Des choses et d’autres

Tim est en Angleterre, et en son absence je dois aller nourrir les chats de Derek, à Arméos. C’est une telle folie lorsque j’arrive que je n’ai aucune photo – pour l’instant. J’y vais tous les 2 jours, et j’en profite ensuite pour descendre jusqu’à la plage avec Alithia. L’eau est glacée, mais cela ne m’empêche pas de me mettre à poil et de marcher dans les vagues. Nager, non, pas m’en demander trop. Mais marcher, ça va. Les amateurs de cette petite plage, amateurs de l’été, ne la connaissent pas sous son aspect printanier, fleuri.

Le chemin qui monte de Galissas et passe au pied de la chapelle qu’on distingue vaguement en silhouette, pour ensuite redescendre vers la plage, est méconnaissable si on a en tête son aspect ravagé par le soleil et la sécheresse de la saison « chaude ».

5-P1410168

La plage, depuis le haut de ce sentier empierré :

4-P1410167

En chemin, le spectacle du repas féroce d’une larve (peut-être une larve de coccinelle) en train de dévorer un petit escargot qui a cru trouver refuge tout au fond de sa spirale :

6-P1410164

Les mimosas sur l’île sont en pleine floraison :

3-P1410163

Paulette, mis à part l’asymétrie de ses pupilles, a une queue bien amusante : elle s’enroule sur elle-même vers l’intérieur. Quand elle joue, ou court, cela se voit moins, mais au repos, c’est très net :

2-P1410156 1-P1410162

Chats pensifs, rangés par couleur !! A gauche, Loulou, un pépère adorable (frère de Jean-Gérard), qui me dit toujours bonjour avec un petit bout de langue sorti accompagné d’un « mi ? », et à droite la belle Olympe. Tous deux de Poseidonia mais sans rapport familial. Oh, il y a bien un ancêtre commun, mais ils ne sont que très lointains cousins.

1-P1410171

 

Je n’en parle pas souvent dans ces posts de blog, mais j’ai vitalement besoin de vos dons, pour l’instant presque ma seule source de survie dans cette aventure. Et tout don, même le plus modeste, est toujours bienvenu. Et donc je remercie du fond du coeur chacune et chacun qui m’aide si gentiment et si généreusement, et qui permet par sa bonté à toutes ces bêtes de vivre heureuses et en sécurité.

 

8 thoughts on “Des choses et d’autres

  1. ah !

    ces airs printaniers précoces dans le Sud, ça me rappelle les vergers d’oliviers en Toscane, au printemps couvert d’anémones de toutes couleurs, ensuite les coquelicots, etc…

    et ces 2 rouquins, si je les vois, je les enlève dans ma besace de Grand Croc Roux !

    ici, à 900 m, les feuilles de tulipes ont déjà 15cm de haut, et bien résisté au 15cm de neige de lundi..leurs feuilles sont de toutes sortes, je m’en réjouis, c’est la première fois que je plante autant de tulipes, en plus je ne les ai pas mises à l’automne comme il se doit, mais bien plus tard, un jour que la terre était meuble.
    Trouvées à l’aéroport d’ Amsterdam, au retour de Kyoto..t’enverrai des photos à la floraison

    à propos de tulipes, as tu reçu mes photos du champ de tulipes sauvages découvert dans le Gers l’an passé ? j’irai le revoir cette année, la Tulipa Argensis, ramenée par les Romains !

    C’est marrant 2 minutes avant de trouver ce nouvel article, je remontais du village et pensais que j’aimerais venir à Syros…mais quand ?

    bon, alors merci encore une fois pour ce blog qui m’apporte l’air d’ailleurs et surtout un immense bravo pour certains de tes textes qui sont absolument magnifiques, bouleversants, de vrais bijoux et je persiste à dire que quand tu veux, je cherche un éditeur, j’en ai déjà quelques uns dans la poche qui pourraient correspondre à ta plume…de chat !

    baci baci de la Côte d’en Bas

    ana

    • merci pour ce commentaire et tes compliments. mon problème avec l’écriture, c’est que je suis infoutue de pondre dans la douleur, j’écris seulement hors stress, hors malheur, hors angoisses quotidiennes. donc en ce moment…
      pour les tulipes, oui oui, je les ai vues tes tulipes, c’est magique, incroyable – ça me fait penser à tes champs de cosmos japonais ! franchement, comme les plantes à bulbe ont leur bouffe avec elles, tu peux les planter tout le temps (tout d’un coup, je me rappelle TA tulipe centenaire au pied de ta maison…). ici ce sont les iris et les anémones qui couvrent le sol au tout début du printemps. mais je les ai loupés cette année.
      j’ai repéré un joli champ de blé tout ponctué de coquelicots (qui semblent tellement plus intensément rouges ici), mais pour une fois j’étais sortie sans appareil photo !
      baci, ana !

  2. …mais tu as déjà des quantités de merveilleux textes, quelques uns que je le lis sur le blog et d’autres ( j’en suis sûre ),
    ça suffirait déjà pour tester un éditeur je pense, tu me diras….

    avanti les coquelicots !

  3. Imagine un peu Cigalinette … Pour peu qu’un éditeur s’intéresse aux textes que tu as déjà écrits. Il te propose de les retravailler, les organiser pour en faire une version publiable… Tu acceptes, quelques-uns d’entre nous t’aident à venir à bout de ce travail de mise au point…
    Imagine que ça marche ! et voilà ta communauté de chats qui devient « auto-suffisante » !
    Plus d’inquiétude à court terme du côté financier !
    En voilà une idée qu’elle est bonne ! assez pour être testée en tout cas non ?

    Bon. En attendant, que ceux qui passent par ici pensent à faire un petit geste, oui, ce serait bien aussi. En attendant mieux…

    ;-)

  4. non non tu n’as pas du tout besoin d’aide pour retravailler ses textes… !

    surtout pas….

    moi que d’autres que moi essayent de te convaincre, je t’en parle depuis quelque temps…mais maintenant que je l’ai rendu public, sur La Toile, tu vas devoir le faire !

    et Na !

    baci tanti e teneri

    ana

  5. oui, akabee et zule-mon-zim ! c’est clair que l’idée est belle, et tentante, et un zeste grisante – même si j’ai pas le talent de maître pow (clin d’oeil en direction de qui qui sait !) – mais comme je dis, l’angoisse de (sur)vivre au quotidien me bouffe toute capacité à me laisser aller. écrire m’amuse – doit m’amuser – et ces temps j’ai vraiment un mal fou à trouver l’énergie de m’amuser…

    mais ici même je promets de profiter de toute occasion euphorisante pour m’atteler à ce très joli projet …

    • Raah lala akabee … il ne s’agit que d’une proposition. A prendre ou à laisser. J’en sais suffisamment sur ce que représente la mise au point d’un texte, sa finalisation avant publication (surtout s’il s’agit d’éditer un livre !) pour penser que c’est un travail à la fois douloureux, parfois pénible, où l’on se retrouve devant des choix difficiles et donc ne serait-ce que l’avis d’un tiers peut être une aide, un recours précieux.
      Et puis rien ne dit que notre Cigale souhaite « retoucher » quelque texte que ce soit. Non plus.

      A suivre…

Laisser un commentaire