Au bout de la route ? Peut-être… mais l’espoir demeure… !

 

Un jour de pluie à Syros

Un jour de pluie à Syros

Alors, voilà, notre Cigale est au bout. Au bout du bout. Plus de sous, et l’angoisse, et l’hiver qui arrive, avec son cortège de pluies diluviennes, dans sa modeste maison pleine de courants d’air, où il fait en moyenne 13 °…

Alors Sylvie a peur, une peur énorme, envahissante, épuisante, désespérante, pas tellement pour elle-même, mais pour sa tribu… Comment nourrir et soigner tous ses chats, et Alithia, dans un pays où la crise fait des ravages, ou les humains en sont réduits à vendre leurs organes tellement la misère est grande ? Comment faire des choix, entre qui sera soigné, et qui devra attendre un don hypothétique, comment gérer l’urgence ? Comment ne pas craquer devant la détresse de ceux qui viendront à sa porte, sûrement, puisqu’elle est seule à faire ce geste, et qu’elle devra ignorer, et laisser dehors ?

Déjà, elle a réduit grandement la voilure : les chats « du dehors » ne sont plus nourris qu’aux croquettes. Elle a aussi trouvé un fournisseur moins cher pour la nourriture, elle n’achète plus que de la nourriture bas de gamme, et même, de temps en temps, pour 0,90 € du kilo, des déchets de viande : ailes, plumes, os et cartilages, qu’elle fait longuement cuire pour nourrir tout ce petit monde.

Le seul « luxe » qui reste à notre amie, c’est sa connexion internet (mauvaise, évidemment, comme partout en Grèce, et encore pire dans les îles) et un téléphone. Mais pour combien de temps ? Comment fera t-elle, bientôt, si elle n’est plus reliée au monde ? Dans quel état allons nous la retrouver si faute d’argent, ses chats, qui sont aussi un peu les nôtres, meurent faute de nourriture et de soins ?

Elle vient de tirer ses dernières cartouches, pour payer le loyer, l’électricité, et la « taxe pour la voiture ». Après, elle ne sait pas.

*****

En ce moment, vous êtes chez vous, devant votre écran, il fait bon chaud, même si dehors, quand vous regardez par la fenêtre, toute la campagne est couverte de givre. Si vous êtes en ville, vous regardez les gens passer dans la rue, emmitouflés dans leurs manteaux, écharpes et gants. Votre chat bien nourri est sur vos genoux, il ronronne. Vous êtes bien.

Alors, imaginez-vous deux secondes, là-bas en Grèce. dans une maison glacée, ouverte à tous les vents, avec un chauffage minimaliste, des fuites sur le toit, en train de laver à l’eau froide (car il n’y a pas d’eau chaude, ni de pression) les gamelles de cent chats, les pipis et les cacas de tous, parce qu’ils ne sortent pas quand il pleut trop fort … Comment tout simplement faire sécher les draps et couvertures mouillées quand il pleut ?

Une cabane dans les arbres, c'est bien, mais seulement l'été...

Une cabane dans les arbres, c’est bien, mais seulement l’été…

*****

Pour aider Sylvie, pour sauver ses chats, nos chats, nous avons créé une association : Les Chats de Syros. Son siège social est en France, elle a été déclarée à la Préfecture du Lot en juin de cette année. Pourquoi en France, me direz-vous, alors que le refuge est à Syros ? Tout simplement par commodité. En Grèce, créer une association est complexe, et Sylvie n’avait pas le courage de s’atteler à cette tache supplémentaire.

Nous avons contacté les associations de protection des animaux, la SPA, l’association 30 millions d’amis, L214, etc… Sans beaucoup de résultats pour le moment, sauf la Fondation Brigitte Bardot.

Logo-fondation-Brigitte-Bardot

J’ai même écrit à Brigitte Bardot elle-même. Parce que moi, je l’aime, notre Brigitte Bardot. Je me demande toujours si j’aurais eu le courage, moi qui suis si grande gueule, de m’interposer comme elle l’a fait, entre un bébé phoque aux grands yeux et le salaud qui voulait le tuer …

brigittebardotetunphoquereference1

Brigitte, je l’aime parce qu’elle est aussi foldingue que Sylvie, que moi, que plein d’autres quand il s’agit de protéger les animaux.

Donc, nous sommes en train de préparer le dossier que nous allons lui envoyer. C’est long et compliqué. Évidemment, comme toute association, la Fondation demande des justificatifs, des factures. Celles que nous avons (quand les fournisseurs veulent bien en donner une, c’est la Grèce, et c’est la crise) sont en grec. Il va falloir classer tout ça, faire des photocopies, et expliquer pourquoi notre besoin de financement est primordial pour les chats, et la chienne, la seule, l’unique Alithia. La deuxième maman des chats de l’île de Syros.

Celle que Sylvie a récupéré dans cet état, il y a deux ans.

Alithia a son arrivée au refuge

Alithia a son arrivée au refuge

Nous sommes aussi en train de préparer un film, et tout ça avec les moyens du bord, avec la connexion déplorable de Sylvie, avec nos petits moyens. Mais aussi avec beaucoup d’espoir, et même, c’est fou, hein, de joie. D’œuvrer pour une cause qui nous semble juste, et même essentielle : parce que les animaux font partie de notre vie, de notre humanité.

Alors, s’il vous plaît, adhérez, donnez, diffusez, causez autour de vous, partout, dans les bistrots, dans les soirées avec vos potes, sur les marchés, au boulot, partout, parlez des chats de Syros qui ont besoin de vous.

Ils ont besoin d'un toit...

Ils ont besoin d’un toit…

10 thoughts on “Au bout de la route ? Peut-être… mais l’espoir demeure… !

  1. Merci Gavroche.
    Je rajoute juste une petit truc, cette asso nous l’avons créée car ça permet de faire les choses officiellement, en toute légalité, notamment des demandes de subventions aux collectivités publiques, ici en France pour aider le refuge de notre cigalinette de Syros, mais pour ces démarches il faut d’abord que l’asso ait une activité réelle reconnue par une compta, par exemple, ou un rapport d’activité. Donc pour cette année ce n’était pas possible de remplir un dossier au conseil général ou à la mairie où est domiciliée l’asso (tout en ayant qu’un maigre espoir qu’elle soit honorée de toute manière vu la conjoncture), il faudra attendre l’année prochaine, et c’est loin.
    Espérons pour l’heure que la fondation BB donne suite, et grand merci à ceux qui ont déjà donné et donnerons.
    Bises et courage ma cigalinette.

  2. Oui, je viens de finir mon chèque et de le mettre avec le bulletin d’adhésion dans une enveloppe… Ca part tout à l’heure ;o)…
    J’avais bien sûr omis de lever les yeux ;o)) en haut.

  3. merci à toutes et tous. j’aimerais le dire en langage plus fleuri, avec un zeste d’humour cigalien, un poil de nonchalance zozefinienne, mais je suis tellement « usée » que rien ne me vient. merci, des millions de fois merci, vous êtes ma perfusion…

  4. un cadeau pour vous part samedi matin poste restante chez vous… Nous avons viré une somme sur pay pal.. bonne réception de mon enveloppe.. Serai très heureuse si vous le recevez ?????
    cordialement et bon courage, mais vous en êtes la preuve… Je vous admire… Anne (compagnon d’Alain..

  5. merci à toutes et tous. je vous souhaite une belle année 2014, pleine de rires, de savoirs et de découvertes, d’amitié, de soleil, de sérénité, de forces mentale et physique, de soirées autour du feu, de matinées en forêt, de rencontres, d’interrogations métaphysiques, de musique, de rêves, et de réalisation de ces rêves.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *