Printemps 2017

Il aurait pu pleuvoir un peu plus (c’est à peine mieux que l’an passé, 300mm d’eau au lieu de 228mm) (entre 100mm et 250mm, c’est ce qui tombe dans les zones présahariennes), le vent du nord pourrait être un peu moins glacé (mais bon, il faut comprendre, ce n’est pas le même que le vôtre, ici il vient directement de l’est/nord-est), Touinet est mort cette nuit (pas envie d’en parler), on dirait que le cancer du museau de Julie est reparti, le fils du BBBgris est un peu trop baveur à mon goût, mais ce nonobstant, c’est le printemps.

Et puis j’ai surmonté ma phobie de la paperasse, étant donné qu’il y allait de ma survie, et j’ai envoyé mon dossier pour recevoir avec une anticipation de 2 ans (= -14%) ma retraite, ce qu’en Suisse on nomme l’AVS. Si tout va bien, à partir d’octobre je vivrai un peu moins dans les angoisses. Aucune idée du montant de ce pécule mensuel, mais ajouté aux dons (ir)réguliers et aux parrainages, je vais peut-être enfin pouvoir payer mon assurance bagnole, faire quelques examens de santé, et même (peut-être peut-être, soyons fous) payer mon garde-chats et prendre quelques jours de « vacances » (et « vacances » pour moi, c’est très très simple : quelques jours autre chose, autrement et ailleurs !).

Le printemps, il est dans le pollen des pins et des lentisques qui jaunit l’air, les fleurs qui illuminent et persèment l’herbe bien verte, et un sentiment partagé de soulagement intense et bienheureux. D’ailleurs, les chats ne sont pas en reste, et je recommence à dormir (presque) seule (Mes Lusines me fait une cour dévorante chaque nuit, et Gudule, bien qu’encore fâchée de sa récente stérilisation, ne boude pas le repos dans le creux de mes genoux).

Quelques photos !

Dans le champ du bas, hier, ça commence par des coups de langue et ça finit par des tas de coups…

P1120528 P1120529 P1120530 P1120531

Trouvez le chat !

P1120533 P1120536 P1120547 P1120551 P1120553 P1120554P1120587

Bon, il y en a plus du P’tit Loustic, parce que tout spastique qu’il est, il s’éclate littéralement dans les herbes, il s’amuse comme un fou, avec enthousiasme, et ça se voit. Et il me fait beaucoup beaucoup rire. J’aime tous mes chats, avec des petites préférences pour les unEs ou les autres, mais P’tit Loustic, c’est très spécial, lui me fait vraiment rire aux éclats ! Et hier il était déchaîné. En plus, les chats adorent qu’on se balade avec eux (avec les beaux jours, j’ai repris ma tournée des champs au-dessus de la maison au crépuscule-presque nuit, quelle foule autour de moi ! Mais que je lâche au fur et à mesure que je rentre à la maison, beaucoup restent sur place, à chasser j’imagine) donc c’était l’enthousiasme général. Sans compter Alitheia qui s’amuse elle aussi, pointe, fouine, fourrage et court.

P1120700

Thimotée et Paoulette se foutent pas mal de peignées aussi, et comme ce sont deux jeunes mecs pas castrés, cela n’ira pas en s’arrangeant. C’est malheureux, par contre c’est sur ma liste des choses que je pourrai faire à partir d’octobre (probablement… comme Perrette et le pot au lait, j’ai déjà dépensé mon AVS d’un an ;-) )

P1120682 P1120683 P1120689 P1120690 P1120691 P1120693

Nekosan, bien que deux fois plus petit que Loulou, s’est pris un coup d’amour vraiment encombrant pour son aîné. Il faut dire aussi que ce petit rouquin, souffreteux et au bord de la tombe si longtemps, se rattrape gaiment, et, quand les autres mâles se sont un peu calmés faute de femelles en chaleur dans la maison, lui l’a encore… « sur l’oreille ». Et peu importe que ce soit mâle, femelle, stérilisé ou non, malade et ou pleine forme, plus petit ou beaucoup plus gros que lui. Alors il prend son élan par derrière et saute très violemment sur l’objet de son désir. Hier, c’est Loulou qui en a plus particulièrement testé les griffes et les dents. Et comme Loulou est un grand tendre et doux, ça a mis du temps avant que Nekosan renonce. Mais, à la fin, ils se sont couchés à faible distance l’un de l’autre, à paresser dans l’herbette aux derniers rayons du soleil.

P1120630

Là, Nekosan calcule l’élan à prendre, et mon Loulou écoute attentivement le moindre bruissement venant de derrière !

P1120634 P1120676 P1120677 P1120678

Mes deux angoras roux froufrouteux, plumeux, lumineux, magnifiques pépères…

P1120679 P1120685

En noir et blanc !

P1120680

Visite nonchalante de Zule, qui est le plus grand et le plus lourd et le plus dense des Chats de Syros, fils de la toute petite Cybèle… (et frère de Zim)

P1120686

Mon Loulou. Son frère Jean-Gérard me semble un peu apathique et maigrichon ces temps. Je croise les doigts.

P1120644 P1120645 P1120646 P1120648P1120651

Nekosan

P1120654P1120614P1120627

Et en noir et blanc !

P1120608

Vers là où on était, des asperges sauvages, ça commence très bien, mais ça finit dans les épineux : drôle de plante !!

P1120555 P1120557

P1120562 P1120558 P1120559

Par là, c’est la zone où pousse cette asperge, mélange asphodèles, lentisques, avoines stériles et chats déchaînés…

P1120582

Les asphodèles cette année sont vraiment magnifiques, il y en a partout, immenses candélabres, somptueuses

P1120566 P1120579

Des bébés araignées font leurs gammes

P1120584P1120585

Il y a des oxalis aux pétales simples, mais il y a aussi ces très jolis oxalis « doubles », ici en mélange avec les lentisques et leurs chatons.

P1120592

Petite touche de couleur dans tout ce vert

P1120544

Thimotée

P1120657 P1120666 P1120672

Férousse

P1120668

Paoulette

P1120708

Férousse ce matin

P1120716

Voilà. Le printemps est ici à Syros, et j’espère qu’il vous rejoindra bien vite, apportant les mêmes joies dans vos petites (ou grandes) troupes à vous !!!!

P1050383

8 thoughts on “Printemps 2017

  1. Ben ici le printemps est là depuis pas mal de temps, mais fait une pause depuis hier, entrées maritimes venteuses toute la journée d’hier et orages et averses depuis cette nuit. Du coup ça fait du bien de revoir le soleil grâce à tes photos.
    Ici on est aussi en pleine saison des asperges sauvages mais je n’en ai pas trouvées beaucoup dans « mes coins » encore, contrairement aux poireaux sauvages que j’avais devant ma porte cet hiver.
    Pour tes vacances à venir, je te propose un passage chez moi, ça sera un accueil moins confortable que la dernière fois, et encore moins que dans ma précédente maison que n’auras pas connue, mais ce sera un accueil chaleureux et ça me fera un grand plaisir, ma Cigalinette.

    • et à moi donc ! plaisir anticipé, partagé et attendu mon lainlain… pour les asperges : en fait, c’est ces dernières années que j’ai appris que ces atroces machins horriblement épineux dont j’ai fougueusement arraché des plants entiers sur le terrain étaient des asperges ! tu parles de poireaux sauvages et tout d’un coup je me rappelle les cueillettes incroyables d’ails des ours dans le jura, du temps où. ;-) bref, oui, c’est le printemps et les promesses de temps radieux… mille baisers

  2. Chaque fois, c’est pareil. Les portraits d’Alitheia me scotchent. Cette chienne a un physique sans égal, un regard à pleurer de douceur, de profondeur. Je ne trouve pas les mots, Elle me bouleverse.cet être est habité, j’en suis sûre. J’aimerais tant un portrait écrit d’Alitheia.

    • elle est aveugle d’un oeil (connerie de véto), boîte d’une patte arrière (probablement suite à un coup donné par l’empoisonneur ou un de ses semblables), mais dès qu’elle se balade avec moi, elle a 6 mois et est infatigable, enthousiaste. oui, c’est une douce qui comprend tout. tu te rends compte ma chance ? pour mon premier chien ? c’est elle !!!! bon, j’ai bien entendu maryse, j’essaierai d’en faire un !

  3. Jamais trouvé d’asperges sauvages ici, mais pas trop cherché. En Provence elles étaient tendres, délicieuses et sans épines. Et les asphodèles (beaucoup beaucoup cette année). Et les chats, toujours de belles photos…

    • ben ici, Languedoc, j’ai jamais vu non plus d’épines sur les asperges sauvages, ou alors quand elles ont trop poussé et que ça fait une tige dure et piquante, mais là elles ne sont plus mangeable (d’ailleurs les asperges cultivées c’est la même chose).

  4. Merci pour ces nouvelles et toutes ces photos merveilleuses qui nous font partager joies et peines. Merci pour tous ces minous qui seraient si malheureux sans votre dévouement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *