Votre partage, ma survie

Comme je l’ai déjà dit, peut-être à chaque fois que je me tais longtemps sur le blog, les longs silences sont difficiles à rompre. Il y a la stratégie : « Ah oui, on parlait de quoi déjà la dernière fois ? », et dans mon cas, c’est facile : sûrement des chats et des choses, lieux, événements qui remplissent mon quotidien non-standard (parce qu’il n’est ni extraordinaire, ni merveilleux, ni exceptionnel, ni fantastique : il est juste non-standard). Il y a aussi la stratégie « Je botte en touche », je fais comme si de rien n’était, et je balance les photos que mine de rien je continue à accumuler, avec parfois un petit résumé des jours ou semaines passés.

Des chats sont morts, d’autres ont disparu. Des chats proches, aimés, avec lesquels j’avais une vraie histoire d’humaine et de félins. L’hiver a été doux pour la météo, mais dur de ce côté-là du cœur. Et puis beaucoup de chats malades, la découverte d’un nouvel antibiotique qui me semble bien fonctionner (le Zithromax), mais la route est longue, je traite actuellement 10 chats chaque jour, et il me faut être persévérante pendant encore au moins 2 semaines, sinon 3. Et tout à l’heure, j’ai dû amener Méli chez le vétérinaire : dents pourries (je viens de recevoir des nouvelles : 9 dents arrachées ! J’irai la chercher demain). Sans compter la dizaine de stérilisations (sauf…devinez qui… La Féroce, oui, vous aviez deviné ! Elle va accoucher les jours qui viennent), là je suis très contente, même si je n’ai encore rien payé de ces opérations . Et cette facture, cette énorme facture, que je garde sous le nez, de toute cette réserve de grandes boîtes de Mjau, 2273 euros…

Mais cette fois, c’est un peu différent.  Je sens que je suis au bout de ce que je peux vous demander, je n’ai aucun doute là-dessus. C’est déjà une chance, grâce à vous, d’avoir pu tirer des bords jusqu’ici. Malgré les prêts, les dons, les parrainages, il faut bien dire, le mur est toujours là, quand même.  Alors je vais vous demander quelque chose qu’on ne fait pas volontiers, je sais pour l’avoir vécu moi-même : je vous demande me « partager », avec vos amis de la vraie vie, ou vos amis de Facebook, en leur demandant de partager eux-mêmes mon histoire avec d’autres amis. Je crois que le seul moyen pour moi de desserrer l’étau, c’est d’élargir le réseau des gens qui sont touchés par ma démarche, et qui peuvent, même un peu, m’aider.

Je sais qu’un jour ou l’autre (ah, si cela pouvait être demain !), je verrai le bout du tunnel, mais en attendant, il faut serrer les dents et continuer. Et pour continuer, j’ai besoin d’argent. C’est l’affreuse réalité. Et je sais bien à quel point il peut être choquant de vouloir nourrir 100 chats et une chienne quand le monde explose partout autour. Mais la sagesse est peut-être là, à aider les créatures qui n’ont aucune chance de survivre sinon en étant aidées.

Merci d’avance.

Et pour avoir quelque chose à montrer, tout de même, voici quelques images de ces derniers temps.

Pose groupée de François

P1060320

François, othématome aux 2 oreilles (la 2de s'est racornie en 2 jours !)

François, othématome aux 2 oreilles (la 2de s’est racornie en 2 jours !)

Kéti, mon petit poisson des îles

P1060392

Premier soleil du matin

P1060390

Une petite un peu malade, mais impossible à attraper (elles étaient quatre, absolument identiques, grises angoras, l’une est morte dans mes mains, celle-ci est peu bien et souvent devant la maison, et les deux autres se baladent par là, plutôt vers le poulailler – très très sauvages !)

P1060418

La Féroce me glisse un regard féroce. Enceinte jusqu’aux yeux…

P1060446

Le matin, ces quatre chats-là sont toujours dans ce buisson suspendu au-dessus du champ du bas, c’est leur petit endroit à eux

P1060413

Petit frichti de croquettes dans un plat devant la maison, sous une table basse…

P1060387

Pour mémoire : la mosaïque de chats pendant la nuit, c’est fini ! Maintenant, on amorce la période où je ne les vois quasiment plus qu’aux heures des repas, ils vivent dehors. Je recommencerai à les voir en plein été, quand il fera 40° et qu’ils viendront se réfugier dedans pendant la journée

P1060299

Bon, je râlais, mais elles sont bien là, et si belles ! J’ADORE les capucines !! Mais vous le savez.

P1060432

P1060435

P1060436

P1060441

Bourrache (borago)

Bourrache (borago)

Ecballium elaterium  (les fruits ressemblent à de petites pastèques pleines d’eau qui vous pètent dans les doigts)

Ecballium elaterium

P1060345

Les géraniums devant la maison sont particulièrement « phosphorescents » au crépuscule (comme les liserons ci-dessus), et là, je suis assez contente, je suis arrivée à rendre un peu cette luminosité si particulière

P1060399

Fleurs d’olivier

Fleurs d'olivier

Hanneton introuvable sur l’internet ! (mais j’ai pas dit mon dernier mot)

Hanneton introuvable sur l'internet ! (mais j'ai pas dit mon dernier mot)

Petit lapin de garenne ramené par François, le 2d cette année. Je l’ai bien installé, il a semblé avoir envie de grignoter de l’herbette, même si ses yeux étaient encore fermés, mais hélas, il n’a pas survécu à ses blessures et est mort la nuit suivante. Parfois, je HAIS les chats…

P1060377

P1060383

Chat ayant décidé de prendre son repas féroce et sanguinaire dans une écuelle, et là aussi je suis pleine de rage (mais un peu rassurée aussi : ils savent chasser)

P1060326

Abeille coucou « Melecta luctuosa »

Abeille coucou "Melecta luctuosa"

Mesobuthus gibbosus, noyé. Il y a pas mal de scorpions cette année

P1060450

Mesobuthus gibbosus

P1060337

Pie-grièche à tête rousse

 Pie-grièche à tête rousse

Joli halo depuis le magazi de ma copine Fani, ma marchande de croquettes. Je copie : « …Des nuages très fins de très haute altitude (10 000 mètres) ont créé une sorte de tapis voilant le ciel. Au lieu de produire des gouttes d’eau, ces types de nuages de très haute altitude forment des cristaux de glace qui sont en suspension dans l’air. Ces cristaux agissent comme des prismes qui reflètent/réfractent les rayons du soleil à un angle précis (22 °), donnant lieu au phénomène optique en forme circulaire dans le ciel. » (halo autour du soleil)

P1060324

Marinos m’a posé ses vaches dans le champ du bas. Elles bouffent tout, mais on voit que c’est déjà bien bien sec ! Et on n’est même pas encore en mai.

P1060457

Voilà, je finis sur Riri mon mariri, à sa petite pause olivier-nuit tombante, et la mer si loin là-bas au fond.

P1060407

 

14 thoughts on “Votre partage, ma survie

  1. Superbes photos,….comme toujours ! Mais quelle tristesse ….Que te dire pour te soulager ?…. Qu’on pense à toi très fort bien sûr, mais ça ne t’aide pas vraiment…
    Question médicaments : y a-t-il des choses qu’on peut acheter ici que tu ne trouves pas chez toi ? Dis-nous.
    Big hug !!!

    • comme j’ai dit, première chose : partager ce blog. que je devienne « virale » comme disent les djeunes !
      les médics : non, ici on trouve tout. cher mais tout. le seul truc que j’arrive pas à trouver, c’est de la lysine en vrac, en poudre. on trouve qu’en gros cachets que j’écrase. mais c’est peu pratique. c’est bon pour les défenses immunitaires.
      et si jamais, je te recommande zithromax : ils détestent pas (c’est pas comme le flagyl qui a un goût de pamplemousse qu’ils haïssent), il faut faire très attention aux doses (j’ai dû acheter un pèse-personne), mais c’est peu et une fois par jour.
      merci pour ton aide, catherine, et ton commentaire.

  2. Pour moi, rien de choquant à aider les plus démunis de la planète, les animaux.Si peu de gens les aident ….car les humains qui souvent détruisent tout passent avant.
    Pour le partage, je vais voir, j’ai quelques amis ( non FB ) qui pourraient aider éventuellement .
    Merci pour ces petits reportages de la vie quotidienne, ces photos toujours aussi sublimes ( je pense toujours à un livre… ). J’adore les chats perchés dans les buissons, Kéti en hauteur etc pour les minous, et ces fleurs magnifiques.
    Mes parrainages vont se faire très prochainement, si le système « récurrent » fonctionne . Sinon, mois par mois.
    Amitiés et bisous !

    • doudou fidèle. oui, le livre. j’y pense. ce qui est terrible, c’est que mon quotidien est très chronophage, et tout de même assez stressant (il faut avouer que ce manque d’argent perpétuellement me bouffe la tête), et j’ai guère de place « mentale » pour écrire, pour faire quelque chose pour moi. et merci en effet de partager avec qui te semblerait touché par mon refuge, enfin, ma sorte de refuge (pas du tout standard il est vrai). amitiés et baisers, et ronrons !!

  3. Est-ce que l’homéopathie coûte plus cher qu’en France ? (2euros le tube) – parce que Thymuline 9CH une fois par semaine booste vraiment l’immunité… à donner aux chats en bonne santé ou seulement un peu patraques.

    Pour le reste… rendez-vous sur FB ;-)

    • hahaha ! donner aux chats en bonne santé… mais aucun n’est vraiment en « bonne santé », c’est bien là le problème. mais je peux toujours aller voir ma pharmacienne chérie, qui a une mentalité d’alchimiste, pour lui demander de m’en faire une préparation liquide, elle sera ravie, elle s’emmerde tellement à vendre des trucs tout faits ! d’ailleurs elle m’a préparé une cold cream avec de l’aspirine (enfin, de l’acide acétylsalicylique) pour calmer les piqûres de moustique, et ça marche du tonnerre !

    • mais regardez, chère anne-marie, plein de partages sur facebook. c’est un peu ce que je demandais. et puis j’ai reçu des dons, dont le vôtre et je vous en remercie infiniment. et un autre, important, qui me permettra de payer d’un coup et les stérilisations et les dents arrachées de Méli (9 !! j’ai téléphoné au cabinet vétérinaire, les plaies sont déjà refermées et elle semble moins stressée).
      il fait chaud, je vais rentrer mes habits d’hiver, mais je vais garder à portée de main votre pull bleu gitane que j’aime d’amour !
      je vous embrasse fort

  4. « la sagesse est peut-être là, à aider les créatures qui n’ont aucune chance de survivre sinon en étant aidées. »
    Je suis très émue à la lecture de cette phrase…
    je partage le post…

  5. Ma toute belle, je découvre ton billet et ton appel à l’aide depuis ma familiale Bretagne du sud. Depuis une semaine je suis dans le stress et l’émotion : il s’agit d’accompagner ma petite mère dans son adaptation à une nouvelle étape, celle de la vie en établissement hospitalier pour personnes dépendantes. Le plus dur est fait mais nous restons sur le pont encore une semaine.
    Je reviens vers toi dès que les choses seront stabilisées et durablement sécurisées. Et je titille mon « réseau » très vite !

    Des baisers et d’affectueuses pensées.

Laisser un commentaire