Loulou et Tricolore pâle

Cet été, j’avais constaté un certain rapprochement amical entre Loulou, frère de Jean-Gérard, les plus belles vibrisses d’oreilles de l’univers sur l’île, un vieux (grognard) de la vieille (garde), originaire de Poseidonia, et Tricolore Pâle, une belle chatte locale, qui reste farouche malgré mes manoeuvres régulières de séduction, mais toujours là, pas loin, calme et gentille. Un beau couple. Et depuis que j’ai (re)commencé à mettre sur la table une bonne couverture épaisse pour la nuit (because les nuits se font très fraîches, et c’est toujours ça de chats qui ne dorment pas SUR moi), ils dorment ensemble, toutes les nuits. Vraiment ensemble. Je n’ai jamais dormi autant ensemble avec quelqu’un que ces deux chats.

Inutile de dire que j’adore mon Loulou. C’est mon Loulou d’amour….

Loulou

P1080375

P1090274

P1340492

P1340581

Tricolore Pâle

P1090367

P1090377

P1080945

Les prolègomènes – en plein jour ! Enfin, tels que je les ai trouvés un matin avant le lever du soleil sur la petite falaise

P1070031

P1070029

P1070028

Et depuis, chaque soir sur la table… (les photos ne sont pas terribles, c’est pris pratiquement de nuit et je n’utilise presque jamais le flash, je déteste la lumière que ça donne. Je préfère le flou à la violence des lumen)

P1090297 P1090302P1090304

P1090305

P1090308 P1090313 P1090316

P1090321

P1090318 P1090328 P1090332

Ils sont trop chous, non, appuyés sur mon dico de grec… ? Allez, encore…

P1090130

P1090131

Cela semble si confortable… Et puis le plus souvent, il y a les copains, comme Monostou mon nonosse tout mou

P1090122

Avec Gudrun et Zule

P1090129

Alitheia en écrase, Loulou et Tricolore entre deux léchouillages affectueux (et attention ! Qui ne se terminent jamais par des coups de pattes !)

P1090168

P1090125

Trop jolis, mes poussins…

P1090120

Bon, rien à voir, mais là c’est Loulou avec mon cher Vincent quelques temps avant la mort de ce dernier. Il me manque beaucoup, et me manque aussi les chouettes moments avec ces deux pépères…

P1050961 P1050964

 

Voilà !

P1050383

 

22 thoughts on “Loulou et Tricolore pâle

  1. Les miens aussi dorment sur mon dico ; ça ralentit nettement le rendement ! (Je suis en train de lire Offshore, le dernier Markaris)

    • et si c’est pas sur le dico, c’est sur le cahier, à choix avec le clavier ;-). sans compter les ceusses qui se frottent amicalement au stylo ou qui ne peuvent plus survivre sans être dans nos bras. oui oui oui. ce sont les chats ;-)

  2. Loulou me fait penser à un lynx (dont il n’a pas vraiment les bouts d’oreille)

    Si ce n’est pas de l’amour entre lui et la petite tricolore;..ça y ressemble.

    • ah moi j’admire ses looongs poils dans les oreilles ! c’est un couple formé sur le tard, cette année en fait.
      c’est marrant, il y a des couples ou même des groupes qui se forment, inséparables, et puis tout d’un coup, hop, fini, ils en forment d’autres. un peu comme les routines : toujours la même, pendant des mois voire des années, et tout d’un coup c’est fini. et on se sent tout bête d’avoir le sentiment que ça manque.

  3. Salut Sa Majesté !

    Pas besoin de mail cette fois pour m’alerter, je suis passé voir s’il y avait du nouveau et paf je trouve un billet saturé d’amour et de câlins félins !

    Rrrrrrrrrrr… j’en ronronne de plaisir.

    ;-)

    • salut mon (autre) zule !! d’autres vont viendre, il fallait que je dépasse l’angoisse de l’écran blanc – car quant aux photos, j’ai de quoi tenir un siège !

    • ouais, je suis d’accord, classieux c’est le mot. mais Tricolore Pâle cette nuit, comme pour me faire mentir, a préféré dormir dehors cette nuit… mais faut dire, nos nuits ces temps sont sublimes !

  4. Comme ils sont beaux ! Merci pour ces photos d’amour entre chats. Ils sont magnifiques et tellement expressifs.
    Les chats grecques sont si … je ne trouve pas le mot mais je l’ai déjà dit de toutes façons.
    Mon Athina monitis va bien. Télépathe ( comme sa maîtresse, je suis communicante animalière ), elle se retourne en ronronnant au moment où j’écris son nom.
    Des nouvelles du tout petit noir et blanc ?

    • le petit noir et blanc (fils/fille de l’ « écaille de tortue ») et le petit noir (fils/fille de la noire et blanche) tournent par là autour, ils semblent en bon état, même si je n’aime pas beaucoup les yeux un peu larmoyants du petit noir. mais bon, tant qu’il ne me demande pas de soin, ça veut dire que ça va pas trop mal… par contre une surprise, que je présenterai un de ces prochains billets de blog.

  5. miaou miaou depuis Iriomotejima où à la pension il n’y a qu’un vieux grognon de faux siamois, qu’il m’est impossible d’approcher malgré mes tentatives répétées, c’est mon quatrième séjour ici…
    c’est la première, toute première que je ne peux caresser un chat de maison, même ceux que l’on dit inaprochables…tant pis pour lui…

    bon allez madame, je vous quitte, pour aller saluer la mer de Chine avant le petit déjeuner

    et je prie le Dieu des chats pour pouvoir apercevoir le Yamaneko ( chat sauvage d’Iriomote ) quand je vais aller un de ces soirs avec un guide dans la jungle…
    miaou miaou !

  6. Avez-vous trouvé un nom pour le petit noir et blanc ?
    Parce que j’avais pensé sinon que vous pourriez lui donner le nom de mon petit garçon chat ; Epidaure ! Cela ferait vivre son nom au moins !
    Je suis sûr qu’il lui porterait bonheur.

    • c’est marrant, ça m’a tenue réveillée cette nuit, la quête des noms… en fait, j’ai l’impression d’être un peu épuisée là-dessus. quand j’avais moins de chats, non seulement ils étaient tous nommés, mais en plus ils avaient des surnoms, des « autour » du nom (un peu comme « monostou mon nonosse tout mou »). mais là, j’ai pas l’inspiration. le petit noir et blanc, certes je peux l’appeler épidaure, mais comme je ne peux même pas le regarder dans les yeux à 5 mètres tellement il est sauvage, je l’appellerai rarement avec ce beau nom. par contre, beaucoup plus près de moi et plus « urgent », bien des chats que je peux toucher, caresser, soigner – mais je bloque !

  7. Epidaure pour un chat plus que gentil, même d’une autre couleur ! En souvenir de l’amour de ma vie !
    Après avoir posté hier, j’ai pensé que plus que Athina monitis, c’est Sylvie monitis … Epidaure et Isabelle me manquent tellement. Mais je suis contente que ce soit ( enfin ) le tour de Athina, qui assume avec fierté son rôle de chouchoute. Mes chats grecques ont été l’un des plus merveilleux cadeau de ma vie !

    • oui, on a des chats-de-la-vie, on sait pas par quelle alchimie c’est là, on semble aux autres un peu zinzin, mais on sait que c’est l’amour – improbable et pourtant. et ensuite on le recherche à travers tous les chats qui suivent. et ça revient plus ou moins. mais pas tout à fait la même chose. ma chatte de ma vie, c’était anaïs petitute – heureusement, on a pu vivre ensemble 18 ans. mais j’aurais fait n’importe quoi pour la garder, je passais des nuits à imaginer un clonage, un miracle, la garder dans la glace et la réveiller dans 10 ans quand il y aurait des soins possibles. le délire. et le chagrin tellement monstrueux qu’objectivement, je ne m’en suis pas encore remise, je crois.

  8. A propos de « chats sauvages », une anecdote : sur France inter il y avait l’autre matin une émission sur le bonheur à laquelle participait un certain… Jean-Louis Fournier, expert en bonheur puisqu’il a eu 2 enfants handicapés mentaux décédés tous les deux précocement et qu’il a perdu sa femme quelques années plus tard. Lui est un très bon ami du regretté Desproges et il pratique toujours une réjouissante résilience à vivre.
    Fournier dit : « Le bonheur c’est quoi ? Et bien moi voyez-vous j’adore les chats. A la maison j’ai une adorable minette. Dès que je l’appelle elle fiche le camp ! Voilà, c’est ça le bonheur !
    ;-)

    • ce que je comprends dans cette réflexion, tu me diras si tu y vois la même chose : si je fais de l’égocentrisme, je dirais que le bonheur, c’est de voir des êtres vivants heureux autour de moi. mais ça ne signifie absolument pas, et jamais, une sorte de renvoi d’ascenseur de leur part, de reconnaissance du ventre, d’affection donnant donnant. quand gudule, en bonne santé, joueuse, sans souci, me fuit ventre à terre parce que, pour une obscure raison, elle pense que je veux lui écraser la tête et utiliser ses os comme cure-dents, je m’en fous, ça me réjouit même, ça veut dire qu’elle vit !

  9. Ce que j’appelle  » faire le grand coquin !  » Mon Epidaure le faisait parfois lorsqu’il était au jardin. Je l’appelais et il faisait comme si soudain, la chose la plus importante du monde se passait dans les buissons. C’était notre rituel. Après que lui ait dit une bonne dizaine de fois qu’il faisait le grand coquin, je rentrais dans la maison. Deux ou trous secondes après Epidaure me rejoignais en courant et en miaulant et nous passions les dix minutes suivantes en mode câlin inconditionnel !
    J’aimais bien respecter qu’il fasse un peu le grand coquin ( qu’il fasse un peu autre chose que  » nous  » ), ça ne durait jamais bien longtemps et ce n’était que pour mieux nous retrouver l’instant d’après.
    Il est vrai qu’il est si bon de les sentir aussi tellement chats …

    • « si je fais de l’égocentrisme, je dirais que le bonheur, c’est de voir des êtres vivants heureux autour de moi ».

      ************
      Et ben tu vois à un autre moment de l’émission Fournier a dit qu’il se sent très mal lorsqu’il est seul, comme s’il ne savait plus très bien qui il était, et c’est lorsqu’il est en compagnie d’autres gens qu’il se sent bien parce qu’il se retrouve dans le regard des autres. Ça rejoint ce que tu dis je trouve. Mais je ne pense pas que ce soit égocentrique, bien au contraire, définir le bonheur en se référant aux autres, tu te rends compte !

      • mais je me sens très bien quand je suis seule – vraiment seule je veux dire (et tu imagines pas combien… ça me manque !). je n’ai pas besoin de la présence des autres pour savoir ce que je suis. je voulais juste dire que je trouve l’air plus léger lorsque tous mes efforts pour faire vivre libres et sécures ces chats aboutissent à contempler à l’arrache (si je pouvais disparaître, être transparente, ce serait parfait) une bande de joyeux pépères et mémères jouissant de la vie et souriants – ah le sourire du chat content qui vit sa vie…
        même si cette vie heureuse est totalement illusoire et fallacieuse (l’idée de ce que deviendront mes chats à ma mort est une des rares choses qui me tienne éveillée la nuit)
        en fait, c’est toujours ça de pris sur l’ennemi ;-))))))))))

Laisser un commentaire