Chats, chaleur, câpres et αχλαδιά κοντούλα…

J’adore les poires, et pas vraiment les pommes. Rien à voir avec la reconnaissance du nez au printemps, les fleurs de poirier puent la viande avariée, contrairement aux fleurs de pommiers qui sentent si bon. L’autre jour, chez mon habituel μανάβης (marchand de fruits et légumes – prononcer /manàviss/ accent sur le 2ème /a/, on en profite pour faire un peu de grec !), j’ai trouvé de petites merveilles grecques (je n’achète si possible QUE grec, et encore plus si possible QU’insulaire) que je n’avais jamais rencontrées avant. Des αχλαδιές κοντούλες (/achladièss konndoùless/, mettre les accents au bon endroit, prononcer le /ch/ comme dans (Johann Sebastian) Bach (et pas baque comme les français aiment le faire – sans parler des Mounnque pour Munch, Bête au vent pour Beethoven, Froeude pour Freud, Migouelle pour Miguel et, le pire pour une romande, Cendre ars (cendre brulée) pour Cendrars), des « petites poires petites »  (le -ούλα /-oula comme suffixe hypochoristique (encore du grec) affectueux – on m’appelle des fois Sylvoula, et des fois on rajoute un mou (se dit mou) :  Sylvoula mou, ma petite Sylvie… C’est joli).

Bref des petites poires petites (mais très très chères, j’en ai juste acheté 6, pour goûter) comme je n’en avais jamais vu, avec un pédoncule très épais et court. Elles sont absolument délicieuses, mais se gâtent à une vitesse dingue (la peau reste toute jolie, mais l’intérieur devint tout mou et farineux) : c’est ça le bémol de l’amour pour la poire, elles s’abiment vite, contrairement aux pommes.

46-P1440067

47-P1440069

Un très joli site/docu PDF sur le patrimoine fruitier pommes/poires/cerises en Suisse romande : http://www.retropomme.ch/downloads/PDF2011/2011_Fiches_descriptives (mais on n’y trouve pas ma petite poire)

Il y a encore plein de câpres sur les câpriers, mais aussi déjà de beaux gros câprons. Récolte :

04-P1440136

05-P1440138

Côte à côte, un bocal de câpres prêtes dont je noie déjà à peu près tout ce que je mange (j’en ai déjà liquidé 3 bocaux de cette taille) et le bocal avec les câprons :

06-P1440139

Ces jours, beaucoup de meltem Beaufort 7 (the vent du nord direct from Caucase, qui nous rafraîchit un peu trop à mon goût et qui rend le séjour sur la plage et le snorkeling un peu désagréables) – à ce propos, vous pouvez voir d’où viennent vos vents (;-)) sur ce site génial : http://earth.nullschool.net/#current/wind/surface/level/orthographic=-337.42,42.13,1024 – en cliquant sur un point de la carte, on voit la vitesse moyenne, à gauche en bas de l’écran).

Mais on a eu bien bien chaud, avant :

1-P1440124 : en haut température dedans, en bas dehors.

On comprend mieux ma relation symbiotique avec le ventilateur sur pied !

Le tuyau d’amenée d’eau de la maison est en métal, tout du long, depuis le haut de la vallée. Et de toute façon, dans ce pays sans gel, tous les tuyaux d’eau sont hors-sol (et c’est un bien, vu le nombre de fuites d’eau qu’il y a sur ces tuyaux hors d’âge…). Mais du coup, ça rend la douche, la vaisselle ou l’arrosage pour le moins brûlants (en bas la température de l’eau…. froide !) :

01-P1440130

Pour avoir un peu d’eau pas trop brûlante, c’est simple : j’utilise celle du chauffe-eau non branché…

Si vous aviez vu les photos des bêtes les jours de pluie, ou le soir quand il fait froid et que ça souffle en hiver, voilà l’équivalent en été quand il fait 40° :

55-P1440127

Chaleur, chaleur, Bizule dans la douche dans un baquet – pourquoi pas :

09-P1440213

Alithia halète :

15-P1440221

Des chats optent pour dehors, quand même. Ici François et Joli Coeur :

16-P1440224

Ma petite fontaine solaire, avec, à part moi, sa plus grande fan, Zoé :

54-P1440122

Athéna a appris à ses petits à utiliser les chatières… (no comment, surtout NO COMMENT !)

02-P1440133

01-P1440196

Un des petits est très maigre, mais aucun signe visible de coryza. J’ai une mauvaise impression, et je ne sais pas quoi faire.

02-P1440198

Et je ne suis pas sûre non plus de la bonne santé du petit champagne rose. Mais, étant donné le nombre de chats morts ou disparus cette année, il est aussi possible que je me fasse une petite parano…

10-P1440216

Quand il fait chaud, pas trop de vent et que je m’en sens l’envie, je descends au hamac, sous le caroubier géant et un peu cassé – évidemment suivie par Alithia, et par plein de chats qui adorent me rejoindre dans mon mal de mer hamaqué, et se balader dans les branches de l’arbre :

50-P1440089

45-P1440065

44-P1440062

48-P1440072

49-P1440084

52-P1440114

Là, je trouve que Paulette fait très très Bastet ! (http://fr.wikipedia.org/wiki/Chat_dans_l%27%C3%89gypte_antique)

51-P1440101

Le soir, à l’apéro sur la falaise, Léa est bien souvent exactement au même endroit que mon cher Zozéfine, ça me fait froid dans le dos…

03-P1440202

Quelques images véritablement volées, à l’arrache, des petits de la grande noire à tête de chien loup :

7-P1440233

6-P1440243

5-P1440244

La Féroce sans ses petits, près de la grande noire à tête de chien loup avec les siens !

4-P1440246

 

Non, non, je ne suis jamais seule :

1-P1430860

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10 thoughts on “Chats, chaleur, câpres et αχλαδιά κοντούλα…

  1. Ευχαριστούμε Sylvoula ! pour la leçon de grec et de cuisine végétarienne.

    Miam miam les poires !!!

    ;-)

  2. para kalo, zulaki !!! c’est marrant, pas de réaction au fait que j’insulte sauvagement (mais justement) l’odeur des fleurs de poirier ?

    non, je crois pas, en regardant bien les images des poires de la saint-jean dont tu parles, gavrochouenette, et aussi en allant regarder sur le wiki grec. selon le wiki grec et un site sur les poires grec, ce sont des poiriers particuliers au péloponnèse, relativement rares, peu productifs, et dont les poires se conservent quasi pas (j’en témoigne, sur les 6, 2 au compost), ce qui explique leur prix prohibitif sur l’île. la poire de la saint-jean tend à devenir jaune, un peu piquetée de rouge, tandis que les kontoules ont plutôt tendance à rester vertes puis à rosir légèrement. en plus, on se rend pas bien compte sur la photo, mais elles sont grosses comme de petits citrons, et les pédoncules sont vraiment énormes, et dans la continuité du fruit, comme un bonnet ! mais bon, en fait j’en sais rien, il est fort probable que de greffe en greffe, de porte-greffe en porte-greffe, les fruits comme les poires, les pommes, les agrumes finissent par développer des caractères particuliers à des régions délimitées.

    ça me fait penser à un merveilleux documentaire ARTE sur la pomme primordiale trouvée au kazakhstan, maintenue en pousse et en vigueur par un merveilleux fou dans ses vergers. un beau film, dont je ne trouve que des petits bouts ici ou là. si vous avez l’occasion, regardez ceci comme avant-goût :

    , et si vous trouvez le reste je suis preneuse !!!

  3. Encore une magnifique série !!! J’adore le portrait de Alithia et celui d’un beau chat noir et blanc….! J’ai de la peine pour les petits (peut-être) malades…Rose Champagne…. Il est tellement mignon ….(mais ils le sont tous bien sûr). La Féroce abandonne ses petits un peu ?
    Les photos du paysage qui vous entoure (hier) étaient superbes aussi….D’ici où tout , ou presque, est bétonné et plein de monde, ça fait rêver ! Mais en même temps je comprends ce que vous dites ressentir à être bloquée dans votre île…. Comment faire pour que vous puissiez vous évader quelques jours ? Peut-on vous aider ? …..
    Plein de pensées amicales,
    Catherine

  4. Le chat noir et blanc sur la grosse branche du caroubier, c’est joli-coeur, car c’est un vrai joli coeur ! c’est lui qui me caresse doucement la joue quand je me lave les dents !!

    ma claustrophobie insulaire est démultipliée par le fait que je n’ai pas posé les plaques depuis décembre 2012. pas UN jour sans nourrir 2 fois par jour les bêtes, nettoyer, soigner, caresser, parfois emporter les corps, etc. pas UN jour sans chat, sans chien, pas UN jour avec un autre paysage, un autre air, une autre ambiance. pas UN jour sans une certaine angoisse, une sorte de préoccupation constante. alors oui, je me sens salement bloquée – et usée.

    pour m’évader, c’est simple, il me faut des sous, car quand je pars, je paie un garde-chats qui vient habiter la maison et s’occuper des bêtes. à 10 chats, on peut se permettre de faire venir quelqu’un 2 fois par jour. mais avec 100 chats, c’est immédiatement le chaos, ça part en vrille très très vite. et puis alithia a besoin de compagnie et de promenades. or, pour être certaine qu’il fait bien son boulot – parce que c’est un vrai boulot – je le paie bien. et mon budget est tellement serré (la subvention FBB, les dons et les adhésions sont destinés aux chats, pas à moi et mes fantaisies) que je ne peux pas me permettre de payer mon type et de partir… c’est simple et c’est comme ça !

    donc je me répète comme un mantra « tenir ! » et je tiens…

  5. bon, attendre demain, mais ce soir, comme je le pressentais, athéna dort sur une chaise dedans avec seulement 2 des petits… j’ai cherché par là autour le petit 3ème, mais il est tout noir et il fait tout nuit.

  6. bonjour Sylvie, le troisième chaton est-il revenu? vous voyez, je me fais du soucis aussi.. je croyais avoir rêvé, mais non il y avait bien ce dernier mail…. espérons… grosses bises Anne-Marie

  7. UNE bonne nouvelle ! Ouf ! J’espère qu’il va se retaper bien vite….Leur mère les nourrit encore ? Et le petit Champagne-Rose comment va-t-il ?……
    Oui, on suit …..!
    Prenez soin de VOUS aussi !
    Plein de bonnes pensées,
    Catherine

Laisser un commentaire