Chrous(s)a

Chrous(s)a… Le /s/ entre 2 voyelles en grec, c’est un -s-, on dit donc ‘passok’ pour ce qui reste de cette formation politique, le PASOK (=pas ok, pour les mal comprenants). Inutile de dire que la période est terriblement excitante de ce côté-ci de l’UE (?).

Donc pour faire une petite pause entre deux articles parlant de l’apocalypse et l’épiphanie grecques, j’ai recommencé (car que je suis d’une flemme infinie) à faire cette petite balade que j’aime tant dans le bas de mon village. Entre deux périodes sans, je constate avec un peu d’effroi que les choses ne vont pas s’améliorant : pas mal des murs de soutènement des terrasses se sont effondrés, et comme ce village est un village fantôme, personne pour arrêter la catastrophe. De toute façon, la plupart de ces maisons bourgeoises sont abandonnées, en ruines, et Chrous(s)a est loin d’être sur le programme des activités touristiques syriotes. Il n’est pas impossible que le futur Jardin Botanique, à quelques centaines de mètres de chez moi, devienne un jour un but d’excursion, mais je doute que cela suscite un enthousiasme tel que, dans l’élan, on remonte les murs et nettoie les chemins et les rues pavées.

Comme tant d’autres choses, on peut dire qu’il y a de beaux restes…

Sur cette carte GougueuleTerre, à droite en bas mon point de départ, puis quelques repères qui jalonnent la balade :

 

01-balade

Bon, j’avions à peine atteint le chemin proprement dit (le 2ème repère à droite), les choses qui fâchent :

un crétin qui a déversé ses gravats

03-P1500322

et un crétin puissance mille dans un acte que je n’arrive pas à expliquer

04-P1500323

Mais voilà cette balade, en quelques images diaporamées, youtubées et parfois commentées (lire vite ! ;-)

Seule et unique âme croisée durant mon mini-trip

37-P1500365

Et pour finir, quelques couleurs

38-P1500369

6-P1500398

37 thoughts on “Chrous(s)a

  1. Je ne me souvenais pas de tant de murs écroulés : le résultat des dernières tempêtes ? Merci pour ce voyage dans un endroit étrange et unique.

    • oui, le grand mur très écroulé c’est depuis ton passage – et celui de la tempête ! désolant, hein ? j’attends ta patte et ton oeil pour de plus amples et belles découvertes sur cette promenade…

  2. Quel désastre social et quel malheur infligé à ce si beau pays, berceau de nos civilisations européennes …
    On se plait à rêver à un gros coup de loto pour racheter quelques unes de ces belles et anciennes demeures et les réveiller à la vie en les peuplant d’enfants, de femmes et d’hommes et d’animaux .
    Rien de plus triste qu’un mur qui s’effondre seul . Est-ce que les gens ici accepteraient ce douloureux constat dans leurs beaux pays respectifs sans se rebeller ?
    Est-ce que les allemands,si sûrs d’eux en matière de traités et si fiers de l’ordonnance rigoureuse des paysages champêtres de leur pays, accepteraient de les voir ainsi ?.

    • écoute, franchement, les murs en pierres sèches, c’est vraiment le désastre partout. allez, un chouette post de blog : http://robertbranche.blogspot.gr/2009/03/la-logique-cachee-des-murs-en-pierres.html, une biographie http://www.pierreseche.com/bibliographie_des_terrasses.htm (il y a un blanchemanche : si je me trompe pas, ce livre fait partie des bibles de mon frérot, qui le lit avec adoration) et un site dédié à cela http://www.pierreseche.com/. le mur en pierres sèches, c’est beaucoup de boulot et il faut dire que c’était des travaux annuels, faits par des communautés (familiales, villageoises) et ça, crise ou non, ça existe plus. finito. mais c’est vrai que c’est un désastre écologique : l’effondrement des terrasses, c’est immédiatement l’érosion pluviale et éolienne qui gagne, l’eau lessive les terres sans rien pour retenir. en plus beaucoup de vergers sont en terrasse, les arbres se retrouvent racines nues, instables, meurent, et encore de l’érosion en plus.

      quant aux maisons, je crois que si elles avaient pu être rachetées, ce serait fait. le problème c’est qu’elles ont été héritées, héritées d’héritages, avec des héritiers lointains dispersés partout dans le monde, les uns voulant vendre, les autres non (la demeure des ancêtres, ils rêvent pour certains de la voir un jour), jamais d’accord pour faire des travaux hors de prix (a priori il faut refaire tous les toits), à la limite fuyant l’héritage because les impôts, taxes, etc.bref, certaines je suppose ont fini dans l’escarcelle de l’état (et je te fais pas un dessin), d’autres dans celle de l’église (là non plus). moi je rêverais d’habiter dans une de ces ruines, mais je connais personne qui ait réussi à trouver le moyen de le faire…

  3. Très calme, étrange, déroutant… Mais que font les autorités de l’île, ramasser un peu, étayer aussi, ce n’est pas sorcier ! Et franchement ça ne coûte quasi rien ! Réserve moi une maison abandonnée ! J’arrive !!!!!!!!!!!!! Ah ma Sylvie, si ça pouvait être vrai…

    • lis au-dessus. et non, ça coûte en main d’oeuvre, et en cette période dramatique, la chose la plus mal payée, la plus mal vue, la plus négligée, c’est bien le travail manuel de ce type. pour le grand mur effondré, il faudrait enlever toute la terre en amont, des tonnes, des mètres et des mètres cube, essayer de sauver les arbres qui poussent sur la terrasse, remonter ces murs (et c’est technique, c’est pas juste mettre quelques pierres), remettre la terre, etc.

      mais oui, c’est extrêmement calme. et en été, c’est une balade à l’ombre de ces murs, c’est très agréable…

  4. ahahah « les autorités de l’île » ! Brigitte, je ne me moque pas du tout, simplement il faut venir voir en Grèce ce que signifient les autorités locales… à 3000 lieues de ce qu’on connaît en Europe de l’ouest. Et puis, certaines maisons ont bien été rachetées et ce sont maintenant des villas samsuffit, restaurées à grands frais et hideuses, plus rien à voir avec la noblesse et l’élégance de celles qui s’écroulent.

    Sylvie je me réjouis de refaire cette promenade avec toi… et de photographier pendant qu’il est encore temps.

    • oui, les autorités ont vraiment autre chose à faire. et si elles viennent foutre leurs grosses pattes dans les zones du chemin qui sont effectivement communales, ils vont nous refaire ça à coup de béton, qui s’écroulera ensuite mais après moi le déluge, c’est un dicton typique des autorités d’ici) bien plus vite que ne l’ont fait ces murs…

      à part ça, je viens d’entendre encore sur FQ ces fariboles sur le (non) cadastre en grèce, ça commence à m’énerver VEUGRA, je vais finir par écrire là-dessus

  5. jolie mais triste promenade,
    et en effet il faut lire tellement vite que même en lisant vite on n’arrive pas à tout lire ;-)

  6. Merci pour les liens sur ces anciens murs de pierre et leurs mises en oeuvres , c’est du savoir perdu tout ça si on égare ces traces .

    • en grèce, en tout cas sur l’île, ce sont les albanais qui en général savent encore faire ça. j’ai vu construire une maison de deux étages en pierres sèches par toute une bande d’albanais (la pierre venait de naxos je crois), c’était magnifique. bon, le résultat fait un peu avergne, mais ça a de la gueule.

      • C’est vrai, les Albanais sont en Grèce ce que sont les maçons marocains-algériens en France : très doués pour la pierre sèche. Les Grecs y zaiment bien le béton… tiens, j’ai enfin trouvé quelque chose à leur reprocher

        • je vais me faire taper, mais question architecture (?) moderne, ils ont un goût de CHIOTTES, les grecs, oui ! mais bon, un peu comme les maisons dans le lot, les belles restaurations, elles sont pas françaises (enfin, pas souvent et pratiquement toujours le fait de gens qui y passent leur vie et leurs économies) mais anglaises…

    • si tu savais (mais tu le sais je suppose) le nombre de fois où, se promenant dans les marchés aux puces, on tombe sur de vieux outils dont personne n’est foutu de (re)trouver l’usage ! oui, c’est vrai, tant de savoirs qui disparaissent, même là, disparition de la diversité, de la techno-diversité. on devient de gros cerveaux (ce qui garantit pas le remplissage) avec des mains de tapeurs de clavier. et pour entendre ces craintes et ces tristesses, je suis aux premières loges, avec mon frelot et sa femme qui font de l’archéo expérimentale… tiens, je te file l’adresse de leur site : http://www.aeta-archeologie.com/. balade-toi, tu verras, c’est chouette !

      • Très bien, le site du frérot ! beaucoup aimé la gravure de la stèle genre néolithique, déjà qu’avec rifloirs et gradines ce n’est pas de la tarte, alors avec un silex…

        • ouiiiiiiiii, il est joli leur site !! et je te raconte pas leur vie, il y a toujours les fibres en train de goger dans la fontaine, des silex en train de gicler par éclats, des réserves de pierre verte pour faire des haches, du boyau en train de cuire…, la stèle, c’est pas « genre » néolithique, ce sont des stèles qui ont été découvertes en valais, et qu’il reproduit pour expérimenter les techniques probables utilisées pour les faire.

  7. Oui, très tristounets, ces endroits désertés… pourtant bien verdoyants (pour l’instant), mais pleins d’arbres morts, de maisons mortes… Mpfff… j’ai un coup de mou tout soudainement…
    Va y avoir du boulot pour quand le gouvernement arrivera à s’occuper des affaires intérieures, après avoir été emm… par les « internationaux » (plus préoccupés à fourguer de l’armement à l’Ukraine et au Kurdistan et à faire fructifier les banques).

    • je dois être très tristesse-résistante, mais je sens pas ça comme triste. juste suspendu dans le temps. je trouve très intéressant d’assister en live à la ruine d’un monde, dans le fond le même processus qui a présidé à la confection de tant de ruines sublimes qui nous enthousiasment – en grèce par exemple. le seul truc qui me désole, et même plus, c’est les risques d’érosion qui vont avec. quant aux arbres morts, ce sont surtout les amandiers. je sais pas, je me demande s’il y a pas une saloperie spéciale-amandiers qui les tue. en tout cas c’est frappant sur syros.

  8. Des maisons abandonnées, des murs écroulées… de bien tristes métaphores pour dire tout le mal que la misère peut faire à un pays, aussi beau et mythique soit-il.
    :-(

    ? Cigalinette, tu ne peux donc plus modifier le minutage de l’affichage pour qu’on puisse avoir plus de temps pour lire ? Dommage…

    • non, je peux pas, je pouvais déjà pas en le faisant (avec picasa), sinon il aurait fallu ralentir toutes les images. c’est pour ça que j’ai mis certains commentaires sur 2 images. rho, je dis rien de spécial. et puis comme j’y dis à alain, un clic de souris et ça arrête le déroulement.

      moi ce qui me fait marrer dans ce que tu dis, c’est que ce qui est en ruines, c’est pas le versant pauvre, paysan, les petites baraques foutraques, ce sont justement les belles maisons bourgeoises d’armateurs et petits industriels qui de toute façon n’y vivaient pas à l’année. c’est celles-là qui font l’objet de successions multiples et qui finissent par devenir ce qu’elles sont : de superbes choses ravagées et abandonnées.

  9. « ce qui me fait marrer dans ce que tu dis, c’est que ce qui est en ruines, c’est pas le versant pauvre, paysan, les petites baraques foutraques, ce sont justement les belles maisons bourgeoises d’armateurs et petits industriels »…

    **********************
    N’empêche… si ce sont de belles demeures, c’est quand même triste. L’abandon c’est triste, voire dramatique. Et comme c’est pas ça qui va rendre meilleure la vie des pauvres…

    • oui, ce sont de vraiment belles « demeures », avec ce côté chicosse du mot. mais elles devaient être invivables en hiver (d’autant plus que contrairement à ma petite maison foutraque côté adret de la vallée, toutes ces maisons sont côté ubac – d’ailleurs cette belle maison de cet ami anglais est plutôt dure à vivre en hiver, adossée qu’elle est à la pente). en fait, mon rêve, c’est de vivre dans une très belle maison en ruines et de faire dedans comme des bulles d’habitation : la maison continuerait à s’effondrer, mais les bulles dedans resteraient.

    • en fait, c’est pas ce que tu dis qui me fait marrer, mais l’ironie de l’histoire : dans ces mondes de riches et de pauvres, ce qui reste, c’est ce qu’ont bâti non pas ces riches – eux, ils n’ont rien fait de leurs précieuses mains blanches et délicates, aux ongles propres et brillants, aux paumes souples – mais ces pauvres employés à la tâche de l’auto-célébration des possédants. me fait marrer l’ironie de l’histoire qui veut que ma maison de pauvres, foutraque et sur le « mauvais » côté du village, le côté plein soleil, soit justement moins en ruines que celles, les belles, les nobles, d’en face. ce qui reste des temples grecs, des pyramides égyptiennes, c’est ce qu’ont FAIT les esclaves, les ouvriers, et aussi les artisans. on retrouve de superbes princes celtes entourés de beaux objets, mais ces objets, ce sont les forgerons qui les ont forgés, les tisserands qui les ont tissés, les sculpteurs qui les ont sculptés. c’est ça qui me fait marrer. note, j’ai peut-être un sens de l’humour un peu tordu ;-)

  10. Très belle ballade ! Ca a du charme ces vieux murs. Je ne trouve pas ça triste. Sauf si bien sûr on pense à ce que cela signifie d’abandon, d’un monde du passé (ça me fait penser au Guépard de Visconti…..) …En France il y a des quantités de villages abandonnés, de murs qui s’écroulent. Bien souvent aussi ces ruines ont été achetées par des Anglais (cf plus haut), les locaux râlaient… »comment ! les étrangers achètent tout !…. » etc…Mais « les étrangers les ont retapées ! Et les problèmes des familles qui ne veulent pas vendre, héritages, etc, et finalement la maison s’écroule…y en a partout ! Mais c’est vrai que c’est plutôt des fermes, alors que vous parlez de belles maisons …
    En tous cas cette série campagnarde est bien belle ! Le paysage a l’air superbe !

    • merci catherine. tu as tout à fait raison, ici ce sont justement de « belles » maisons… et oui, pour visconti, un monde en disparition – qui essaie d’emporter tout avec lui. il n’y arrivera pas !

  11. Enfin, des nouvelles et merci pour cette brève bouffée d’oxygène avant que de replonger dans les intempéries politiques et météorologiques de la semaine à venir. Comme un miroir cette balade de Chroussa nous renvoie objectivement à ce que nous sommes tous sur terre: juste de passage (puissants, riches ou miséreux). Et c’est tant mieux: La nature reprend ses droits, et continue son chemin sans nous, dés que nous avons détourné les yeux. Il faut voir en ce moment comment l’herbe s’infiltre dans les moindres recoins des murs. Nous avons passé toute la belle journée d’hier à nettoyer remettre en place, et tailler les arbres avant le passage de nouvelles intempéries.. Attention mercredi l’hiver revient. Nous avons installé sur le toit une petite station météo relayée par internet dont l’adresse est la suivante: http://french.wunderground.com/wundermap/… Si tu veux tu peux cliquer sur Karystos (Kalyvia), mais aussi sur celle de Syros, de Tinos… etc pour connaître le temps qu’il va faire chez tes voisins et amis, ce que je fais régulièrement pour toi, lorsque je ne vois plus de publications… Cliquer sur la balise, puis choisir forcast pour les prévisions. Merci encore pour ces instants de ta vie !

  12. merci Klo de Karystos. merci pour ce commentaire. j’adore l’idée de notre tout petit réseau d’amantes de la grèce, toi en eubée, claude sur tinos, moi ici, guettant les fureurs de borée, zeus et poseidon (excellent ton site ! claude, si jamais ?!), jouissant des douceurs d’apollon quand il veut bien briller et chauffer comme maintenant (j’arrive pas à croire qu’il fera si horrible si bientôt !). quant aux alentours de la maison et aux dégâts de la dernière tempête (surtout sur mes chers arbres) je dois dire que je ne fais rien en attendant ce qui va nous arriver sur la figure : j’attends le printemps pour préparer l’été.

    je surveille ce site : http://earth.nullschool.net/#current/wind/surface/level/orthographic=-337.42,42.13,1024 comme le lait sur le feu – encore que ce sont surtout mes cloches à vent et ce qui reste de mes drapeaux à prière tibétains qui m’avertissent en premier des changements du vent… par contre j’ai coupé du bois, et demain j’irai vite acheter un sac de ces boulets de déchets d’olives, une cata point de vue empreinte CO2, mais bien utile sur une île sans bois (contrairement à l’eubée, veinarde !). je sais que claude est prête (elle qui a dû subir la grosse grosse neige et la panne d’électricité de 4 jours la dernière fois) (il y a eu jusqu’à 2 mètres de neige sur un petit plateau de son île… c’est horrible !), et je parie que toi aussi tu es prête. en fait, vivre sur une (petite) île, c’est très exactement comme sur un bateau, avec les changements de temps, les grains, la douche écossaise permanente.

    et je suis tout à fait d’accord avec toi, et c’est pour ça que je ne trouve pas vraiment tristes ces maisons abandonnées : le temps passe là-dessus, se moque de nous et de notre désir de l’arrêter. j’aime l’idée que mes bricolages ici sont des trucs totalement temporaires (d’où une bonne partie du côté foutraque de cette maison), rien de prévu pour durer 1000 ans, et je trouve que le meilleur service qu’on puisse rendre à nos âmes tourmentées est de vivre dans l’impermanence. avec le désir de disparaître aussi doucement, tendrement que les ronds dans l’eau après y avoir lancé un caillou. juste de passage, comme tu dis.

    • A partir de tes indications dans un texte précédent, j’ai déjà épinglé le site météo: earth, depuis, nous le consultons fréquemment, et je t’en remercie, aujourd’hui. Oui, je suis toujours tellement d’accord avec ce que tu penses, avec ce que tu dis, mais les touches de mon clavier ne suffiront jamais à tout exprimer (dans le vrai sens: faire sortir de; essorer) de ce qui couve en moi. Amantes de la Grèce ! Ah! c’est si peu dire. Lorsqu’en France j’étais complétement accro. à tes textes, tes photos, les chats, la chienne, c’est parce qu’au plus profond de mon cœur, en plein milieu, j’avais un trou béant. Dans l’attente continuelle de retourner en Grèce. 3 semaines par ci, 10 jours par là. Puis de nouveau l’attente, interroger le clavier pour lire un peu de toi, vivre à travers tes textes, les saisons, farfouiller dans tes sites préférés, et apprendre, apprendre en attendant de vivre. Se raisonner, et attendre l’âge Raisonnable, celui de la retraite !!!! (pas pour moi, car pour des clopinettes et dans tellement longtemps !!!!) Mais celle d’un de nous deux, le premier à l’avoir, à la partager, pour Vivre, juste se sentir au monde et Vivre la vie, la notre. Quelle jolie farce, l’âge vénérable des douleurs, des premiers symptômes des heures vieillissantes. Tiens comme les nobles demeures de Syros. Pour elles comme pour nous le compteur ne s’arrête jamais. Tic Tac. Mais comme c’est beau ici, enfin ! Enfin vivre en prenant le temps de regarder se lever le soleil, se goinfrer de ses couleurs jusqu’à la nuit tombée. Plus que sur un bateau, j’ai vraiment l’impression ici d’être un gardien de phare. Les tempêtes arrivent de toutes parts, le vent siffle et s’insinue de partout, la pluie te file des gifles et arrive de tous les côtés. Du sud, du nord, de l’ouest, de l’est… Alors la gadoue s’installe, le linge ne sèche plus, même le lit est tellement humide, que tes draps en sont presque mouillés… Notre Baromètre-Chat ne s’y trompe jamais. Ah! mais je sais tout çà depuis très longtemps, en te lisant entre autre, et tant pis, même sous 40cm de neige et sans électricité, c’était tellement beau. On a un peu la pétoche, car on ne sait pas comment tout ça va tourner, dommage, car c’était inouï. Nos voisins grecs n’en avaient jamais vu autant. Et notre vieille petite maison a résisté bravement mais non sans dégâts. J’avoue avoir un peu les chocottes en attendant la prochaine, mais bon, après les Tempêtes les Temps Beaux. En attendant, je peux presque te voir, d’où je suis, tellement la ligne d’horizon se trouve loin ce soir. Bons vents. Surtout n’arrête jamais, courage, et caresses à toute la maisonnée.

  13. Merci Klo pour le site meteo, un de plus mais j’espère le bon (je suis effarée devant les prévisions contradictoires des sites meteo, même les grecs). Cette fois-ci ils annoncent tous la catastrophe, à l’unisson. Est-ce que je me trompe si nous attendons toutes cette semaine avec impatience ? Celle de tenir au milieu des tempêtes et de se la raconter en riant, une fois le grain passé, vivantes et joyeuses des temps à venir ?

    • je crois que tu as raison !!!!! ;-) (même si je me désole un peu et à l’avance pour les arbres…)
      et vous avez vu les filles ? une nuit étoilée comme rarement plus étoilée ??

    • (Merci…), mais de rien, Claude, juste un petit avertissement personnel: les prévisions météo sont comme les sondages politiques, les résultats à la fin ne sont pas toujours ceux que tout le monde attendait. Mais bon, si on s’attend au pire, on n’est jamais déçu. Blague à part, comme la température de ces derniers jours est plus que clémente, si neige il y a encore, elle ne devrait pas tenir comme l’autre fois, car le sol est plus chaud… (là on tente de se rassurer) Enfin bref, d’ici sur les flans du Mont Ochi, dans la vieille maisonnette, nous faisons un peu le dos rond, nous préparons les chandelles, nous révisons le réchaud à gaz, ainsi que le dernier chauffage à gaz, cadeau du Père Noël,heureusement prévoyant. Demain grosses courses dont provisions de croquettes pour Melle Chat. Mais il est bien entendu que nous jouons à nous faire peur !!!!! Je pense à toi aussi, dans ce Triangle de « L’Oeil du Diable ». Bon courage, et tenons nous au « courant »… Sans blague.

Laisser un commentaire