La position de la femme enceinte.

Évidemment, ce serait logique que je parle de la campagne de stérilisations. Mais le bien-être des chats passant (parfois) après le mien, avant d’en venir à ces quelques jours stressants mais utiles, je préfère raconter quelque chose qui sera peut-être utile à qui me lit.

Cela fait je peux dire des années que j’ai mal à l’épaule droite. Mal à ne pas pouvoir dormir, et en tout cas à passer des heures à changer de position, sans jamais trouver la bonne, des années à prendre des médics qui soulagent mais temporairement, à ne plus faire certains mouvements, à en retenir certains autres, et à grimacer quand je n’ai pas le choix. D’autant plus que je suis très droitière (encore que j’ai appris à lancer la baballe avec le bras gauche). Et des années à avoir mal de manière sourde constamment. J’ai eu parfois mal jusqu’au coude, j’ai fini par lâcher des objets, par devenir imprécise de la main droite. Bref, une catastrophe. Arthrite ? Arthrose ? Je ne suis jamais allée faire examiner cette épaule, donc pas de diagnostic. Lorsque je vais en Suisse, la visite chez l’osthéopathe fait partie de ma tournée des popottes-santé, parce qu’ici… Toujours un très net mieux ensuite, mais que je gâche totalement en repartant par le chemin des écoliers pour revenir ici (bagnole, dodo sur le pont des ferries, etc.).

Parallèlement, je me fais du bien au dos. D’où le titre de mon post. C’est un médecin du sport, du temps où je faisais de la grimpe, qui m’avait montré comment se « décrocher » le dos, le décoincer. Il semblerait que soit la position des femmes enceintes, quand elles ne savent plus comment se mettre. Donc se coucher de côté sur une surface relativement dure,  garder la jambe côté sol détendue allongée, plier la jambe libre (en une sorte de demi-chien-de-fusil), ramasser les bras devant soi (comme pour une petite prière que ça marche), se tordre et ramener le dos en position couchée à plat… sur le dos. Et là, en général, on entend quelques « crac » dans les vertèbres. Il faut forcer un peu mais pas trop. Sensation de détente des tensions.

Tout le problème, c’est qu’ainsi on décroche certaines tensions dans les vertèbres dorsales, mais quant aux autres, lombaires et encore plus cervicales, personnellement je n’y suis jamais arrivée : ça décoince là où ça tord (un autre truc, c’est de se suspendre et de « lâcher » le dos. Je me suis concocté une petite installation comme ça dehors, et si côté « crac » dans le dos, c’est très bien, par contre c’est très mauvais pour les mains et les épaules… Et comme mon épaule droite, etc.)

Passant pas mal de temps devant l’ordi, j’ai souvent des tensions dans le dos, que je résous par ces contorsions. Il y a aussi fort à parier que mon épaule droite douloureuse est en partie le résultat de l’abus de souris, à la mauvaise hauteur.

Cela fait des mois que, de nuit, je m’auto-masse le dos dans la position de la femme enceinte, mais « améliorée », la position. Ou plutôt faudrait-il parler effectivement de contorsions. Et j’insiste sur ce : de nuit. En effet, quand on dort, on est très détendu, on atteint via le sommeil l’état de relaxation que l’osthéo atteint en vous massant. On a bon chaud, on est tout mou, tout souple, c’est alors le moment idéal pour décrocher les tensions. Il faut profiter du pipi nocturne, ou du changement de cycle de sommeil. Mais la position de la femme enceinte avec juste la torsion des hanches à plat sur le matelas, c’est pas assez. Et donc il faut se faire serpent, danseuse nue, frétiller des hanches, hausser les épaules, tourner la tête, et si on peut, s’aider avec la main libre pour la plaquer en arrière sur les vertèbres et pousser un peu. Il faut beaucoup bouger, en continu, en se tordant dans tous les sens, mais souplement, doucement, pour garder l’état de relaxation du sommeil en même temps. Parfois, garder une position tordue/tendue en bougeant un minimum, juste un millimètre (en tout cas en avoir l’impression) provoque de tous petits « crac » très gratifiants. Visualiser ce que fait la colonne vertébrale.  Changer de côté, ce qui permet de décrocher d’autres tensions.

J’en viens à mon épaule droite. J’ai eu il y a quelques années une « sciatique » de l’épaule doite. J’étais en vacances loin de tout, j’ai bouffé probablement 1kg de voltarène et d’aspirine, je les avalais alternativement par plaquette, j’étais folle de douleur. Je suis rentrée en Suisse avec mon sac à dos à la main gauche, et le lendemain j’étais chez l’osthéo : un petit massage, un petit  « crac » dans les cervicales, et c’était bon, plus aucune douleur. Et l’autre nuit, je me contorsionnais en bougeant la tête (un « non » long et souple) et « crac » dans les cervicales. En général, c’est tès difficile de les faire craquer ,même si on entend comme du sable en bougeant la tête (pas sûre que ce soit bon signe d’ailleurs). Et là, oui, enfin un vrai « crac », et juste après une agréable sensation de chaleur dans le cou.

Je me rendors, et me réveille pour la première fois sans avoir mal à l’épaule droite !!! Et depuis, je n’ai plus mal. Bon, je ne sais pas si cela durera ce que durent les roses, je fais attention à ne pas forcer sur cette épaule, je lance encore la baballe avec le bras gauche, mais je n’ai plus mal.

Donc, si jamais, essayez ! Mais attention, toujours de nuit et en souplesse et lenteur.

 

95789641colonne-vertebrale-jpg

 

(image trouvée sur : http://www.estelledaves.com/pages/symbolique-du-corps/v-1/vertebres-dorsales.html)

(et une autre chose, si le sommeil vous fuit un peu : comptez 1 à l’inspiration et 2 à l’expiration (d’ailleurs c’est impossible de tenir sans se forcer à l’inverse, 1 pour l’expiration, 2 pour l’inspiration), et éventuellement bougez juste un doigt à chaque 1 ou chaque 2, tout en laissant vos pensées trotter là où elles veulent – et sans oublier de bien détendre les muscles du visage, des mâchoires : en tout cas, moi ça me plonge dans le sommeil quasi instantanément, et plus on le fait, plus c’est efficace. Probablement un zeste d’auto-hypnose)

6 thoughts on “La position de la femme enceinte.

  1. Merci pour ces bons conseils !!! En ce qui me concerne j’ai aussi une douleur persistante dans l’épaule droite, qui s’est prolongée dans tout le bras pendant plusieurs semaines, et je suis certaine que c’est la faute de la souris !!!!!! méchante bête !!!!
    Merci pour vos jolis récits, parfois trop tristes mais c’est malheureusement « la vie » car nos amis chats et autres vivent moins longtemps que nous et c’est si douloureux de les perdre….Les vôtres ont eu la chance de trouver votre havre de paix et d’y passer de doux moments…J’ai souvent la gorge nouée en vous lisant…Vos photos aussi sont superbes !
    Merci pour tout ce que vous faites !
    Amitiés,
    Catherine

    • merci catherine pour votre commentaire et vos compliments.

      la non-douleur dans mon épaule se prolonge, 2-3 jours sans oufoufouf, j’ai même recommencé à lancer la baballe avec le bras droit, quand même plus performant et moins imprécis. vous devriez essayer ces contorsions nocturnes, de toute façon c’est bon pour le dos.
      oui, la souris est une sale bête, mais même si je pouvais avoir un touch pad, je ne l’utiliserais pas. je sais qu’il existe des meubles spéciaux pour ordi, avec un petit rayon très très bas pour la main et la souris, pratiquement à hauteur de cuisse. faudrait se bricoler un truc équivalent ?! ou un petit tabouret à poser à côté de soi pour la sale bête ?
      effectivement, mes récits ne sont pas gais ces temps. et je sens que je vais vers d’autres temps difficiles. par exemple johnjohn (il maigrit à vue d’oeil, mange peu mais volontiers et sans baver et sans douleur – donc c’est pas les dents ni les gencives), qui doit avoir également une FIV. je croyais être hors FIV par ici, mais j’ai l’impression que je m’illusionnais un peu. j’ai pas les moyens de faire des examens médicaux, et de toute façon, si c’est pour entendre dire que oui, c’est le sida des chats, c’est très cher pour l’annonce d’une mort à brève échéance sans traitement possible.

      le seul événement positif ces temps, c’est les stérilisations. j’en parlerai ce ouiquende, je pense !

      amicalement également
      sylvie zozefine

  2. Bravo pour la « non-douleur » de votre épaule ! Ca doit vous sembler bon !!!

    La FIV : je pensais que cette forme n’était pas trop grave, la pire étant le FeLV ? Mon chat (UN seul, ne sort pas car en appartement, castré ) est FIV + et FeLV- et personne n’est capable de me dire ce qui peut se passer…. Ca me tracasse ! Il est arrivé jeune de la rue, je ne sais donc rien de sa vie « avant », il a environ 3 ans, en pleine forme…. Quel souci quand on les voit malades ! Je suis de tout coeur avec vous !

    Comment va la belle Léa ? Ses poils ont du repousser depuis la photo ? Donnez-nous des nouvelles !

    Re-amicales pensées,
    Catherine

    • entre felv et fiv, franchement, la seule vraie différence est la contamination plus ou moins probable aux autres chats. sinon, croiser les doigts et quand on peut, faire les vaccins (contre le coryza en particulier). si jamais : http://www.secondechance.org/page/vivre-avec-un-chat-fiv / http://www.secondechance.org/page/FELV-chat. on en est toutes et tous plus ou moins là, à avoir des épées de damoclès sur la tête, et à jongler entre vivre et devenir parano. une chose est sûre : une bonne alimentation, pas de tress, ça aide !
      oh, la belle léa vit sa vie plutôt bien, elle semble quand même beaucoup plus à l’aise maintenant qu’avec son armure feutrée, et j’ai confiance dans la quête primordiale et systématique du confort chez le chat de base : trop froid ? elle rentre ! trop chaud ? elle sort. pour les poils, elle vient de se faire raser, ça repousse hélas lentement, elle n’aura pas retrouvé son beau pelage avant le plein été, manque de bol !!!

      tr¨s affectueusement
      zoze
      (ah, ça commence à se bousculer par là, c’est l’heure de la bouffe !!!)

  3. Comme tu ne l’as sans doute pas oublié, tu sais que je vis depuis 28 ans aux côtés d’une compagne dont le dos est particulièrement fragile, sensible et chroniquement douloureux. Ce que tu décris ne lui est pas étranger, particulièrement les craquements de vertèbres lui sont familiers. Malheureusement, les répits sont toujours restés épisodiques et de durée variable…

    Et surtout pas d’excès hein ! Même si ne plus rien faire du tout est la pire des perspectives !

    ;-)

    • aucun excès, tu imagines bien, dans mon lit bien chaud, quand je suis toute souple et toute détendue et que je me tortille comme une anguille !! et évidemment, ça soulage des dos paresseux comme le mien, un peu tassé devant le clavier. les vraies pathologies, hélas, sont vraisemblablement hors de portée de ce petit entretien nocturne. par contre pour avoir beaucoup cherché à soulager mon dos douloureux grâce à la crac-thérapie, c’est incontestablement entre deux cycles de sommeil, dans un état de très grande relaxation, que c’est le plus facile à faire, et le plus efficace.
      désolée pour dame zule !! je suppose qu’elle a tout essayé.

Laisser un commentaire