La visite du coq brahma

Dans le vaste débat des causes (causes premières, secondes, efficientes, matérielles, formelles, intrinsèques, finales, extrinsèques, principales, instrumentales,  etc.), qui a jamais trouvé une réponse certaine à cette question qui nous taraude toutes et tous : qui en premier, la poule ou l’oeuf ?

En ce crépuscule d’il y a quelques jours, nul doute en moi, et une réponse illuminée : le COQ. Et en particulier le coq brahma.

P1050578

Il y a quelques années, en face de chez moi, il y avait un fabuleux poulailler où j’avais pu admirer, bouche bée, mon premier brahma de près, ainsi qu’en tout cas deux autres sortes de poules : des sebrights et des faverolles. Je suis certaine qu’il y avait d’autres races, mais toute à ma béatitude, j’avais surtout portraituré le coq brahma et sa (minuscule, elle lui passait entre les pattes) compagne sebright, et un coq faverolle, qui ne faisait pas le poids à côté. Maintenant, c’est trop tard, le poulailler si biodiversifié a disparu.

Le brahma avec la sebright

P1250033-1

Le brahma à côté du coq faverolle

P1250031

Ce coq brahma était tout simplement monstrueusement grand ! Allez, encore un coup de sebright…

P1250021-1

(Je dois avouer que je ne peux pas m’empêcher de rire avec tendresse pour la petite caroncule tout chiffon de la belle bicolore)

P1250049

Là, elle lui était simplement passée entre les pattes !

P1250014-002

Etrange cousinage entre le coq et le lion !

P1250048

Or donc, il y a quelques jours, vint nous rendre visite un superbe brahma. Pas aussi grand que celui d’en face, mais aussi plus jeune m’a-t-il semblé, sa florissante, exubérante caroncule étant en meilleur état (je ne sais pas, mais probablement qu’en vieillissant, ces excroissances vieillissent aussi, non ? ;-) ). J’étais à l’ordi, le soir tombait, et j’entends soudain un « pouêêêt ! pouetpouetpouetpouet !! », et ô merveille des merveilles, LUI !

P1050443

Plus exactement : LUI

P1050446

P1050447

P1050668

P1050663

Vous avez dit combats de coqs ? « Et ses ergots géants l’empêchaient à peine de marcher », de ce pas si majestueux de commandeur des poules, d’archi-duc en tenue d’apparat. Et posé très souvent sur une seule patte, comme ça, planté, à regarder de son regard de… lézard, il faut bien l’avouer (dans cette familiarité qu’il y a, merci la paléontologie, entre l’oiseau et le dinosaure)

P1050624

P1050488

P1050531

P1050493

P1050492

La fière caroncule…

P1050448

P1050467

P1050470

P1050522

La beauté de ce plumage est incroyable. A force de ne voir dans la poule et le coq que l’oeuf et la poule au pot, on en oublie l’animal, la bête, l’oiseau.

P1050462

Il a même beaucoup chanté, normal, c’était la tombée du jour (d’où des photos à la lumière moche, et un peu floues)

P1050593P1050592

 

P1050587

Quand même, un regard assez cruel, non ?

P1050576

Alors, la grande inconnue, c’était lui et les chats et la chienne.

Alithia était super méfiante, et ne l’a jamais approché plus près que la bonne distance compatible avec une fuite éperdue. Au cas où.

P1050647

Par contre les chats étaient curieux, Gentil Garçon est même allé lui sentir les (somptueuses) plumes du croupion. Ici avec Louis-Louis, et puis avec les autres, tout le monde est venu voir de près le monstre… qui n’a jamais fait mine de réagir ou d’attaquer : curieux lui aussi, à sa manière d’oiseau.

P1050614

P1050615

P1050616

P1050617

P1050449

P1050598

P1050600

P1050570

Par contre, certains faisaient pour semblant, mais en fait ne le perdaient pas du regard, comme Zim ou Nekosan ou la tricolore pâle

P1050535

P1050601

P1050606

Le fait est qu’il n’a pas laissé indifférent, et malgré son encerclement par les carnivores bouffeurs d’oiseaux les plus redoutables qui soient, il s’est comporté de royale manière

P1050612

Brahma a même mangé et bu en toute sérénité

P1050675

Mais avouez ! C’est somptueux, non ? Je pense à mon amie Anabee qui est spécialiste des tissus japonais, il y a de quoi inspirer les plus fous des concepteurs de matières et de couleurs !

P1050500 P1050504 P1050510

La lumière était vraiment crade, on voit mal, mais MIAM ces petits chevrons avec ce trait blanc sur des plumes bleu indigo foncé et bronze…

P1050672

P1050663

P1050560

Faut être dingue pour inventer un truc pareil !

Pose typique

P1050461

Et donc la nuit tombait, je lui ai laissé à boire et à manger, espérant qu’il serait encore là le lendemain. Mais non. Il est parti rejoindre la cochonne Hortense-Bégonia sur ce sommet de l’Olympe qui est une véritable arche de Noé, tout près de nous.

P1050465

Et j’ai oublié !!! J’ai même fait de petites vidéos avec le Lumix, et voilà le résultat (avec une petite surprise à la fin)

En bonus, un petit troupeau de poules charmantes, avec leurs poussins, en pleine rue à Shkodra, au nord de l’Albanie ! La blanche, c’est une nègre-soie, et l’autre est une sebright, probablement. C’était un moment magique, dans une ville magique aussi, une des rares où je me suis dit que je pourrais vivre, tellement l’ambiance était chouette !

S1040056

 

31 thoughts on “La visite du coq brahma

  1. Aucune méfiance envers les chats, c’est amusant. En principe les oiseaux connaissent instinctivement la dangerosité (pour eux) des chats. Mais sa grandeur, ses ergots et son oeil terrible doivent lui servir de carapace invisible. Quel plumage… merci pour les photos !

    • ils sont pas cons les chats, quand c’est franchement deux ou trois plus gros qu’eux, ils essaient pas, à moins d’être attaqués. mais là, il n’y avait absolument aucune animosité dans l’air. juste une grosse grosse curiosité, réciproque en plus ! parce que le coq les regardait aussi beaucoup, attentivement. quant à alithia… elle a peut-être été escargot dans une vie antérieure !

  2. Bien choisi cette musique pour accompagner la (dé)marche majestueuse de Brahma ! un seigneur ce coq !

    A propos de parures, ci-joint une vidéo sur une expo de robes royales en la Basilique de St Denis :

    • eh oui, les parures ! ce royal brahma portait la sienne avec une certaine simplicité. et j’ai regretté qu’il ne me fasse pas le coup du lion furieux comme celui d’en face. mais ça doit être un signe de grosse colère, donc tant pis tant mieux… (et merci pour ce beau lien)

    • mais justement ma brigitte, c’est pas « de la volaille », c’est un coq Brahma ! c’est toute la différence entre une chose chosifiée, et un animal qu’on admire béatement…

  3. de très belles photos.. un coq de toute beauté.. celui-ci me rappelle mon Henry (élevé poussin, car la maman ne le voulait pas.. je me levais 4 fois par nuit pour changer la bouillotte d’eau chaude placée sous son panier.. Au début, nous l’avions appelé Marie-Jo (à cause des grandes jambes) et puis un beau matin, un cocorico strident a fendu l’air…C’était un coq.. pas de panique, un beau panache blanc et il est devenu Henry…Mon bel Henry, qui m’a apporté tant de bonheur… (bien entendu, nous ne l’avons pas mangé..Mort de sa belle mort, (si la mort peut être belle…. mauvaise expression.).Je pourrais rester des heures à regarder des poules ….Je les adore… je vous embrasse fort… PP part de suit….. A-M

    • ah la poule qui devient coq, j’ai beaucoup ri !!! (notez, moi j’ai fait pareil avec des chats, donc beaucoup moins de raisons). c’est chouette les poules, j’hésite beaucoup à en prendre ici d’ailleurs. en fait, henry, combien d’années a-t-il vécu ?

    • yep ! olympien il était. et là, j’ai vraiment pu l’observer de près (bon, en faiaant quand même un peu gaffe, ces ergots étaient assez effrayants) – et les chats ! étonnante curiosité réciproque.

    • Henry a vécu 3 ans… il aurait vécu plus, mais je l’ai gavé de vers de farine qu’il mangeait à grand coup de bec… il est mort une nuit, je pense à cause d’une alimentation trop riche… mais bon, mon voisin qui me l’avait donné, me disait tout le temps : alors, quand est ce qu’on le mange ton bel Henry….
      – Jamais..
      Il rentrait dans la maison et se mettait sur mes genoux… Dieu que je l’ai aimé…. comme toutes mes bêtes.
      j’ai sauvé un canari, nourri à la pince à épiler, les parents nourrissaient les deux autres et lui ouvrait un bec béant, mais papa et maman l’ignoraient.. Il était cardiaque, et tombait parfois du perchoir….Mais je l’ai bien gardé 5 ans, ce qui est beau… j’aurais bien d’autres histoires à vous raconter : mon héron blessé par des chasseurs, allez hop chez le véto, mon hérisson, mon loir, mes petits merles, ma merlette qui nichait tous les ans dans le chèvrefeuille et que je couvrais d’un immense parapluie les jours de pluie… etc… et bien d’autres….. allez assez parlé, je vous embrasse….A-M

  4. Du coup, avec tes photos, je suis en train de changer d’avis sur l’animal qui symbolise la France sportive : le coq ! Avant, je pensais « le coq sur son tas de fumier »… maintenant, je vais penser « regard cruel, plumes renversantes et ergots impressionnants »…
    Magnifiques photos… les gros-plans sur les associations de couleurs sont bluffants !

    • hein, on voit le coq autrement quand on commence à voir l’animal lui-même ! même l’escargot amphibie de ce matin, une fois qu’on constate ce qu’il fait, comment, on le voit d’un autre oeil (tant que c’est pas l’oeil absolument féroce du coq justement)

  5. magnifique le Gaulois …

    ah les nègre soie, mon rêve de poule…elles ont un petit air commun avec mes chats…

    merci pour le clin d’oeil aux textiles nippons…

    baci

    • oui, sei shonagon ne parle pas des teintes moirées des coqs ! mais de celles des soies.
      quant aux nègre-soie à shkoder, c’était vraiment surprenant, et même les poussins étaient tout chiffon plumeau pareil. mais que j’ai aimé cette ville !!! entre ces poules en liberté, les gens quasi qu’à vélo, les kiosques avec que des bouquins ultra costauds, et les gens souriants, ce fut une découverte.

  6. Sublime ce coq et magnifiquement mis en valeur par de très belles photos!
    Sympa et cool , les interactions coq/ minous!

    • ah oui, belle bête ! un mélange de couleurs et de textures vraiment somptueux. je m’attendais un peu à la réaction chats X coq, mais alithia m’a vraiment surprise, elle avait vraiment très peur !!

  7. la vidéo est superbe… le roi a posé, le roi a chanté, la musique était très bien choisie. On se serait crû à la cour de Louis XIV…. royale….Très bon moment.. pense à vous…A-M

    • c’est le ballet des coqs, de praetorius, et interprété par le groupe malicorne ! oui, c’était un joli moment à vivre. dommage, la nuit est arrivée, mais j’aurais bien continué à l’admirer encore un peu. je vous embrasse !

  8. Quelle culture – grâce à vous, j’ai découvert ce compositeur allemand du 16 ème siècle… très bien – Je vais essayé de m’en souvenir…merci..je vous embrasse A-M

  9. Merci monsieur Praetorius… votre musique est la sonnerie de mon téléphone (qui a fait retourner du monde à carrefour) rires… Bon dimanche A-M

    • ah mais anne-marie, si vous ne connaissez pas la musique renaissance, vous avez devant vous un univers merveilleux à découvrir, veinarde ! et je dois dire que si je n’avais pas comme sonnerie le chant d’un merle virtuose enregistré sur mon vieux nokia il y a une 15aine ou une 20aine d’années (j’utilise encore ce cellulaire quasi préhistorique rien qu’à cause de ces fichiers du merle !), je vous piquerais bien l’idée, c’est génial comme sonnerie !!! bon, un peu blasphématoire d’en faire un usage aussi vil, mais une super idée !!!

  10. Elle paraît un peu vieille la poule Sebrigth non? Ou pas trop en forme?
    Le coq est magnifique! Par contre, plus que son ergot trop grand (frimeur), il a surtout de la gale aux pattes… L’apanage des vieux coqs et des vieilles poules… les pauvres bêtes industrielles n’ont pas le temps d’en avoir…
    Il dort où?

    • ah, cette sebright avec sa caroncule toute chiffon et son oeil glauque… oui, probablement pas la grande forme. encore que. ce type avait tout de même de très belles poules, qui semblaient en général en bon état, et ce coq brahma là était absolument renversant de santé et de beauté. quant au « mien », merci pour cette information, je ne savais pas du tout. et le mystère de sa provenance est total, comme la truie hortense bégonia. chaque fois que j’ai une visite comme ça, je demande à marinos, qui est le paysan d’ici à côté, et il n’avait aucune idée d’où il pouvait venir. il y a un poulailler au bout du champ du bas, mais ces poules là sont en super mauvais état, et j’ai eu beau guetter par dessus le mur pour le voir, jamais revu. non, c’est comme hortense bégonia, une visite de DIAS (zeus) déguisé et bien vite reparti sur son olympe… je pense…

Laisser un commentaire