Un métier à tisser néolithique pour les nuls

En cette période de météo absolument calamiteuse (pluies, orages, froid, vent), il y aurait beaucoup à dire sur les chats, sur le monde, mais je le dirai plus tard. Avant, je voudrais vous faire partager ma lubie !

L’an passé, j’avais bricolé avec mes doigts-doigts, du nattage/tissage/vannerie vraiment peu élaboré (http://leschatsdesyros.com/2014/11/21/faire-bouger-les-doigts/) mais totalement satisfaisant pour l’esprit. Et puis j’ai eu envie de me lancer dans la confection d’un métier à tisser, parce que ma manière de faire était vraiment trop peu élaborée pour réaliser quelque chose qui me satisfasse au delà du simple plaisir de faire.

Hier, j’ai profité d’une fenêtre entre deux pluies pour améliorer (parce qu’enfin compris) mon « métier à tisser à pesons » (c’est couillon, il m’a suffit d’un bout de photo pour piger ce qui manquait, merci à MARTINE) – même si je soupçonne que les néolithiques faisaient les choses bien plus joliment que moi. Mais je suis une vraie primitive impatiente, et j’ai besoin de faire, de tester en vrai, pour comprendre comment les choses marchent. Du coup, j’ai compris rétrospectivement toutes les photos et vidéos et tous les dessins que je regardais sans les comprendre. Inutile de dire que cela confirme mon intérêt pour la didactique, qui fut mon « métier » dans une autre vie.

Tout se passe sous la tonnelle de jasmin…

08-P1540221

21-P1540281

22-P1540280

23-P1540278

Bricolage, quand tu nous tiens. J’ai beaucoup tourné autour du problème de comment faire et comment fixer les fourches qui maintiennent la barre de lisse en arrière – ci-dessous, un essai (et ce que j’utilise dans la vidéo)

19-P1540269

20-P1540271

Mais depuis j’ai amélioré la combine ! Grandement. Sauf que comme il n’arrête pas de pleuvoir, impossible d’aller tester sur la bête.

Les nuages il y a quelques jours… Il aurait fallu être naïf pour ne pas comprendre le message…

12-P1540250

D’ailleurs, par la suite…

13-P1540252

Ce jour-là, une vieille mémère sans nom est morte, qui repose maintenant dans une jolie pinède… Désolée, je n’ai rien pu faire. Elle était toujours là, mais tellement discrète, silencieuse, tranquille que je ne l’ai pas « vue ». Culpabilité rétrospective.

01-P1540188

Et puis les petits de la Féroce grandissent, grandissent, on est en pleine période « attitude-spectrale-pattes-raides-à-ressort-poils-dressés »… mais tintin pour les approcher, d’abord la mère veille, les pupilles tellement dilatées qu’on ne voit plus les iris, et les petits, la voyant prête à me sauter à la figure adoptent le même comportement et s’enfuient dans le capharnaüm de la pièce que mon proprio s’est gardée pour y laisser à demeure son bordel, plongeant tellement bien profond dans le chaos qu’il me faut renoncer à leur soigner les yeux (hélas assez purulents).

10-P1540237

18-P1540264

La suite ensuite…

 

3 thoughts on “Un métier à tisser néolithique pour les nuls

  1. commentaire sous la vidéo : c’était la barre dessous, de séparation des fils de chaîne pairs et impairs, qui manquait. et depuis, j’ai trouvé un meilleur système roseaux-ficelle pour les fourches de la barre des lisses. mais il pleut et vente tellement que je peux pas bricoler et tester dans mon « atelier » sous la tonnelle. prochaine étape : en chaîne, plein de fils/ficelle de chanvre (j’ai déjà fait l’ourdissage, mais au pif), et en trame des feuillages séchés (des feuilles de callas et de crocosmia/montbretia, plutôt solides une fois sèches, mais très souples – sauf que, pour l’instant, tout ça est trempé)

  2. Bravo pour le métier à tisser !
    Les petits férociminets sont craquants.

    Zule (qui connaît lui aussi une « Martine » de bon conseil)

    ;-)

  3. et bien voilà une saine occupation… on ne pense plus qu’à son ouvrage… ce n’est pas mal du tout.. peut-être pourrez vous vous servir de vos tissages… pour le vent, le soleil, plein de choses… Super.. je vous embrasse très fort…A-M

Laisser un commentaire