncer dans les ronces à plat ventre ? je note ton idée judicieuse.

    • les chats blancs sont réputés être TRES délicats. ma zoulimama, j’ai dû la faire euthanasier parce que la tumeur était inopérable, trop profonde dans l’oreille. arthur et elle courent maintenant dans la neige du paradis des chats. et où nous aurons nos entrées, le pape françois l’a dit !

  5. Bonjour,

    Tout d’abord chapeau pour ce que vous faites, vous vous entendriez bien avec ma soeur, elle a une moyenne de 30 chats,10 chiens et 15 chevaux, elle dort également au milieu de la jungle des petits nouveaux ramassés et des plus anciens grincheux…
    Moi-même, 4 chiens et 6 chats…
    Mon chat Lestat, 12 ans passe sa vie chez le véto depuis 1 an et il n’y a aucune amélioration, exactement les mêmes symptômes que votre petite boule de poils…
    J’ai parlé de cortisone, la 3ème véto m’a éclaté de rire au nez et moi je lui ai rappelé que ce genre de réaction de la part d’une professionnelle qui diagnostique une colique chez un cheval alors que ce dernier fait un bouchon œsophagien était assez inquiétante…

    Du coup, pourriez m’en dire un peu plus afin que je puisse me procurer la cortisone?

    Cordialement….

    • oh, vos belles troupes de bêtes ! à mon tour de vous féliciter !!!

      à part ça, franchement, ma manière de faire est surtout due au manque total de fric. je vis des dons sur mon blog. donc je fais comme je peux et dans les limites de ce que me permettent les vétos de l’île. et aussi à force d’essais, d’observations, de petites réussites, de probables gaffes mortelles. donc riri (qui n’est pas une petite boule de poil mais un grand chat très charpenté) a profité de mes essais.

      en général, quand je sais plus quoi faire, cortisone et antibiotiques.

      ces temps, avec nekosan, je mets la pédale douce sur la cortisone, et je lui fais plutôt des fumigations à l’eucalyptus globulus. comme que comme, la cortisone qu’il faut trouver (moi j’ai aucun problème ici, mais je suppose que c’est plus difficile en france ), c’est de la cortisone retard, de la méthylprednisolone – si jamais, lisez cette page de blog-là : http://leschatsdhemera.blogspot.gr/p/sante-du-chat-la-calicivirose.html (la musique est agaçante mais suffit de dérouler la page, cliquer sous gladiator, le petit haut-parleur !!)

      et tenez-moi au courant !!! ou donnez-moi plus de détails. amicalement…

      • Bonjour,excusez-moi pour la réponse tardive,j’ai vu le mail de réponse très tard…Le chat a fait une semaine sous perfusion,il s’en est pas mal sorti et vendredi dernier,il a rechuté…nous sommes mardi matin 2h00,j’ai mon chat sur les genoux,je pense le laisser partir ici avec ses potes plutôt que de lui infliger la cage du véto,les piquouses et le reste.Le véto avait un pronostique peu rassurant,mon chat aura eut 3 semaines de répit chez lui avec ses copains et nous…Pas d’acharnement,la véto me le flingue depuis octobre.Il est encore sous traitement mais il dépérit de jour en jour,et pourtant,il bouffe comme 4,se lave et nous suit partout malgré sa grande faiblesse et son état squelettique. Je crois qu’il nous quittera dans la semaine,les reins fonctionnent mais il ne stock plus rien.Il a eut une transfusion de mon autre chat,nous y avons cru fort…Je m’en veux,tout ça pour des dents qu’il aurait fallut virer l’année dernière,j’aurais dû insister avec cette dinde de véto…D’après quelques commérages dans la salle d’attente,j’ai constaté qu’il y avait eut plusieurs incidents depuis la séparation des 2 vétos et de l’arrivée des 2 pseudos nanas diplômées…Ça ne guérira pas notre Lestat mais ça fait encore plus rager de savoir que tout n’a dépendu que de 2 incapables…Je vous donnerai des nouvelles,mais je doute qu’elles soient bonnes…merci pour tout en tout cas…Cordialement…

Laisser un commentaire