Demoiselle.

La Demoiselle de la maison est morte hier au soir. Comme Florette, elle s’est enfilée loin sous une des palettes qui me servent de sommier, loin contre le mur. A la lumière de ma frontale, je l’ai vue s’éteindre, lentement, couchée la tête sur une patte. Impossible de la toucher, de la caresser, de l’installer plus confortablement. Je l’appelais « Demoiselle ? Demoiselle ? », elle clignait un peu des yeux, faisait un imperceptible mouvement de la tête vers moi. Et puis elle n’a plus rien fait. Et pour aller la chercher, j’ai dû « défaire » les deux lits, à la grande indignation des chats déjà couchés, totalement indifférents à la mort de leur Demoiselle à quelques décimètres d’eux.

Les moments qui suivent sont toujours tristes et étranges. De nuit, je parcours ma chère route arborée en voiture, le coeur et la tête en vrac, me gare quelque part et pars à la recherche d’un bel endroit, avec vue sur la maison, mon chat mort dans les bras. Cette fois, pour Demoiselle, je suis montée dans les terrasses en amont de la route, les chaussures glissant sur l’herbe trempée de rosée, et son cadavre me semblait si terriblement léger. Désormais, elle retourne lentement à notre mère la Terre depuis un bien joli promontoire avec vue sur la maison, et plus loin sur la mer. Je soupçonne que là où elle est, elle s’en fout totalement, mais moi ça me console un brin.

Et pour essayer de me purger un peu de mon horrible culpabilité, culpabilité de ne pas l’avoir assez ceci, de ne pas l’avoir assez cela, d’avoir loupé cette rencontre-là, comme j’ai le sentiment de toutes les louper, j’ai fait une petite vidéo – qui la refera sortir de l’oubli total chaque fois qu’une innocente personne, guidée par ce blog, ira la voir.

http://youtu.be/9aFbJWgOStQ

19 thoughts on “Demoiselle.

  1. Très belle vidéo…Vous l’avez dorlotée, aimée…Ce n’est pas un échec ! Elle a été heureuse ce temps avec vous, ça se voit sur ces images….Mais je comprends votre peine…

    • je me sens toujours, après, comme milou, avec milou-diablotin sur une épaule pour me dire que j’en ai pas fait assez, que j’ai pas été assez aimante, voire que c’est pour ça que ma bête est morte, et milou-angelot, qui me rassure en me disant de gentilles choses comme vous ! moi je suis entre les deux, en vrac, mettant à distance en nourrissant mon blog, et guettant du coin de l’oeil son corps longiligne et son pelage blanc et tigré, au cas où elle reviendrait malgré « tout ».

  2.  » moi je suis entre les deux, en vrac, mettant à distance en nourrissant mon blog, et guettant du coin de l’oeil son corps longiligne et son pelage blanc et tigré, au cas où elle reviendrait malgré « tout ». »

    ************************
    C’est quand même une super idée ce blog non ? Tu mets à distance et nous on te tient par la main, les yeux, le cœur, pour soulager ta peine, en la partageant comme on peut.

    • curieux moment également celui qui suit la mort d’un chat.

      les jours avant la mort, les jours d’agonie, il y a une sorte de lourdeur, de pesanteur dans l’air, de tristesse.
      puis le chat meurt. je me sens mal, très mal. j’accomplis le rituel de la mise sur Terre, quelque part dans la vallée, les adieux.
      et puis ensuite, après la mort, je me couche sans redouter de regarder sous le lit, je vais faire les courses sans l’angoisse de retourner à la maison, je vaque à mes occupations sans me reprocher de faire autre chose que veiller sur le chat mourant. et je constate : pour l’instant, les chats vont bien.

      alors commence une nouvelle période, en suspens, avant le prochain chat incurablement malade.

  3. Le geste que tu as filmé est suffisamment parlant : elle a su demander du réconfort, tu ne l’as pas « loupée »… Ne culpabilise pas… elle souffrait peut-être terriblement… tu l’as aidée à aller là où elle ne souffre plus, là où elle peut se passer de manger, de boire, et où elle peut être légère… En tout cas, elle sera dans nos mémoires, à tous, je pense… parce qu’en effet, nous t’accompagnons par le biais de ce miracle d’Internet…

    • ça, la mort, c’est pépère, tu as plus besoin de rien, et tu retournes à la vastitude foutraque de la nature. d’ici quelque temps, Demoiselle sera partout autour de nous, alors que nous l’aurons peut-être (un peu) oubliée…

  4. Oh mon Dieu !
    je vous embrasse chère amie, je vous embrasse beaucoup …
    je vous suit (suivre), je vous lis .. et j’aime tellement !
    içi nous avons l’habitude de tenir entre nos mains les pattes de devant des chats et des chiens qui sont mourrant, jusqu’au moment oú ils partent pour toujours .. ainssi nous les aidons à passer de l’autre côté .. vous pouvez être sûre que vient un bon esprit chercher l’âme qui habite se petit corp animal et en tenant les pattes avec tendresse nous faissont comme un trai de comunion et de force avec les bons esprits et nous aidons le passage, un jour quand nous même nous serons près de la mort nous aurons aussi cette aide précieuse !
    J’éspère m’avoir fait comprendre, excusez moi les fautes de français !
    Je vous envoie les ronrons de mes chats et mon amitié,
    de Rio de Janeiro – Brésil,
    Renata

    • ce que vous racontez; chère renata, sur le fait de tenir les pattes (les mains aussi je suppose) de ceux qui meurent est magnifique. je le copie, parce que c’est vraiment très beau :

      içi nous avons l’habitude de tenir entre nos mains les pattes de devant des chats et des chiens qui sont mourrant, jusqu’au moment oú ils partent pour toujours .. ainssi nous les aidons à passer de l’autre côté .. vous pouvez être sûre que vient un bon esprit chercher l’âme qui habite se petit corp animal et en tenant les pattes avec tendresse nous faissont comme un trai de comunion et de force avec les bons esprits et nous aidons le passage

      et c’est vrai que lui tenir les pattes, les caresser doucement me donnait une très forte sensation de compréhension, d’empathie, alors que d’habitude, les animaux ne se laissent pas facilement tenir ainsi.

      merci pour ce message.
      des baisers, de syros à rio !

  5. J’aime ce geste, cette petite patte qui prend ta main.Tous les chats se ressemblent. Mes bébés font ça aussi, leurs pattes viennent me chercher. Max, un de mes petits derniers, un roi du ronron toutes catégories, le roi aussi de la tétouille furieuse, met ses pattes sur ma bouche. Je ne sais pas pourquoi, mais je les aime de plus en plus. Ma capacité d’amour grandit, étonnant, non ?

    La Demoiselle nous regarde de là haut, et elle sourit.
    Souris ?

    • ah ce geste… je sentais que la fin était proche, et comme je l’ai terriblement peu photographiée ou filmée quand elle allait bien, je me suis dit que je lui devais au moins ça. et par hasard, elle a fait ce geste devant le camescope. elle l’a fait plusieurs fois. là j’étais coincée par la vidéo elle-même, mais elle pouvait rester des heures sur moi, ma main dans ses pattes, ou sous sa tête, et elle ronronnait comme je savais pas qu’elle ronronnait ! si fort, avec un sourire. et j’ai pas arrêté de me dire : mais merde, pourquoi on a pas fait ça avant quand la vie était belle ?
      donc, nom d’une pipe CARPE DIEM !

  6. Bonjour,
    Je suis nouvelle sur ce blog, mais je découvre avec beaucoup d’émotion vos écrits . Vous devriez en faire un recueil et le publier, je suis sûre qu’il aurait du succès et serait un bénéfice pour l’asso.
    La petite Demoiselle a eu beaucoup de chance de croiser votre chemin, comme tous les autres minous d’ailleurs. J’ai beaucoup aimé sa vidéo.

    • bonjour doudou. bienvenue. l’idée de faire un petit bouquin germe, effectivement. et merci pour votre commentaire bienveillant. Demoiselle faisait partie d’un groupe d’une douzaine de chatons de fin d’été qui erraient autour de la maison, sevrés juste en plein hiver. ils étaient tous malades, et je sortais le matin pour soigner ceux que je pouvais choper et ramasser les cadavres… et puis je n’ai plus pu supporter, et je les ai tous fait rentrer, je les ai soignés, et beaucoup ont survécu. et voilà comment on passe de 2 chats blancs à 100 chats bariolés !!!
      mais hélas, son voyage à elle a été bien trop court.
      en y repensant, je me dis qu’elle a eu une FIV.
      à bientôt !

  7. bonjour Zozefine,

    je connais aussi ce tourment quand je perds un animal, chat ou chien, mais j’arrive de plus en plus à éviter la culpabilité et me dire que c’était ainsi que ça devait être et que tout &tait bien, que j’avais certainement fait de mon mieux à tout pont de vue

    je voulais te raconter une chose qui m’est arrivée avec un chat du dehors il y a quelques années, c’était un chat tout blanc, au poil long, il venait aux gamelles depuis quelques semaines, et bien sur je commençais à m’y attacher, il était farouche et je ne pouvais le toucher comme tous les chats du dehors, mais il me tolérait jusqu’à 2 mètres environ, je lui parlais et il était attentif. Un jour je l’ai trouvé écrasé sur la route devant la maison, j’étais triste et je continuais de penser beaucoup à ce chat, je me sentais responsable de sa mort, alors que je n’y étais pour rien

    et une nuit je l’ai vu en rêve, il était dans le pré chez ma voisine et il regardait vers moi. Et j’ai senti qu’il restait là à cause de moi. Alors je lui ai dit qu’il pouvait partir maintenant, je lui ai dit au revoir.
    il s’est détourné et est parti tranquillement, je l’ai suivi des yeux jusqu’à ce qu’il disparaisse dans les hautes herbes.
    Le lendemain le chagrin et la culpabilité avaient disparu.

    elle était bien jolie la Demoiselle….

    • oh, que ce rêve est merveilleux, beau, sage !! je ne sais pas si c’est bizarre, mais je rêve aussi de mes morts, animaux ou humains. et aussi ce genre de rêves, des rêves d’adieu, des rêves qui bouclent l’histoire, qui la ferment. et je suis chaque fois sidérée par … leur « efficacité », leur effet de résilience. merci beaucoup pour ce message. (et je constate : toi aussi tu utilises le concept de chats-du-dehors/chats-du-dedans ??)

  8. je viens de m’apercevoir que vous parliez de vos chats, et bien cette journée va mal commencer.. Ce sont les yeux remplis de larmes que je vous écris… que de souvenirs rejaillissent de ma mémoire… pourquoi mémoire, puisque je ne les ai jamais oubliés.. ma jolie princesse tout de blanc vêtue nous a quittés le 16 juillet 2013 et notre petit loup (trouvé errant) n’a vécu qu’une seule année auprès de nous et nous a quittés le 7 août 2013… Inutile de chercher les dates, elles sont gravées.. nos deux AMOURS sont partis, d’un cancer, ma belle Gala aux poumons, mon petit loup au foie, et pourtant que de soins, que de visites chez le véto… mais bon… Ah mauvaise journée, et en plus le ciel est gris comme mon coeur… Je vous embrasse… ANNE

  9. il faut bien dire qu’avec nos chats, nous jouons avec nos coeurs. parce qu’il est de l’ordre des choses et des espèces que tous nos amours, tous, nous les voyions tomber malades, souffrir et mourir. étrange privilège de vivre, revivre, re-revivre la mort et le deuil, alors que sans aucun doute la mort de celles et ceux qu’on aime est de loin l’expérience la plus traumatisante que l’on puisse vivre. rien ne vient consoler ça. si, les rêves dont sabine parle plus haut. la différence entre vous et moi, c’est qu’ici, un chat meurt, mais d’autres sont là, à demander des caresses, de la nourriture, des soins, de l’attention. Demoiselle n’est plus là, mais cette nuit j’avais quand même une dizaine de chats sur moi (et Alithia, sur le lit à côté, était également « couverte » d’une couche ronronnante). bref, pour faire un mauvais jeu de mots, pas de temps mort… quand on a 100 chats. mais pour vous, deux chats qui meurent en si peu de temps, ça laisse un trou monstrueux. on n’oublie pas, mais on s’habitue à l’absence, c’est tout ce que je peux dire.
    je ne sais pas si cela peut vous aider, mais quand je vis ce genre de moments très noirs, j’écoute du très très noir. et cette chanson en particulier, où il est question d’amour mais aussi de fin d’histoire.
    http://www.avecletemps.org/

Laisser un commentaire