(Ne pas) attraper une féroce Féroce

Avant toute chose, merci d’avoir répondu aussi vite à mon appel au coup de pouce pour ces stérilisations. Les besoins sont sérieux, j’espère recevoir encore quelques dons, mais pour l’instant, grâce à vous, je peux payer ma facture d’hier et envisager une nouvelle stérilisation de femelle !

D’ailleurs, j’ai essayé ce matin… Essayé, je dis bien ! Une vraie campagne militaire pour choper la Féroce, enceinte jusqu’aux yeux (si on se rappelle l’an passé, Féroce maman, faut se la farcir ! C’est la mère de Champi, Clotaire et Clotilde – elle aussi enceinte). D’abord, depuis hier soir, j’ai installé une caisse de transport, avec un carton au fond (confort absorbant), porte ouverte, dans la pièce où je prépare les repas. Histoire d’habituer les chats (dont elle) à la présence de l’objet. Ce matin, après l’avoir vidée (un chat y dormait confortablement), j’ai mis plusieurs écuelles autour de cette caisse, dans la « zone » où la Féroce d’ordinaire vient manger, et chaque fois qu’un autre chat s’intéressait à une de ces écuelles, je le décourageais, discrètement mais fermement. Avec l’espoir que cette grosse mémère à qui on la fait pas viendrait se sustenter dans le coin, et au mieux devant la porte ouverte !

Et BANCO, ça y est, elle mange justement devant la porte. Là, le temps suspend son vol, je deviens silencieuse, je me déplace centimètre par centimètre, j’essaie de ne pas puer le stress, de respirer normalement… Hop, je l’attrape, la fourre dans la caisse, elle hurle et m’échappe : MEEEEEEEEEEEEEEERDE ! Fuite, disparition totale, je suis bon pour une nouvelle portée parce que si, jusqu’à ce matin, on avait fait des progrès question confiance (je pouvais lui toucher trois poils sur le dos, et même la regarder dans les yeux), maintenant, c’est F_I_N_I fini ! En tout cas pour la saison.

En fait, j’ai fait une faute, et je sais laquelle. Que je vous explique comment attraper une chatte féroce à la condition de pouvoir l’approcher un peu. Bon, je dis pas que c’est dans la douceur, hein ? D’abord, il faut savoir que le chat va hurler, et de ce fait causer une certaine inhibition à l’humain aux sombres intentions : être prêt à ne pas écouter les sirènes, et à être indifférent aux réactions des autres chats (je vous raconte pas la panique générale). Ensuite, il y a deux manières de choper un chat très peu coopératif, sans pour autant porter des gants de pompier et un casque intégral.

Selon la situation, on peut le prendre très haut sous les aisselles et le porter à bout de bras, avec le corps pendant en dessous  (se méfier des griffes des pattes arrière). Tout le problème étant ensuite d’enfiler la bête dans une caisse à ouverture de face, car dès que le chat peut s’appuyer sur ses pattes arrière, il en profite – et c’est très fort, un chat. Il faut savoir que pour cette manière, et aussi la suivante, il faut vraiment tenir très fort, je veux dire faire usage d’une vraie force, et il ne faut pas avoir peur du chat, même si c’est incontestablement un exercice difficile.

Mais pour la situation que j’ai créée,  c’est l’autre manière qui était la plus adaptée. Il faut savoir que la peau du chat, c’est comme la peau du lapin : elle est extrêmement souple et extensible. Même si la position est très désagréable, un chat ne souffre pas vraiment d’être attrapé par la peau du cou (c’est d’ailleurs une des manières de le transporter : le tenir par la peau du cou tout en soutenant les pattes arrière). Donc, faire vite, attraper le chat par la peau du cou (en avoir plein la main) et appuyer en même temps le haut de son corps sur le sol, et dans la foulée lui attraper également à pleine (autre) main la peau du dos. Et là, enfourner la bête dans la caisse comme un sac, et fermer la porte.

Mais tout est là, fermer la porte : très facile à deux, mais seule… Et là est aussi mon erreur : au lieu de laisser la porte ouverte à gauche (donc bloquée côté droit), je l’ai laissée ouverte sur la droite (donc bloquée côté gauche). Pour pouvoir fermer très (très très très) vite cette porte, alors que j’avais la main gauche prise dans la caisse pour maintenir la chatte par le cou au fond de la caisse, il m’aurait fallu une autre main gauche pour pousser la porte… Et non, je ne suis pas Shiva, je n’ai qu’une main gauche, et donc le temps que je me dépatouille avec mes mains, et tout de même ralentie par le stress et les hurlements, Féroce était déjà dans le champ du bas.

Et en images :

1-P1510588

2-P1510589

Donc j’ai loupé la visualisation préalable de l’opération (bloquer la porte côté droit et pas côté gauche, si l’ouverture de la caisse regarde ma droite), alors que c’est vraiment essentiel de prendre le temps  d’imaginer le scénario, la succession des gestes qu’il faudra faire rapidement (et quand je dis rapidement, dans ce cas-là, c’est en 2 ou 3 secondes). C’est par exemple un des secrets pour la grimpe (l’autre étant la respiration).

Bon, ben c’est parti  pour X chatons. J’espère rétrospectivement que je n’aurai pas, par mon action ratée, nui aux chatons en gestation.

20 thoughts on “(Ne pas) attraper une féroce Féroce

  1. Bon article technique ! du coup je suis allée vérifier si les portes de mes deux caisses étaient bien à droite : oui !

    • tout dépend de la situation : dans le cas de figure – cf photos, je suis debout sur le côté de la caisse et l’ouverture est à droite, la porte doit être ouverte à droite. merci ma claude (alors, on part plus au sud ? il fait un froid !!!!)

  2. Merdre ! Je sais ce que c’est qu’un chat d’appartement rétif à entrer dans sa cage… surtout lorsqu’il s’arque-boute sur ses pattes arrière !!!!! Misère ! Quelle salope, cette Féroce !

    • mais non, pas salope, juste l’instinct qu’il lui faut pour survivre. elle ne sait pas que je lui veux du bien, et elle le sait encore moins maintenant ! c’est moi qui suis con.

  3. Comme je connais ça, j’en suis très souvent ressorti avec une main ou deux en sang ….Je tente parfois un truc qui réussit pas mal : il s’agit d’entortiller le chat dans une serviette de bain avant de  » l’enfourner  » .Bien entendu il faut se boucher les oreilles et se montrer intraitable .On laisse le chat avec la serviette dans la cage de transport, il sait très bien s’en défaire seul .

    • ah oui alors, excellent ! note, cette chatte est tellement méfiante que me voir avec un linge en main…
      un autre truc que j’ai oublié de dire : les chats sont très sensibles au regard : appeler son chat fourchette ou sac à dos mais en le regardant droit dans les yeux, il vient, et les autres savent qu’on ne s’adresse pas à eux. et inversément, lorsqu’on veut s’approcher d’un chat qu’on vise pour de coupables objectifs, ne jamais le regarder dans les yeux.

      • Vrai. Sauf que j’ai testé un faux nom : ça marche pas. Je m’excuse platement, dis le vrai nom, et la oui il regarde.
        Et oui, les chats connaissent les noms des autres chats qui vivent sous le même toit…
        Ils lisent même sur les lèvres, lorsque je les appellent fenêtre fermée ( double vitrage et tout)….
        De quoi se poser des questions non ?

        • moi, je crois qu’ils ne reconnaissent pas vraiment leur « nom » (bon, j’ai le contre-exemple, mais unique, de BIZUUUUUULE, qui ne vient que quand je crie BIZUUUUULE sans la voir, mais pas si je crie PAPILLOOOOOON). mais les chats ont un système d’écoute très très développé, et savent toujours d’où viennent les bruits : si vous dirigez votre appel vers un chat, il entend que le son est directement dirigé sur lui, et depuis le temps, il sait que s’il répond à ce cri, comme c’est un cri d’amour, ça vaut peut-être le coup d’y aller. d’ailleurs j’arrive à engueuler UN chat parmi des dizaines d’autres de la même manière : je regarde le chat à engueuler (aucun regard en direction des autres), et je gueule : tout le monde comprend, et celui que ça concerne et ceux que cela ne concerne pas. ils sont aussi attentifs aux regards : si vous l’appelez en ouvrant la bouche à travers une fenêtre et en le regardant, il sait que ça s’adresse à lui.

          • J’ai testé des années, appeler dans le noir total du jardin (extinction des feux a 22 h dans le village ou j’habite), l’une ou l’autre chouchoutte, sans lesquelles je ne vais pas me coucher, parmi un certain nombre d’autres adultes, eux aussi dedireux de rentrer, eh bien c’est la chouchoutte qui arrive au triple galop, et si un autre se pointe sur le rebord de la fenêtre, tentant sournoisement de profiter de l’occasion, jedis non pas toi, Machin, et celui ci de s’en retourner tout triste.
            Testé aussi, engueuler un seul chat parmi un sous.troupeau. Seul le fautif a peur ou fait la tête, les autres ayant bien reconnu mes mots habituels  » Truc, t’as encore ouvert la porte ?? Tu veux que je te foute dehors ?? T’arrete, t’as compris, etc, tout cela avec une voix de chèvre qu’on egorge. Les non fautifs prennent un air détaché, et n’ont aucunement peur, ils » savent » que je ne m’adresse pas a eux. Tandis que l’ouvreur de porte, lui, redoute mon courroux.

  4. Ou, avec ta première méthode (chat tenu sous les aisselles), avoir préparé la boîte debout et non posée normalement à plat. Mais bon, dans cette position, effectivement, bonjour le labourage avec griffes des pattes arrière !

    Dis donc, les rares fois où j’ai pu t’envoyer des sous, c’est par l’intermédiaire d’une copine ui a un paypal.
    On ne peut pas envoyer de chèque ?

    • la boîte ne tient pas debout, elle est un peu convexe. par ailleurs, avec mon système, il faut penser à caler la boîte vers l’arrière, car au moment où on enfourne la bête, faut pas que ça parte en arrière. pour les sous,tu auras tout loisir quand tu seras aux manettes de m’en envoyer !

  5. En plus, je ne dois même pas avoir payé mon adhésion à l’asso ! La honte…… enfin, si pas moyen de faire autrement, je vais encore solliciter ma cop au paypal ;-)

  6. Pour mes deux féroces, je maintiens la boite debout, et le monstre par la peau du cou (avec mes gants de jardin anti-ronce à manche longues), et je dépose la bête pattes arrières en premier. Refermer le capot dès que les pattes sont posées, sous peine d’éjection.
    Pour les soins, je capture au filet (un drap de bain dont j’emmaillote le bébé sauf la tête).
    On peu éventuellement conjuguer les deux.
    Quelques gâteries délicieusement alléchantes peuvent amadouer les sauvageonnes.

    • ah oui, le gant de jardin anti-ronces, c’est à peu près l’équivalent du gant de pompier ! beaucoup ri en vous lisant, décidément, on est toutses à élaborer des ruses pour convaincre nos monstres de se laisser faire du bien. la rentrée par les pattes arrière, c’est grand écart et pédalage farouche, non ? le drap pour les soins, oui, ça marche très bien. certains soins, je fais à la hussarde, peau du cou et coinçage des épaules en appuyant bien fort ;-) ;-) et pour les injections sous cutanées, à la paresseuse, je me contente de choper le chat en lui pinçant/maintenant la peau entre les épaules. mais j’essaierai le coup du linge – même si je doute qu’avec un linge en main, Féroce me laisse approcher à moins de 5m… merci en tout cas de participer à cette discussion sur comment attraper son chat « non coopératif » (et même très nettement rétif)…

  7. Ton texte est du vécu…100 et une façon de capturer un greffier… tactique finement mise au point.., + tenace que l’ennemi, protection rapprochée de l’humain..bref tout un Art…. espérons que la prochaine tentative sera +++

    • du vécu tout frais de ce matin ;-)
      prochaine tentative demain matin, si elle vient (je l’ai croisée dehors, elle voyait en moi un monstre prêt à lui arracher la tête et lui sucer les entrailles, pupilles dilatées, et pfuit, disparue dans les broussailles, donc c’est cuit pour aujourd’hui)

  8. ça alors… nous nous connaissions donc virtuellement déjà, avant même que je ne parle avec Clomani ? Une même passion des chats… La mienne, Crapule, est une cyclope adorable… puis-je t’envoyer une photo ? Ton mail ?

    • mais zoui, en tout cas je te connaissais, je suis abonnée à la niouzelettre, et je clique quasi chaque fois sur j’aime et excellent ! en fait, bizarrement, j’ai souvent hésité sur ton genre, mais clo a vendu la mèche;-) oui oui, envoie ! que je vérifie ton appétence pour les chats ! je t’envoie un mail pour que tu aies mon @dresse

  9. Je place la cage verticalement, porte ouverte sur le dessus. J’attrape le chat par la peau du cou, je le mets dans la cage, le derrière en premier, et je ferme précipitamment la porte.
    Cela peut valoir un stress pour le chat, mais pas tant qu’être enfourne tête la première, ce qu’ils détestent.
    pour les flippes, et les féroces, on peut en plus mettre une sangle ou un tendeur autour de la cage, puis une couette tout autour ( couverture polaire), tenue par un autre tendeur ( etouffe les bruits de la rue, voiture, train etc qui font flipper les chats).
    On a soin d’avoir a disposition de la biseptine et des pansements, pour ne pas sortir les mains ensanglantées.
    Et on conseille avec diplômatie,au veto, d’avoir la cage par le dessus, et non pas par la porte…. ( seuls les vetos qui ont leurs propres chats savent cela…)

Laisser un commentaire