Pool-Pot et divers

Parce que je n’ai pratiquement que de tristes nouvelles à raconter concernant les chats, je vais plutôt commencer par Pool-Pot (poule « pôôôôôôt-potpotpotpotpot ») qui, à sa manière, m’aide dans mon quotidien fauchedu.

P1140427

Cela faisait un moment qu’elle rôdait par ici, parfois avec une copine aussi déplumée qu’elle (disparue du coin depuis), à m’exploser le compost, se rouler dans la poussière et caquer n’importe où.

Explorant le compost à grands coups de bec rageurs

P1150316

Petit bain de poussière sous le pittosporum : en plein vent, elle en met partout

P1150195

Le reste du poulailler du voisin au Ktima Kanne va et vient dans le champ du bas, et par les journées de très forte canicule (si j’en crois la radio, bienvenus chez vous au club des amiEs des ventilateurs !), le coq emmène tout son beau monde sous le caroubier du haut

P1140418 P1150261

Mais avoir une vieille poule acariâtre faisant partie d’une sorte de rêve familial et générationnel, j’ai fini par adopter celle qui décidément restait par ici, en lui donnant à manger et à boire. J’ai testé et je teste un peu tout, et jusqu’à présent, les seules choses qui semblent la faire craquer (sinon, je suppose qu’elle trouve à manger par elle-même par là autour), ce sont les abricots blets et les tomates.

Au premier plan, le restau de Tagada et Lipopette (qui ont élu domicile sur le toit), plus loin, le plateau-repas de Pool-Pot, et au fond le compost :

P1150496

Le plateau-repas d’aujourd’hui de Pool-Pot : une figue, deux abricots, une tomate, une patate, des flocons d’avoine

P1150497

Tout en lui préparant son plat quotidien de choses diverses à manger, je l’engueulais un peu : « Dis, Pool-Pot, les oeufs en échange du gîte et du couvert ? Non ? », et elle me répondant : « pôôôôôôt-potpotpotpotpot » – dialogue de sourds. Chose tout de même marrante : entre les chats et la poule, pas de crainte ni d’un côté ni de l’autre, même si, contrairement à l’ensemble des chats qui laissent Lipopette manger en premier dans l’écuelle de pâtée-croquettes, Pool-Pot la bouscule – ah oui, ça aussi, elle raffole de la bouffe des chats !

L’autre jour, je cherchais Louis-Claude (malheureusement, cela fait partie des très mauvaises nouvelles. Plus tard sur la page), je sors, cherche un peu autour, et soudain soudainement…

Mon premier coup d’oeil :

P1150392

Je zoome mentalement, vers cette zone à droite, un fouillis où poussent des géraniums et des jasmins : quelque chose me « gêne » l’oeil… (trouvez ce qui me gênait l’oeil)

P1150393

Et je fais TIIIIILT : des oeufs, et pas un ou deux, mais plein d’oeufs !

P1150391-001

Bien bien bien ! Inutile de dire que j’ai fondu d’émotion, de reconnaissance, de honte de l’avoir pareillement houspillée, et grand remue-ménage sur FB et ailleurs, pleins d’amiEs qui justement ont eu des poules, et qui répondent à mes questions affolées, et surtout celle-ci : que faire avec tous ces oeufs ? Question fraîcheur (comment savoir s’ils sont frais ou non : il y en avait 17, tout de même, donc 17 jours, celui qui manque était collé à la coquille qu’on voit cassée, et m’a pété dans la main : il était tout beau, bien gros, bien jaune, pas pourri), question végane (oui aux oeufs non fécondés pondus dans la joie et la bonne humeur, mais comment savoir s’ils sont fécondés ? Je ne m’imaginais pas cuire mollet un poussin), question très intéressée de comment faire pour qu’elle continue (j’aménage un peu le nid en lui proposant à côté des herbettes, du foin ? Je touche les oeufs ? Je ne touche à rien ? ). Quelqu’une me dit au passage que c’est une « cou nu », super résistante à la chaleur (vu l’aération) et très bonne pondeuse !

Après avoir décidé de ne rien faire (je suis une adepte absolue (même si je ne respecte pas toujours ces deux dictons) du : « Dans le doute, abstiens-toi », et « Primum non nocere »), j’ai quand même un peu craqué, j’en ai pris deux comme une voleuse, je les ai mirés à la lampe de poche, plongés dans l’eau, légèrement secoués en guettant un « floc-floc » éventuel, et bref, après leur avoir fait passer tous les tests recommandés par mes amiEs des poules, je les ai mis à l’eau froide, cuit 4′ dans l’eau une fois bouillante (merci pour la recette Toinou), et je n’ai pas été déçue du résultat !

P1150402 P1150404

Et pas petits, les oeufs !

P1150430

Ne crions pas victoire trop tôt, cela fait fait 2 jours qu’elle ne pond plus. Mais elle a vraiment élu domicile dans ce petit coin pas spécialement confortable (par contre très bien cachée : ça faisait au minimum 17 jours qu’elle y vivait une partie de la journée, et je ne l’avais pas remarquée !), et le plus souvent, je devine son oeil féroce me guetter, et je n’ai aucun mal à accepter son cousinage avec le T.rex !!!

P1150426

P1150433

 

Mais tout de même, alertée par les multiples recommandations et avertissements des amiEs concernant la fraîcheur, j’ai cherché sur Internet quelques informations… Alors, oui, devant le risque évident de salmonellose, ici, dans ma situation, non merci. J’ai donc décidé, après mon prélèvement gourmand et sans problème de digestion, de laisser les oeufs sur place en les marquant avec un tout petit point au marqueur, et quand elle vadrouille ailleurs, je passe au nid voir si elle m’a laissé un bel oeuf tout neuf.

Anecdote : en fait, il y en a de moins en moins, on en est à 7 aujourd’hui, les autres sont cassés. C’était un petit mystère qui s’est éclaircit hier, car je ne pouvais pas imaginer qu’après avoir pondu et dormi sur 17 oeufs, Pool-Pot se mette à devenir malhabile. Mais hier, je vois un des chats harets juste sur le nid piétiner en vitesse les oeufs, en casser un et le lapper !

Les mauvaises nouvelles…

Ci-dessous, la dernière photo de Bouzouki Fou bien assis sur l’écuelle. Il avait un vilain abcès qui lui gonflait la joue, et semblait en souffrir beaucoup. Je l’ai amené chez le véto qui lui a enlevé 6 dents. Mais décidément, enlever des dents à un chat en mauvais état général (il était très maigre, et ne mangeait pas grand-chose) est une très mauvaise option, même si c’est la seule. Aux échecs, on appelle ça être en zugzwang : le coup est obligatoire mais forcément calamiteux. Bref, le jour même de son retour de la clinique, il est parti en courant, et je ne l’ai plus revu. C’était il y a une quinzaine de jours. No Hope.

P1150022

Mon joli pépère si foufou, marrant. Il avait le coup pour grimper sur moi, léger comme une plume, et se lover sur mes épaules. Et il était très agréable de dormir avec lui, il ronronnait doucement sous la main, et ne bougeait pas de la nuit. Et puis il était drôle, curieux, ami de tout le monde. Bouzouki Fou, unique petite planète à ce nom.

P1140874

Autre sale nouvelle, dans la même semaine : la disparition de Louis-Claude. Comme il ne venait que la nuit, j’ai eu du mal à réaliser qu’il avait disparu. Mais pas de doute, il n’y est plus. Je pense qu’il a rejoint sa marraine Byzonne… Férose avait disparu depuis longtemps, et revoir cette série de photos d’une merveilleuse fin de journée d’octobre l’an passé est un vrai crève-coeur, tant de chats ont disparu, sont morts (Timothée, le tigré, est toujours là par contre). Férose avait les yeux orange, Louis-Claude, c’était le rose aux yeux jaunes

P1090552 P1090498

P1090503

Je regarde pas mal de mes chats avec appréhension : je pense que le cancer du museau de Julie, soigné par cryothérapie il y a un an, est allé se balader ailleurs, si j’en crois son amaigrissement malgré un bon appétit, et son apathie triste. Jean-Gérard est également bien silencieux, bien immobile et bien maigre. Bizule est aussi bien maigre – mais là, j’ai l’espoir que c’est comme l’an passé, quand je pensais chaque jour que c’était le dernier jour pour Teddy et elle (Teddy par contre est florissant et toujours aussi vorace). Fifi a eu une otite extrêmement grave, avec un très mauvais pronostic, la seule solution étant une opération très lourde pour enlever tout le conduit auditif, avec convalescente très longue, et surtout très douloureuse. Je n’ai pas envie de tenter le diable, qui est déjà suffisamment en train de rôder par là. Donc je lui mets des gouttes et le maintiens sous antibiotiques. Et je croise les doigts.

Mais la vie ne s’arrête pas, c’est beau. Ici, quelques photos de la rouquine avec sa petite famille, ses 3 chatons à elle, et beaucoup plus jeunes, 2 petits gris abandonnés par un jour de pluie, et que je l’avais convaincue d’adopter. La seule mauvaise nouvelle, c’est qu’il me semble que ça nous fait 4 femelles à faire stériliser (+ la mère), dont 2 totalement sauvages (les petites biologiques de cette rouquine – au fond, le petit rouquin est un mâle)

P1150441

P1150436 P1150438

Cette poussine là devient de plus en plus belle, avec de très jolis dessins roux dans ses poils gris: comme je les ai, avec sa soeur, beaucoup soignées au moment de leur imprégnation, je n’ai aucun mal maintenant à les manipuler. Tout le monde était malade, donc soins particuliers pour ces deux, sinon deux bonnes grosses seringues d’Augmentin dans la pâtée deux fois par jour. Et tout est rentré dans l’ordre.

P1150465 P1150491

Fotia

P1150471

P’tit Loustic

P1150458

Chachachaleur

P1150459

Parfois, je donne à manger à Tagada et Lipopette sur le toit plastique ondulé (histoire de leur épargner la voracité de Pool-Pot)

P1150460

Joli-Coeur

P1150425

Pour finir, quelques insectes et arthropodes, sans cela, ce ne serait pas vraiment un été aux Chats de Syros, n’est-ce pas ?

J’ai réalisé en agrandissant cette photo que cette goutte sous la goutte n’en était pas une, mais une mue d’araignée accrochée par un fil

P1140484

Une Argyrodes argyrodes, très jolie et minuscule araignée couleur argent brillant, connue pour être parasite des argiopes lobées, mais aussi, ai-je découvert récemment, des épeires anguleuses

P1150417

P1150219

Une épeire anguleuse s’en mettant plein la boîte à ragoût d’une pauvre cigale (je suis a priori solidaire des cigales)

P1140998

Trouvé se baladant tranquillou dans la maison (des fois, je me demande pourquoi je ne vis pas pieds nus, et je me réponds toujours Mesobuthus gibbosus)

P1150419

Et pour finir, je suppose une féroce bouffeuse d’araignées justement, mais j’ai eu la flemme de chercher son petit nom.

P1140518

Voilà. J’espère que votre mois d’août est serein et gai. Merci pour les dons, qui continuent à me permettre de vivre cette histoire de Chats de Syros, dons bienvenus qu’ils soient petits ou grands, dons je dirais même vitaux, et pour lesquels je ne sais vous remercier autrement qu’en posant ces posts de blog un peu décousus mais pleins d’une réalité que j’essaie de partager en signe d’infinie reconnaissance.

 

10 thoughts on “Pool-Pot et divers

    • oui. j’espère qu’ils se marrent en nous regardant nous agiter. c’est affreux de réaliser que dans le fond on n’a pas vu un chat depuis… et on commence à compter les jours. mais là ça fait beaucoup trop. même s’il venait que la nuit, il venait, je le savais toujours parce qu’il s’annonçait en miaulant très fort, genre « ça y est, je suis là, j’ai faim et soif, oh la, aubergiste, réconforte-moi ! » c’est la cata, ces chats roses mâles, ils disparaissent tous, les uns après les autres. le seul dont je suis sûre qu’il est mort, puisque je l’ai retrouvé sous le caroubier, c’est en quelque sorte le premier rose, qui était très angora, en plus d’être rose. et ça fait des vies bien courtes. toujours des chats très tranquilles, pas du tout territoriaux. j’ai toujours un peu l’espoir que c’est justement à cause de ça qu’ils partent, mais plus un signe de vie ? même pas une petite visite en vitesse ?

  1. Normalement, les poules à cou nu sont blanches… La grand-mère de la tienne à du fauter avec un coq venu d’ailleurs. Ou alors elle est naine ? Mais vu la taille des oeufs, ça m’étonnerait.

    Elles sont plutôt rustiques, résistantes aux maladies et à la chaleur, elle a bon caractère, ai-je lu, et s’apprivoise très bien… D’ici à ce qu’elle dorme sur ton lit … ;-)

    La bise à Poupoule… ! (et à la fermière)

    • ben oui, tu es la 2ème personne à me dire que les cous nus sont pas noires. bon, ben c’est peut-être une adaptation locale ? en tout cas, elle a un côté counu, vu la grosseur des oeufs et son comportement dans la chaleur. et non, c’est une grosse grande poule, pas naine du tout. encore loin de l’avoir dans mon lit, elle se méfie, me regarde avec son oeil de saurien et gare ses distances. note, sur mon lit, tous mes petits mâles et la poule, je me verrais assez bien : reine des chats et reine de pool-pot. la bise en retour, ma gavroche, et la même au randalounet.

  2. quel bonheur.. une poule qui donne en échange de nourriture… une poule pond environ un oeuf tous les deux jours… et puis les cous nus (pas très jolies) sont généralement rousses et blanches.. j’ai une « copine », là où je passe mes vacances, qui me reconnait même après quatre mois de séparation.. elle court lorsque je l’appelle et mange dans ma main… je l’ai surnommée Juju, (juliette) son facile à reconnaitre..
    le don part à l’instant… Ici grosse chaleur qui me met de mauvaise humeur.. mais bien moins chaud que chez vous.. courage et soignez bien votre pondeuse, elle vous le rend bien…. bises de votre amie..A-M

    • ma chère anne-marie ! merci infiniment pour votre don, qui est bien arrivé… et bien venu ;-)
      ma pool-pot est encore très loin de me faire confiance comme le fait votre juju ! elle me regarde d’un sale oeil, et s’arrange toujours pour avoir une distance de sécurité d’au moins 2 mètres !!! bon, je lui parle en poussant des petits cris qui ME semblent sympathiques, et hier pool-pot a semblé y répondre.
      ah oui, ça fout de mauvais poil la canicule. alors qu’avec le froid, même si on est sur la défensive physiquement parlant, on sait toujours comment se comporter (en gros, se maintenir au chaud), on sait pas vraiment quoi faire contre la canicule. par contre, la nuit dehors, c’est divin ! surtout maintenant avec la lune, je me promène avec la chienne et plein de chats faisant les fous dans les champs du haut, j’y vais en slip et soutiengorge, je danse, je chante, j’appelle les chats, je regarde les étoiles, et à moitié à poil et sans avoir froid, à se balader librement comme ça, il y a quelque chose de grisant, et de primitif à agir ainsi. je vous embrasse très tendrement, anne-marie, et encore merci.

  3. Des pensées pour Bouzouki Fou. J’espère que Louis-Claude refera une apparition.
    Super jolie la petite poussine.
    Quant aux oeufs, j’imagine qu’ils sont les bienvenus, à condition de les marquer comme tu le fais, pour savoir avec certitude quels sont les nouveaux.
    Bon courage à toi

    • merci misty ! en plus j’ai oublié de dire qu’il n’est pas impossible (j’attends les résultats aujourd’hui ou lundi) que bizounours 2 taches, le très très beau chat qui fait le bandeau du blog, le seul fils survivant de ma merveilleuse léa, ait un cancer à la mâchoire. très grosse boule sous la mâchoire inférieure, là où il y a le ganglion, dure comme une pierre, et qui a grossi soudainement ces derniers temps. même topo que mon zozéfine amour, dont la tumeur était dans le cou. ces cancers sont bien atroces : les chats sont en pleine forme, mais soudain ce truc qui grossit et il faut prendre des décisions qu’on ne voudrait jamais prendre.

    • Ben ici on a passé une nuit torride, c’est pas descendu en dessous de 24 et à cette heure il fait déjà 34, on devrait approcher les 40 cet aprèm, et bien sûr le seul jour où je bosse l’aprèm.

Laisser un commentaire