Miquette Joyeuse

Il y a un an et demi, un peu au-delà de la palette aux apéros sur la petite falaise, naissaient quatre minettes presque identiques, les Miquette Sisters. Rien d’ « intéressant » dans leur apparence, de banales chattes tigrées avec de petites mouchetures rousses, bien que chacune ait (eu) une petite particularité : l’une le museau clairement partagé entre tigré d’un côté et roux de l’autre (Miquette en deux), l’autre avec un bout de la queue roux tigré (Miquette Joyeuse), une petite restée vraiment petite (Miquette Petite) et la dernière (Aimable Miquette) aux bouts des pattes blancs.

Je n’avais même pas vraiment photographié la Miquette Joyeuse, elle plus particulièrement. Elle fait partie de photos de groupe, mais rien en elle, physiquement, ne me poussait à pousser le bouton du Lumix. A tel point, et j’en suis vraiment honteuse, que j’ai dû photographier Aimable Miquette (au 1er plan) pour donner une image de cette… banalité. Quelle horreur !

P1260300

Hier, dans la salle de bains, j’ai trouvé ma Miquette Joyeuse en très mauvais état, enflée sous le cou, très déshydratée, avec une nette anisocorie (taille des pupilles différentes), accroupie au-dessus du trou de la douche, et miaulant de douleur. Ces chattes sont tellement passe-partout et interchangeables que je n’arrivais plus à me rappeler si je l’avais vue, elle, les jours avant, même s’il me semblait bien que je ne l’avais pas vue la veille à la distribution matinale de croquettes aux chats de dehors, dont elle était fervente participante (bien que chatte de dedans) pour une activité qui semblait la mettre vraiment en joie (d’où son nom) : au fur et à mesure que je trouve des escargots et des limaces, je les ramasse et les lance très loin (j’ai toujours un gant en latex à la main droite le matin pour essayer d’éviter les crevasses, du coup je peux exercer facilement et proprement le lancer de gastéropodes) – et c’est là que Miquette Joyeuse révélait son côté joyeux : elle faisait le chien de chasse, poussait des petits cris « oui oui vas-y lance lance », et elle suivait avec une incroyable vélocité les bestiaux collants sidérés par leur premier vol spatial. Ensuite, elle plongeait dans les herbages, à la recherche de sa proie, et revenait en courant vers moi voir s’il y avait d’autres décollages. Evidemment, je l’attendais pour lancer d’autres escargots. C’était notre jeu.

J’ai amené ma chatte de toute urgence chez Irène, qui l’a mise sous sédation pour l’examiner, et qui l’a gardée. Téléphone ce matin : ma Miquette Joyeuse est morte en fait peu après mon départ (pas vraiment de diagnostic : pour l’humain, quand les toubibs ne savent pas, ils sortent la fibromyalgie, pour les chats, en particulier en Grèce, c’est empoisonnement – j’y crois moyennement). Je pense que je ne m’habituerai jamais, jamais jamais, à la mort de mes bestiaux. Contrairement à vous, amies et amis du blog et du refuge, en majorité des fans de chats, mais de peu de chats, quand on a beaucoup de chats, depuis très longtemps, et qu’on a vécu avec des centaines de poilus miauleurs, approfondir une relation humain-félin est pratiquement impossible depuis ma situation : je pare au nécessaire, avec amour, mais je n’ai pas le temps d’individualiser chaque relation. Chaque chat est unique, mais je ne peux pas développer cela dans mon quotidien. Seuls « surnagent » ceux qui ont un petit quelque chose qui fait que je les remarque (les têtes qui dépassent) : Monostou par son amabilité incroyable, Lauranne parce qu’il me salue en restant sur ses 2 pattes arrière, Le Gremlin et Mélissa parce que dès qu’ils me voient (ne serait-ce qu’un lacet de basket), ils miaulent en poussant de petits cris (jusqu’à me rendre assez zinzin, j’avoue), etc. Miquette Joyeuse, c’était sa course effrénée et joyeuse après les gastéropodes, parce qu’elle arrivait à me mettre de bonne humeur même avec mal au dos les jours gris et venteux. Ce qui rend les chats qui « sortent du lot » vraiment très précieux, c’est qu’avec eux je vérifie en somme le fait que quelque chose se passe, de l’ordre de l’affection et de la reconnaissance, et qui n’est pas pure illusion (même si tout est illusion).

Mais la mort des chats, même les plus anonymes, les plus discrets, les plus sauvages, ça reste chaque fois terriblement triste. Parce que ce sont des vies écourtées, tronquées, et Miquette Joyeuse était heureuse de vivre, s’amusait beaucoup et jouissait pleinement de son temps, qui aurait pu durer tellement plus longtemps, merde alors. Et je le vis très mal, je trouve totalement INJUSTE (« même si elle a eu la chance de me rencontrer »), et je suis très furieuse contre Artémis et tous ces autres dieux qui président à l’existence des bêtes qu’on aime.

Comme je recommence à avoir pas mal mal au dos…

(petit rappel ci-dessous :)

789 1 - Copie

… inutile de dire que je les compte très soigneusement chaque jour…

P1260283

P1260297

Fotia, qui, comme tous les chats aujourd’hui, est dehors au soleil enfin revenu – et c’est pas du luxe, vu ce que la météo nous fait subir cet hiver !

P1260286

Et quelques plantules de janvier, qui sont autant de signes bienvenus qu’un jour je mettrai moins d’1/4 d’heure pour m’habiller/déshabiller, vu le nombre de strates…

P1260274

P1260273

P1260271

P1260269

Voilà, j’avais juste envie de parler de Miquette Joyeuse…

 

P.S. : je suis allée récupérer ma bête aujourd’hui. Selon Irène, il s’agit d’un empoisonnement par morsure de scolopendra cingulata. J’ai beaucoup beaucoup de mal à y croire, j’avoue. Mais si c’est exact, alors ça fait un peu peur, voire beaucoup : les scolopendres, c’est vraiment pas une rareté. Une des rares bêtes que je tue sans hésiter, et même avec un certain plaisir…

11 thoughts on “Miquette Joyeuse

  1. Je compatis à ta tristesse et à tes douleurs (raison pour laquelle je ne ferai pas de signalement à la ligue de protection des gastéropodes).
    Bon courage et bises ma Cigalinette.

    • ouf ouf ;-)
      les limaces locales (toutes tailles, toutes couleurs, sauf les brunes forestières) se frottent le pied gluant !

  2. Quel joli nom… Peut-être savait-elle que ça ne durerait pas très longtemps et elle en profitait au maximum !?

    Je t’embrasse fort…

    • je sais pas. j’ai fini par me demander si les chats ont autre chose que le présent comme temps verbal. ce qui leur enlève toute possibilité d’espérance, mais leur permet de jouir vraiment, sans crainte, des instants de bonheur.
      je t’embrasse aussi lili.

  3. …’ Jour Zozéfine…
    Ben moi qui serais plutôt « chiens » par la force des choses (je dois en être à mon 15ème ou 16ème, tous adoptés, sauf un cocker, « Uno ») je comprends d’autant plus parfaitement ta peine que chacun d’entre eux a été unique ! et donc irremplaçable. Je pense à « Belle », une femelle de Chow-chow dont j’ai hérité.. avec un appartement qu’on m’avait prêté sous les remparts de Boersch, pas loin d’Obernai, en Alsace, et dont la propriétaire venait de décéder. Elle a « sympathisé » avec Uno et a retrouvé un semblent de sociabilité jusqu’à m’accueillir avec lui quand je rentrais du boulot, le soir alors que, depuis le départ de sa maîtresse, elle errait dans le village, nourrie à droite et à gauche par des gens qui avaient connu sa patronne. Je me suis laissé dire – mais était-ce vrai ? – qu’elle passait la majeure partie de sa journée au cimetière, couchée sur la dalle funéraire de celle qu’elle avait et qui l’avait aimée…
    Las, elle était très vieille et j’ai dû me résoudre à la faire euthanasier devant sa (ses) souffrances : ma douleur reste toujours la même, même quand ce n’était pas à proprement parler « mon » chien.
    J’ai eu aussi quelques chat(te)s, mais comme j’ai toujours été un grand voyageur, les élever et les conserver auprès de moi posait souvent des problèmes insolubles…
    Enfin, il m’arrive de penser que si je ne suis pas digne du Paradis des humains, on me fera quand même une petite place dans celui des chiens… et ça m’ira très bien !
    Amitiés !
    alain-marc, alias T.O.

    • salut alain-marc ! alors on se retrouvera c’est sûr papattes en rond dans les paniers bercés confortablement par les nuages célestes.

  4. alors j’attendrai d’être seule devant mon écran parce que des dizaines de chats essayant d’y choper les piafs, m’est avis que ce serait moins drôle qu’un peu désastreux !

Laisser un commentaire